De l’analyse des sujets du bac français S,ES 2015. Du travail de correcteur.

en ES,S

Je voulais vous faire une analyse des sujets de français de l’épreuve anticipée.

Vous trouverez les sujets dans les annales corrigées ou non de cette année. Vous pouvez choisir dans le courant de l’année l’un des sujets mais pas maintenant à la rentrée.  Ce serait maladroit. Que vous les regardiez pour vous : oui.  Choisissez pour l’instant des sujets que vous avez traités vous et dont vous avez les corrigés. Vous leurs ferez écrire des parties de devoir. Prenez le temps dans votre travail pédagogique c’est essentiel et parlez à vos collègues de leurs sujets et du genre littéraire qu’il vaut mieux traiter.

Si vous faites une classe de seconde, vous vous servez des textes (annales corrigées  ou pas de 1ère)  et vous adaptez au niveau de seconde qui sert d’apprentissage : prenez votre temps et prenez des sujets, des textes qui intéressent selon vous votre classe, adaptez-vous à vos élèves. Faites au début un devoir entier, puis reprenez avec soin la façon de faire l’introduction, de faire un plan et de rédiger une partie du développement en petits groupes ou chez eux. Vous expliquerez la conclusion un peu, puis à faire plus tard dans l’année scolaire.

 Qu’ils apprennent à rédiger. Donnez-leur des types de début de phrases quitte à ce qu’ils les retravaillent plus tard.  C’est aussi au moment où vous lisez et expliquez un texte que vous prenez un quart d’heure ou plus pour qu’ils expliquent même maladroitement par écrit ce qu’ils ont compris du texte à partir d’une question précise que vous leur posez. Rien n’est évident en seconde. Au début, passez par le sujet d’invention (proche de la rédaction) pour qu’il s’exerce mais proche de la dissertation qu’ils vont découvrir avec vous dès le deuxième trimestre je vous le conseille ou avant si votre lycée le fait avant.  On passe ainsi de la rédaction à la dissertation et  à donner un jugement sur un texte ou à décrire ou à expliquer. Vous pourrez nous faire partager votre méthode en pratique  à la suite de cet article. Je vous remercie. Que ce site devienne vraiment le vôtre spontanément.

Les sujets sont pour moi de bons textes , académiques, suivant le programme et il y a toujours un ou deux textes  contemporains auxquels le candidat doit s’adapter et est confronté . C’est cela un examen c’est s’adapter à toute situation en connaissant bien son programme. C’est une marque d’intelligence que l’on demande au candidat. Le tout est d’avoir bien appris à bien lire les textes, à les avoir  bien  analyser et quand on ne sait pas un mot à éviter de faire le contresens en ayant envisagé des solutions. Le français n’étant pas une science exacte,  il faut savoir raisonner avec subtilité et défiance. Il faut quand même remarquer la beauté d’un texte, son rythme, les sonorités, les beautés des images. C’était le cas ici.

Des sujets donnés chaque année, vous, professeurs de Lettres de ces niveaux vous pouvez en tirer un grand profit. Vous pourrez conserver certaines des listes.

Vous pouvez en conclure que vous avez bien préparé vos élèves ou noté que tel aspect du programme demande à être résolu l’an prochain. Ne vous inquiétez pas pour cette année, vous avez fait ce que vous pouviez si vous êtes débutant et il est normal d’attendre 2ou 3 ans pour connaître bien les côtés essentiels de votre métier. Vous les découvrirez même si je vous aide bien par mes astuces sur mon site astucesdeprof.com

Nous prenons connaissance tout le temps de nouveaux textes grâce aux divers oraux que nous faisons passer.

Nous écoutons nos collègues, nous partageons nos expériences, nous pouvons partager nos sujets. 

Nous sommes à l’écoute, nous devenons plus psychologues avec nos élèves qu’il faut distinguer dans le groupe classe.

Savoir apprécier un élève, tout élève. Il est très important de noter nos évolutions avec nos élèves : garder notre naturel, mettre une distance, leur montrer qu’on les soutient, et qu’on leur apporte les bases d’une pensée solide entourée de notions littéraires et de la curiosité qu’ils prendront tout au long de leur vie pour lire de bons livres, écrire avec plaisir, parler.

Les sujets cette année :

La Mort en ES, S et  Le Voyage en L.

L’année 2015 avait commencé cruellement avec la tuerie de Charlie et de l’épicerie casher de Vincennes. Se sont succédés d’autres événements aussi cruels : Tunisie le Musée du Bardo et  à Sousse récemment on a tué des touristes revenus en Tunisie. Le tourisme est arrêté par des actes de terreur.

De l’analyse des 3 textes :

On peut comprendre que ce thème ait été choisi quoiqu’il soit souvent présent dans la littérature. Vos élèves en ont entendu parler toute l’année. Ils n’ont pas été pris en traître mais comme je le mettais dans mes conseils de l’écrit il y a toujours une possibilité de ne pas savoir un mot ou une notion.

Ce fut le cas cette année : Le fleuve étant personnalisé par le Tigre, ils ont foncé tête baissée sur l’animal.

Que nos recherches après le devoir soient fructueuses à tous. Lisons des oeuvres des auteurs cités. Elargissons nos connaissances grâce à des sujets donnés avec soin par des professeurs chaque année et tirés au sort dans un premier temps. Que nous apprenions après l’épreuve. C’est cela de passer ou de subir une épreuve c’est d’en tirer les conclusions sur ce qu’on a bien assumé et sur ce qu’on a manqué. C’est ainsi qu’on grandit moralement et là que nous agrandissons notre culture qui peut se faire dans le présent de notre époque.

Le texte d’un contemporain L. Gaudé était très beau . Il faut le relire le texte extrait de son Alexandre le Grand drame écrit en 2000 est aussi passionnant et « classique » que celui de Racine, celui de Ionesco étant à part, très moderne toujours, toujours « éclaté ».

Ce texte de Gaudé comme les deux autres est passionnant. C’est là où je demandais aux élèves de créer et de pouvoir trouver des solutions  qui semblent pourtant si difficiles un jour d’examen. J’avais inscrit la possibilité de difficulté de résoudre ces difficultés de sens, de signification d’un passage de texte  dans mon site astucedeprof.com à la fin de la rédaction de la conclusion.

Il ne fallait pas que les élèves se bloquent à cette expression et j’espère qu’ils auront analysé le texte d’une façon quand même complète.

Le Texte de Racine : Phèdre est d’une grande puissance verbale par l’intermédiaire de la confidente Théramène . L’aspect sanglant de la mort d’Hippolyte était extraordinaire à l’époque même si la confidente ne disait pas tout. Il fallait être réservé dans la description. Il fallait rappeler l’exil d’Hippolyte par son père Thésée sur les instances de Phèdre son épouse aimant d’un amour non partagé son beau-fils.

Hippolyte meurt de n’avoir pas aimé Phèdre et Phèdre est la cause de cette mort sans explication dont nous avons la description alors que dans les autres textes nous avons un personnage confronté à la mort dans son agonie.

 Pourtant c’est un moment terrifiant : le monstre auquel nos élèves sont confrontés sans arrêt avec les séries à la Télévision ou au cinéma, il est là dans ce texte magnifique. . On va vers eux dans ces sujets mais ils n’apprécient que médiocrement. Ils sont très conventionnels nos élèves et n’aiment pas les innovations d’ailleurs ce n’en sont pas.

De la façon de se cultiver toute l’année pour réussir à l’examen : On leur demande d’être assez cultivés en mythologie depuis de nombreuses années car notre culture est faite de cette mythologie greco-latine et de cette inspiration chrétienne depuis des siècles. La connaissance des grandes religions monothéistes sera à étudier à partir de l’année à venir mais notre inspiration judéo-chrétienne est présente dans toute notre littérature classique et du 21 ème siècle. Il faut donc la faire connaître pour comprendre les plus beaux textes. Il faut donc suivre et connaître l’Histoire pour apprécier les textes de notre civilisation française. 

Connaissons notre propre religion, connaissons certes la religion d’autrui. Soyons laïcs et tolérants dans notre enseignement mais n’anéantissons pas notre Culture qui a été et est à la base de toutes les autres civilisations. Bientôt des pans entiers de notre civilisation chrétienne risquent d’être méconnus si on ne continue pas de les apprendre et à les étudier dans la jeunesse. Le Drame entre dans nos vies. Il n’est pas du passé. Il est du présent ce drame du terrorisme. Il s’insinue, perturbant les âmes et tuant des innocents, des civils sur leurs lieux de loisirs ou de travail,   cherchant à anéantir toute représentation  de la pensée  et de l’art en générale.

Allez sur le site mythologica.fr en ayant écrit « Phèdre » dans la recherche.

Un ravissant tableau d’Alexandre Cabanel vous surprendra.

La mort du héros (Hippolyte) mythologique , celle du roi (le roi Béranger, roi qui n’a jamais existé, crée  dans l’esprit de son auteur Ionesco), celle de l’Empereur le grand Alexandre  qui lui a été un grand conquérant,  cette mort dans les 3 textes est narrée de façon intense, dramatique, extraordinaire. Le style y est sublime.

La mythologie permet de grands sentiments, des situations extrêmes et le cinéma, ainsi que dans des feuilletons à la télévision que nos élèves voient beaucoup, la littérature se l’est octroyée dans les esprits de nos élèves habitués au fantastique, à l’horreur et à la violence.

Je pense que les professeurs qui choisissent les textes font preuve d’imagination et d’adaptation à l’époque de nos élèves : bandes dessinées, mangas, fantastique.

Le français s’adapte à notre siècle,  déjà le 21 ème siècle.

Racine était extraordinaire dans les récits fantastiques .
Souvenons- nous de la tirade en alexandrins naturellement à l’époque .

Le songe d’Athalie :

« C’était pendant l’horreur d’une profonde nuit

Ma mère Jézabel devant moi s’est montrée

Comme au jour de sa mort pompeusement vêtue,

Ses malheurs n’avaient point abattu sa fierté

Même elle avait encore cet éclat emprunté

Dont elle eu soin de peindre et d’orner son visage

Pour réparer des ans l’irréparable outrage ».

 

Marguerite dans « le roi se meurt » d‘Ionesco décrit le roi  jusqu’à la fin dans son agonie, ne voyant plus. Elle l’empêche de se heurter à des êtres qu’il ne voit pas. Elle montre les lumières, les couleurs que le roi peut voir : sa vision diminuant.

Parmi ces grands hommes, lui, Alexandre se demande s’ils ont bien régné. S’ils ont fait leur devoir.

Celui de Ionesco n’est plus rien, Alexandre, lui, raisonne sur sa vie et philosophe dessus.

Dans   » Phèdre  » Hipollyte n’est plus qu’un pauvre corps déchiqueté.

De la correction des copies d’examen  : conseils. Toute copie est à revoir dans votre correction finale après avoir vu et revu toutes vos copies et égaliser vos notes depuis le début de votre travail jusqu’à la fin.  En effet, on ne note pas  pareillement  les élèves du début et  ceux que nous corrigeons plus tard : notez absolument vos jours de correction.  Revoyez aussi ceux que vous corrigez à la fin . Suivez les conseils reçus par votre jury. 

Vos copies que vous corrigez pourront profiter dans votre notation du style personnel de son candidat et des directives que vous avez reçues pour les notations. Ecrivez le barème sur un cahier et soumettez-vous y (on peut faire ôter 2 points mais pas plus pour un aspect de réponse)  et reprenez des éléments fixes pour établir votre note notée au crayon puis recopiée au stylo rouge qu’au dernier moment où vous êtes plus sûrs. Ne faites pas trop de corrections ça ne sert pas  (c’est une copie d’examen)  mettez des traits ou des appréciations au crayon puis à  la fin, gommez doucement et retracez au bic rouge ou feutre rouge fin l’appréciation : bien, très bien, vague, confus, etc  , soulignez l’orthographe.

Répartissez bien votre nombre de copies et rendez bien à l’heure ces copies.  Recopiez en vérifiant 3 fois les notes sur la liste numérotée : vous corrigez des copies de façon anonyme. Suivez les directives.  Comptez 2h à la fin  pour retracer (gommer les notes certains avis au crayon ) au rouge vos notes et appréciations. Préparez bien l’appréciation générale. Faites vous des types de phrases courtes qui correspondent à une appréciation générale  mais justifiant votre note. Vous aurez eu certainement à assister à  une commission pour les notes en fonction de certaines différences entre le bulletin de l’année de l’élève et des notes de l’examen.


Voir aussi…

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Vous faites passer l’oral : créez d’avance vos critères de notation.

Dites vous que la plupart des élèves ont beaucoup révisé. Ne leur mettez pas de trop mauvaises notes sauf exceptions rares ou alors vous m’en parlerez. 

Soyez très minuté, ne dépassez pas les temps de 20 minutes en tout (tout compris   passage de l’élève : commentaire où l’élève parle seul (regardez discrètement votre montre  + entretien de 8 à 10 minutes : ne dépassez surtout pas là mais sachez prendre le temps de ces 10 minutes, ne stressez pas l’élève en étant trop rapide et pressé vous même, trouvez votre rythme il y va de l’avenir de l’élève , vous l’écoutez, vous l’aidez à approfondir sa pensée s’il faut, vous pouvez échanger là  et même lui apprendre des choses littéraires mais c’est lui qui passe l’examen, pas vous donc ne parlez jamais trop que pour l’aider à dire sa pensée et notez après les moments positifs de l’élève et négatifs ) et plus 10 minutes d’accueil de l’élève avant de faire passer l’élève précédent et la notation plus longue à la fin avant de faire passer l’élève précédent)  car votre retard entraînera un retard pour tous les élèves et pour vous et ce n’est vraiment pas conseillé!  : Notez bien sur la feuille les heures et les minutes des élèves 1, 2, 3, 4… sur une feuille avec des lignes  de 8 h : accueillir, demander la convocation, faire émarger (signer) , donner texte (décidé par vous rapidement ou avant et que ce ne soit pas le même que celui qui va passer, c’est le seul critère ) à l’élève 1 qui a 30 minutes de préparation je crois,  à 8 h 28 appeler l’élève 2(dans le couloir)   donner le texte à l’élève 2 avant d’interroger le 1 (vous avez 10 minutes un peu moins d’accueil), le 2 prépare dans le fond de la salle 30 minutes, puis  interrogez le 1 (bien mettre les noms prénoms…N° de dossier? ) ensuite avant le passage de l’élève 2 , faire se présenter l’élève 3 … demander convocation, faire émarger, donner texte et qu’il aille dans le fond préparer etc… (les textes sont à noter chez vous pour leur choix de la demi journée ou du lendemain  à noter et lister chez vous.  Vous aurez eu les listes d’avance et vous choisissez selon vos envies ou vos centres d’intérêt de ces épreuves : vous apprendrez d’autres textes! ).

Faites donc une liste de toutes les heures précises et des N° d’élèves et inscriptions précises ainsi que le nom du texte.  N’oubliez jamais de donner le texte à préparer avant de faire passer le suivant sauf quand il s’agit d’un dernier de liste c’est évident et pour le premier de tous, ne pas oublier d’accueillir le 2ème avant de faire passer le 1er. Là vous accumuleriez un retard terrible… de 30 minutes! 

 Et en fin d’exercice vous revoyez les notes de vos élèves précédents. Vous aurez du temps avant la 2 ème demi-journée. En principe on vous donne des feuilles. Mettez au crayon les notes et recopiez (mais cela va vite! apprenez à noter et à être disponible à l’élève qui va passer surtout , dites à l’élève nouveau de commencer que  lorsque vous avez bien terminé en quelques minutes (pas plus de 5 minutes la notation du précédent) Ne faites pas commencer un élève alors que votre notation du précédent n’est pas faite. Vous ne l’écouteriez pas bien. Il faut être honnête à ce niveau d’écoute. 

 N’oubliez pas avant de faire passer un élève : vous lui dites bonjour, vous le faites émarger : il vous a donné sa convocation, sa carte d’identité : cela suppose 2 minutes et vous  donnez le travail au second et ainsi de suite. Ecoutez bien l’élève que vous avez. Soyez au moment présent c’est un art. Et vous regardez votre liste avec l’heure précise pour le suivant… cela s’apprend. 
Ayez une feuille avec des lignes pour ne pas perdre de temps. Il prendra une feuille de brouillon ou 2, ira dans le fond. Vous ferez commencer l’élève précédent déjà installé.  

En suivant la liste des élèves vous notez sur une feuille avec des lignes le nom de l’élève : vous vérifiez bien l’orthographe du nom.  Vous avez votre feuille pour chaque prestation d’élève. Vous noterez une observation ou 2 sur la façon dont l’élève a fait sa prestation, lecture, façon de parler, intérêt au texte, plan et la note au crayon dès que vous avez fait passer l’élève. Ne laissez pas en attente la note d’un élève. Vous mettez absolument une note. (au crayon mais nettement pour vous) que vous ferez évoluer surement en fonction du type d’élèves que vous aurez eu dans la journée entière et après sur les 3 jours de passages d’oral en fonction du niveau global que vous aurez eu. On est souvent incertain en début de passage, et même trop sévère, améliorez alors les premiers mais n’améliorez pas forcément les derniers. Soyez mesurés en tout selon les critères que vous établissez vous et qu’on vous a dit de respecter. Vous notez bien quelle note il faut mettre dans tel cas . (c’est vrai pour la correction de l’écrit avec les critères de Commission où on vous explique des critères pour cette année ) 

Notez sur l’instant avec un ?  et un + ou un – .

Vous notez toujours séparément le commentaire  et l’entretien sauf contre-indications : que l’on sache où l’élève est le meilleur.   la note finale est l’addition des 2 exercices : ex  6+4 : cela veut dire que le commentaire était correct (sur 10) et  qu’à l’  entretien il n’a pas su répondre à des questions précises ou s’est trompé  (sur 10). La note finale est sur 20  (vous pourrez l’augmenter ou la diminuer plus tard  à la fin des 2 ou 3 jours de l’Oral. Il faut être sûr à peu près tout de suite de sa note,  quitte au bout de quelques heures de rectifier. Mais on comprend vite si un élève est bon ou pas. Pour les élèves moyens,  il faut être tolérants et être justes. On peut vous parler de votre notation avant la prestation de l’oral . Vous suivez les directives. Vous notez alors la notation demandée.

En tout cas, notez tout de suite l’élève (mettez une note avec un + ou un – que vous équilibrerez à la fin de la journée en fonction des élèves du jour) car le temps passe vite et il y a un risque d’oubli. Ayez vos critères notés sur une feuille devant vous. Des notes comme 7+8 = 15 sont très possibles. 9+6= 15 aussi. C’est à vous de constater la supériorité de l’élève dans un des deux aspects. On peut mettre très bien 18 ou 19 (c’est rare) mais c’est possible si l’élève est parfait. Donc adaptez vous bien à la qualité de l’élève. Soyez juste aussi dans s’il est « moyen » : qu’il puisse quand même avoir 1 ou 2 points de plus ou plus si possible. Un élève qui serait très mauvais c’est rare, aidez-le par une phrase et voyez s’il peut se rattraper. Vous noterez sur un cahier personnel chaque demi-journée les qualités ou les manques des élèves que vous avez constatés et vous-mêmes adapterez mieux vos questions. Faire passer un oral s’apprend mais pensez à l’élève : ses points en plus ou en moins comptent.

Vous noterez le nom de tous les élèves : voir ce qui suit et surtout avant de faire passer un élève vous appelez le suivant pour sa préparation. (sans cela vous êtes bon pour être en retard de 30 minutes).

Vous notez le  nom du prochain sur la liste avec le texte choisi par vous et la question  : vous aurez eu une liste de ceux que vous faites passer.

Question d’organisation:

Vous vous faites donc  une liste comme suit  avec des lignes ou des carreaux : ne vous trompez pas d’élève pour sa note! Ensuite plus tard vous reportez les notes, relisez-vous. Il y va des points en plus de l’élève. Faites relire les notes par quelqu’un au besoin. La vue peut être trouble ou on peut se tromper de ligne : relisez 3 fois.

élève 1 : sujet : temps : prestation, contenu, attitude de l’élève.   vous devez donner absolument une note à l’ élève précédent. Tout va très vite après.  Ne jamais laisser en attente. Note au crayon au moment où l’élève suivant vient : il aura la délicatesse de ne pas chercher à savoir la note du précédent et de détourner  son regard en  vous laissant quelques 2 minutes (pas plus) vous aurez eu le temps pendant la prestation de vous dire .

Vous me demandez comment noter la lecture ? je pense que c’est à votre appréciation entre sur 2 ou sur 4 de votre notation globale ou selon les critères demandées par la commission à laquelle vous êtes tenus d’assister avant l’épreuve écrite et orale normalement .  L’élève pourrait avoir 4/4 ou 2/4 ou 3/4 de sa note sur 20 ou vous trouverez un barème que vous nous expliquerez , le commentaire sera noté telle note par vous  sur 20 ( divisée par 2) ou sur 10 directement.  Entretien : note sur 20 avec vos critères notés, rectifiés au besoin (divisée par 2)  ou sur 10 directement  et de mettre la note globale sur 20 avec un + ou – au besoin avec une interrogation ou pas? 

élève 1 : vous avez au début 30 minutes où l’élève 1 prépare. Quand il va passer il vient à votre bureau vous appelez l’élève 2 vous l’accueillez, vous lui demandez sa convocation, vous le faites émarger et vous regardez sa liste de texte : vous choisissez vite la  préparation et il va  dans le fond. Vous notez les titres des oeuvres donnés par vous à chacun des élèves. Que ce ne soit pas la même que la préparation de celui qui passe. C’est tout. 

élève 1 : 8h 30 préparation passage 9 h -9h 10, 9h10-9h 20, 10 min : notation de l’élève accueil du suivant .  Vous vous tenez à vos heures. en étant disponible à l’élève. Lui laisser son temps et vous arrêter quand il le faut.

texte : Beaumarchais: « le Mariage de Figaro »  acte   sc     question :  la critique des nobles chez Beaumarchais a-t-elle été bien reçue? ou en quoi la critique de la noblesse risque-t-elle de censurer l’auteur? Pourquoi?

élève 2 : 9 h sujets avant passage du 1er ,  donc  – de 10 minutes pour noter l’élève 1

9h 30 : on donne sujet à élève 3 avant de faire passer élève 2.à 9h 22

9 h 30 à 9h 40 commentaire

9h40 à 9 h50 entretien

élève 3 :  9h50 à 10 h à 10 H 10 , 10 h 10-10H20  + nom du texte et la question qu’il a eue de vous. 

élève 4   et ainsi de suite : notez à chaque élève son temps, texte, question.  

élève 5

élève 6

élève 7

élève 8

 

Faites émarger l’élève et vous prévoyez de choisir un texte qui ne soit pas le même que celui qui passe. (ça serait très gênant mais il faut y penser) . Après vous pouvez redonner tel texte mais jamais avec le candidat qui se prépare. 

Un premier élève et un dernier ne sont pas notés pareils : vous referez une égalisation entre le groupe de vos candidats au cours de vos journées et les critères de correction que vous vous serez donnés ou qu’on vous aura donnés. 

Vous allez prendre des notes pendant qu’ils passent. Ne les troublez pas.  En plus de la liste et de la feuille personnelle avec les noms d’élèves qui passent : Vous aurez pris plusieurs feuilles : par candidat vous prendrez une feuille (pour vous souvenir au besoin). Prenez plus ou moins de notes. C’est à vous de voir et mettez des jugements bien à vous durant la prestation de l’élève.

Vous regarderez votre élève aimablement sans plus mais ne soyez pas indifférent ou grincheux, ou énervé,  ou trop sévère.

Commentaires que vous pouvez vous créer  :  pour chaque élève (nom) : titre du texte : avis général :  à l’aise, intérêt au texte,  bonne ou mauvaise lecture (ça compte beaucoup), bien vu, des contresens, des siècles des noms avec erreur. (- 2) par exemple, un plan correct mais un peu calqué sur celui du prof ,  un plan personnel (+) des listes de relevés pas très bien faits. des phrases de transition parfaites ou insuffisantes. Des blancs, des euh, tout ça compte (-)

Le temps bien minuté doit être respecté par l’élève sans cela vous l’arrêtez ou vous lui dites à 9 minutes de conclure (en principe vous ne devez pas interrompre mais si la conclusion ne vient pas vous le faites avancer comme pour vous. si vous intervenez dans la première partie vous enlevez des points- pas trop.

 

Votre travail préparatoire de professeur  avant le jour de l’Oral.

le principal travail pour vous c’est de lire les listes des élèves (elle pourra vous servir pour vous un jour : vous les conservez  : elle vous donne des idées) .

Ne lisez pas les livres qu’ils peuvent avoir lus. Vous leur ferez raconter. Vous verrez s’ils les ont lus en entier mais ne faites pas leur programme! on ne peut avoir tout lu. Vous êtes censé avoir tout lu alors? Ce n’est pas Vous qui passez l’examen, c’est eux. Je le répète. j’ai trop vu de prof qui parlaient trop. Il faut laisser de l’espace à l’élève sauf si celui-ci est très lent et qu’il faut l’aider pour redémarrer une phrase. (vous enlèverez à ce moment-là quelques points.  Que vous indiquiez à la fin des compléments de leur texte, oui. Mais c’est d’eux qu’il s’agit. Aidez-les. Ils ont le trac je peux vous dire. Soyez à les rendre plus détendus. Soyez bienveillants mais cela ne veut pas dire que la note sera bonne. Qu’ils se disent que vous leur avez apporté quelque chose. 

Votre attitude pendant que l’élève passe l’oral. 

Vous écouterez bien l’élève c’est pourquoi vous ne le faites débuter son exercice que si vous-même avez bien réglé la note de l’élève précédent au crayon mais qu’elle soit mise avec une modulation possible. Il faut que vous soyez au moment présent pour écouter chaque élève : ni penser à l’instant d’avant  et bien écouter et bien regarder l’heure mais pas sans arrêt . Si vous ne connaissez pas le texte, voyez comme ils l’étudient,  ils ne sauront jamais que vous n’avez pas lu telle pièce que vous lirez pendant les vacances. C’est intéressant un oral  : vous apprenez plein de choses d’un autre professeur de Lettres : la liste des textes est intéressante : il m’est arrivé souvent d’ interroger sur des textes que je ne connaissais pas ou au contraire que je connaissais très bien. Et vous, vous nous direz.

Vous en aurez lu des textes au bout de tant d’années. Et si vous avez pu permettre à l’élève de se valoriser et bien! vous êtes un bon examinateur et  que  vous ne vous dites pas tout de suite qu’il est « nul » . Merci. Souvenez-vous de vous, élève. Soyez perspicace et psychologue. C’est passionnant de faire passer l’oral d’élèves qui ne sont pas les vôtres. 

Vous devez juger l’élève : ce n’est pas vous qui êtes important. C’est l’élève qui passe l’examen. Vous vous taisez la première partie sauf pour relancer une phrase, vous êtes à l’écoute de votre candidat : ce n’est pas vous qui êtes en cause. Vous devez donner un jugement équitable sur le travail et l’attitude et l’expression de votre candidat et l’aider un peu. 

Vous arrêtez toujours un élève avant 10 minutes pour la première épreuve et les entretiens ne doivent pas durer plus de 10 minutes. Pensez que vous vous devez d’être à l’heure : des élèves ont été convoqués à des heures précises. Mais prenez les 9 ou 10 minutes toujours.  J’espère que vous avez eu assez de temps pour préparer votre travail sans cela vous le faites du jour au lendemain en vous fixant à nouveaux des critères ou en améliorant votre organisation de la veille. Vous créez vos questions. Exercez-vous qu’elles soient bien claires. Faites des brouillons.

Vous trouverez votre organisation. Etre toujours à l’heure et savoir de mieux en mieux noter et rapidement l’élève. 

Conseils :

Prenez de quoi déjeuner et de l’eau si vous n’avez pas le temps de déjeuner. Il faut que vous soyez en forme. Tâchez de prévoir de sortir si vous avez besoin  entre 2 élèves ou avant d’avoir un élève à faire entrer.

Faites vous une organisation stricte de votre gestion du temps

 Ne soyez pas trop sévère avec un élève timide : tenez compte du travail de révision que vous sentez qu’il a fait. La révision de l’oral est très difficile, notez le travail et la bonne volonté de l’élève traqueur et mettez le à l’aise. Certains lycées préparent très bien les élèves mais vous n’aurez pas tous les élèves bons. Certains ont pris des leçons et cela les rend plus à l’aise. Certains ne seront pas très préparés et très maladroit.

Ne soyez pas trop généreux si l’élève est très à l’aise mais superficiel.  S’il est à l’aise et qu’il y a du fond : oui, vous mettez à partir de 16 à l’entretien /20 et ensuite vous divisez la note sur 2.

pour le commentaire : si l’élève s’est bien minuté : vous lui donnez déjà une note au-dessus de la moyenne .

Vous pourrez m’écrire vos critères : cela m’intéressera.

pour d’autres bons : ils peuvent avoir entre 14 et 17.

Les moyens peuvent avoir entre 12 et 14

Ne soyez pas trop sévère pour les notes en dessous de la moyenne : pensez à leurs point en moins.
Soyez juste.

Mettez 8 et pas 5 ou 6 sauf si c’est vraiment « nul » .

En dessous de 5 vous devez justifier votre note. Vous le savez que ce soit à l’écrit ou à l’oral mais une note de 6 à 8 fait perdre beaucoup de points alors soyez « assez gentils » si l’élève se rattrape avec une ou deux questions qui l’aident à se rattraper.

10 n’est pas une vraie note pour moi : vous pouvez mettre 10 mais s’il vaut 11 ou 12 pensez y . Ca lui fait des points en plus. Si l’élève se rattrape, ou que vous voyez qu’il est très timide mettez le à l’aise. (dans l’entretien).

 

 

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Minutage de l’oral du bac.

 Vous ferez noter par l’élève ce qui suit et surtout ce qui est écrit en gras dans sa préparation avant l’oral sur son brouillon. 

La première partie de l’épreuve de l’oral du bac  se compose comme suit:

– Introduction : durée 1minute et demie .

– Ma lecture du texte ( attention : Ne pas l’oublier).
“ je vais lire le texte “ ou “ Nous allons lire le texte “.

Ma lecture : durée 1minute ou 1 minute et demie.

l’élève devra arrêter sa lecture à la demande du professeur.
Prendre le temps de faire une bonne lecture.

A l’arrêt de sa lecture,  il doit poursuivre son analyse sans surprise ni poser de questions.

Il doit rappeler ou dire combien de  parties son étude va comprendre par rapport à la question posée qu’il rappelle et poursuivre.

Le professeur doit se taire, écouter ou prendre des notes. Que l’élève ne soit pas déstabilisé par l’attitude du professeur . L’élève doit avoir une ligne ferme de pensée. C’est lui qui passe l’épreuve, pas le professeur. 

Il annonce alors la question.

– “ Nous nous efforcerons de répondre à la question “.

– La première partie : 3 minutes et demie .

– la deuxième partie : 3 minutes et demie (ou 4minutes).

– Conclusion : 1 minute ( ou 1 minute et demie).

Attention: savoir s’arrêter soi-même à temps 1 minute avant dans son explication et faire sa conclusion. C’est l’élève qui doit contrôler son temps et si le professeur l’arrête il doit le faire et peut être pénalisé s’il n’en est pas à la conclusion (il a 10 minutes ni plus et surtout  pas  moins : une prestation de 7 minutes serait trop courte). Donc vous apprendrez à lui faire gérer ce temps sur plusieurs séances de préparation avec beaucoup de répétitions et de reformulations de ses phrases et de ses phrases de transition et finales.

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Le travail de préparation écrite avant de passer l’oral du bac.

La préparation avant l’oral du bac : durée 30 minutes.

Temps de la première épreuve de 10 minutes.

L’élève devra mettre le plan vide du texte choisi par le professeur dans sa liste de textes validée par le Lycée de l’élève ou par le nom des cours à distance en cas de candidat-libre.

Le plan sera à remplir avec les champs lexicaux dans chaque partie :

L’introduction doit être bien rédigée . Elle doit présenter le texte, poser la question. Il ne doit pas lire ce qu’il a écrit  mais apprendra sur plusieurs séances de préparation à l’oral à  reformuler ses phrases . On passe donc de l’écrit à l’oral. On n’écrit pas tout et si on écrit tout on peut surligner en jaune pour que la formulation soit parlée, aisée . Vous vous exercerez à reformuler votre introduction.

La première partie peut être une partie de la question ou tout simplement la lecture au niveau 1 de compréhension : c’est-à-dire : de quoi parle le texte ? (et si vous ne vous souvenez pas des propos du professeur, vous recréez de façon personnelle votre analyse du texte. ex : description ou sens général du texte. Faire les relevés lexicaux de façon choisie, en  nombre restreint car éviter les catalogues :  c’est lassant. Ne pas être trop méticuleux pour cet aspect. On lit distinctement ces relevés avec le N° de ligne et on les insère dans des phrases. On fait une phrase d’introduction pour un type de relevés lexicaux de même qu’on termine sa pensé en faisant une petite conclusion.

La deuxième partie : c’est la façon dont nous percevons nos jugements à travers les jugements de l’auteur, sa façon de l’exprimer. On analysera la portée de la pensée de l’auteur dans le contexte et là aussi il faut faire des relevés lexicaux choisis sur un ton de voix et à l’aide de phrases qui ne fassent pas « catalogue ». Modulez votre voix pour ne pas être monotone. 

Conclusion : à bien rédiger. Elle doit résumer ce qu’on a dit et avoir répondu à la question. Eviter de lire aussi votre conclusion. Regardez votre texte, levez le regard et ayez l’air de converser, votre voix devra être audible, agréable et pas précipitée (sachez ralentir), avec une bonne prononciation. (vous vous serez exercé sur tous ces aspects toute l’année).

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

De notre écrivain de génie : Victor Hugo 1802-1885

(Pour les révisions avant l’oral du bac, vous pouvez inscrire dans « rechercher » le mot : « auteurs » ou « révision de l’histoire littéraire », ainsi que « oral du bac ».  Un certain nombre d’articles se présenteront, sans cela déroulez les astuces par pages, nos grands auteurs sont étudiés). 

Victor Hugo 1802-1885

victor Hugo

 

Un témoignage personnel assez extraordinaire :

Ma Grand-Mère morte centenaire en 1975, était une petite fille de 10 ans quand Victor Hugo est mort. Elle se souvenait de la foule parisienne à l’enterrement de Victor Hugo dont la dépouille allait à travers Paris depuis les Champs Elysées jusqu’ au Panthéon. Elle me décrivait l’énorme catafalque à tissu noir et ornementation blanche avec les initiales du Poète, catafalque tiré par des chevaux. Vous avez la gravure au Panthéon du cheminement du corps de Victor Hugo jusqu’au Panthéon. Ce fut un événement national.

Victor Hugo a donc rejoint dans la mort Le Panthéon .

Pour bien connaître Victor Hugo : vous lirez avec plaisir et intérêt les 2 tomes de Max Gallo sur Victor Hugo qui vous permettront de rendre votre cours beaucoup plus vivant. (vous prenez des références ou des notes pendant votre lecture pour votre futur cours). le premier tome :  «  je suis une force qui va  » , Le second : « Je serai celui-là ».

Et lisez aussi l’étude de Gérard Pouchain, ancien professeur de Lettres au Lycée Buffon et à l’université de Rouen sur Victor Hugo . Nous lirons des Promenades en Normandie avec un guide nommé Victor Hugo. Vous allez sur le site de Gerard Pouchain.

Il a eu l’excellente idée de répertorier les lieux qu’ont pu visiter nos grands auteurs. Il effectue du tourisme littéraire surtout en Normandie étant Normand mais aussi sur les lieux d’auteurs et à Guernesey dans sa maison d’Hauteville House (voir sur internet)  pour Victor Hugo (exilé) et dans les Ïles anglo-normandes.  C’est une idée excellente car chaque auteur est un bon observateur pendant son voyage. Stendhal fut l’un des premiers à décrire ses voyages en Italie.

Des choses que l’on sait d’Hugo

« Ce siècle avait 2 ans ». Il est né en 1802.

Qu’il fut un bon Grand-Père mais entre ces deux moments que d’actions et de créations : 

Il devient l’auteur d’ une œuvre énorme  appartenant à tous les genres ce qui est rare. Un immense poète , un grand dramaturge, un grand romancier.

Il écrit des poèmes sous forme de recueils historiques ou légendaires, ou religieux, bibliques, lyriques conséquents par le nombre des poèmes qu’on apprend dès les petites classes :  il faut apprendre Victor Hugo. Il y a des passages incroyables, et des passages de sentiments émus, de lyrisme.

Il faut apprendre des extraits des recueils suivants et là vous serez cultivés et mettrez à l’honneur la culture française. Avec Victor Hugo vous saurez faire réfléchir les élèves sur des situations encore d’actualité.

 La Légende des Siècles,  Les Orientales, Des Rayons et des Ombres,  Les Châtiments, Les Contemplations. Les Feuilles d’automne, les Chants du Crépuscule, les Odes,  les Odes et Balladesles voix intérieures. 

Des romans : Notre Dame de Paris, Les Misérables, L’homme qui rit. Quatre-vingt treize, Les travailleurs de la mer. Claude Gueux. 

Des drames : Hernani, Ruy Blas.

Il est intéressant de comparer Ruy Blas d’Hugo avec la pièce de Musset : Lorenzaccio.Les 2 personnages étant passionnants à comparer et à opposer.

Victor Hugo a eu une longue vie. Jeune il était romantique.

Avec Juliette Drouet on a une Correspondance énorme qu’a recueillie Gerard Pouchain.

Il a été un Père aimant, aidant sa famille, aidant Juliette sa maîtresse . Bon Père il répondait à leurs besoins :  2 fils et une fille,  en deuil de sa fille aînée et en en ayant toujours le souvenir  présent ce qui n’a pas empêché qu’il défende des causes qui sont encore les nôtres.

Il a été un homme politique qui a voulu dénoncer les injustices. La Justice est au coeur de sa Pensée. N’oublions pas qu’il a dû s’exiler 19 ans au moment du coup d’Etat de Napoléon 3 (Napoléon le Petit) auquel il aurait voulu s’opposer. Il avait été en admiration devant Napoléon 1er.  Il a habité alors Bruxelles, Jersey et Hauteville House à Guernesey que l’on visite. 

Des drames qui ont servi de livrets à des Opéras ce que pourtant il ne voulait pas! Rigoletto de Verdi d’après » le Roi s’amuse ».

Romantique comme Lamartine, comme Musset.

Le scandale d’Hernani (1830) qui a cassé les codes de la bienséance et qui a permis de voir la scène finale , de voir mourir en scène le personnage alors qu’auparavant on en faisait le récit. 

Un père endeuillé : sa fille Léopoldine 20 ans qui venait de se marier. Elle meurt noyée lors d’une promenade en barque. Il en parlera toute sa vie. On ne se remet jamais de la mort d’un enfant. Il a donc par la suite eu une vie tournée sur l’action.

« Demain dès l’aube ». Le deuil d’un Père.

Il s’est attaché à défendre les injustices, les pauvres,  la Société.

Il voulait qu’on s’apitoie sur le Pauvre qu’on met en prison, qu’on remet en prison à peine sorti. Il dénonçait la société qui n’aide pas l’homme à se sortir de sa misère. Homme d’une générosité énorme. Tout est énorme chez Hugo : ce n’est pas l’homme de la demi-mesure. Il montre dans certains de ses personnages la bonté qui doit être la sienne, la bonté qui sauve alors que d’autres enfoncent l’homme qui veut se sortir de sa situation initiale.

Mgr Myriel  ne dénonce pas jean Valjean du vol de l’argenterie de sa maison, dans les Misérables et l’attachement aux valeurs chrétiennes permet alors d’effectuer des actions bonnes pour l’homme  et de lui permettre une évolution positive dont il se souviendra et qu’il donnera  lui-même en exemple. Vous ferez connaître les personnages des Misérables, de Notre Dame de Paris qui ont pu être mis au cinéma ou en dessins animés pour le second.

Hugo c’est la France. C’est notre plus grand auteur, le plus grand défenseur pour les Idées sociales. Avec Zola à la fin du siècle. On entend sa Voix même s’il est exilé. C’est une personnalité démesurée, mais attachante et forte pour le bien de l’Homme.

Visitez à Paris le Musée Victor Hugo, place des Vosges.

 

 

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+