Bérénice et le Prix Médicis de Nathalie Azoulai

Texte de Bérénice à vous refaire apprécier alors que Nathalie Azoulai a écrit un livre «  Titus n’aimait pas Bérénice » qui vient d’obtenir le Prix Médicis.

Or dans la pièce de Racine, je vous jure que Titus aime Bérénice mais c’est vrai que c’était « avant la mort de son père » et dans celle de Corneille « Titus et Bérénice » aussi. Donc Nathalie Azoulai est vraiment osée de nous dire le contraire. Je vais devoir lui répondre à sa question moi qui étais persuadée qu’ils s’aimaient mais qui commence à avoir des doutes…Je ne serai pas la seule.  En tout cas j’ai commencé à le lire . Le début est surprenant. Je vous le conseille vivement. Elle prend en somme la voix de Racine, elle l’analyse au présent de façon intime et faisant comprendre la versification de l’auteur, nous rendant sa musique, sa tendresse. Son approche de l’auteur nous le rend proche. Nous comprenons sa vie d’orphelin en somme à Port Royal mais il y avait des cousins. Il est chez lui. Il n’a rien vu d’autre et il faut qu’il aille à la Cour par un cousin pour réaliser sa vocation car à Port Royal il a étudié, a été un excellent élève, a commencé d’écrire, de versifier de façon unique et l’auteur nous fait comprendre cette vocation de tragédien exceptionnelle maniant la poésie de façon exceptionnelle. La façon d’approcher Racine est étonnante par Nathalie Azoulai. C’est une confession, un murmure. Grâce à son étude sur Racine nous nous disons véritablement qu’il ne faut pas abandonner l’apprentissage du latin et même du grec pour ceux qui le souhaitent et qu’il faut continuer de pourvoir en professeurs de lettres classiques sinon nous n’aurons plus de relais.

Bérénice dans la tragédie de Racine est reine de Judée et à la mort de Vespasien son père, Titus doit s’interdire d’épouser une reine d’un pays autre que Romain ou opposé à Rome. A l’époque, il fallait épouser une femme dont le pays  soit compatible avec votre royaume et à votre façon de régner. Vous ne pouviez épouser une femme d’un pays qui ne plaisait pas à votre propre pays.

Avant Georges VI, Edouard VIII a abdiqué le 11 décembre 1936 (après un règne d’un an) par amour pour Wallis Simpson. Dans l’Histoire, il y a des cas de mariages d’amour impossibles royaux ou princiers d’où le nombre de tragédies sur ce thème de l’amour impossible. 

Voici la tristesse de Bérénice alors qu’ils se sont aimés tout le temps que Vespasien vivait. Elle trouve faible et lâche surtout Titus qui dit : » il ne s’agit plus de vivre il faut régner ». Aucun amour n’est presque interdit dans nos républiques et nos royaumes. On ne comprend plus ces amours impossibles mais ils ont pu être le sujet de grandes tragédies tant les obstacles étaient insurmontables et il n’était pas question de les outrepasser. Là on est chez Racine, Titus ne se pose pas le problème il doit régner au détriment de son amour pour Bérénice. Quand elle partira elle ne pourra plus jamais le revoir. Les distances les séparant. Les retours en bateau étaient impossibles. Quand on allait dans un pays il fallait y rester. Les moyens de communication rapides ont changé ce rapport aux amours sans retour, qui ont fait le fond de nos tragédies antiques et classiques. Les amours interdits, impossibles ont donc été des sujets de tragédie extraordinaires et qu’on ne comprend presque plus au 21 ème siècle même si des distances peuvent quand même nous séparer de celui ou de celle que l’on aime. Presque rien n’est impossible avec l’avion  mais il faut toujours sacrifier l’un à certains moments pour pouvoir s’aimer quand on aime quelqu’un qui vous est étranger ou lointain .

Et bien ! régnez, cruel : contentez votre gloire :

Je ne dispute plus. J’attendais, pour vous croire,

Que cette même bouche, après mille serments

D’un amour qui devait unir tous nos moments.

Cette bouche à mes yeux s’avouant infidèle,

M’ordonnât elle-même une absence éternelle.

Moi-même j’ai voulu vous entendre en ce lieu.

Je n’écoute plus rien, et pour jamais : adieu.

Pour jamais ! Ah ! Seigneur, songez-vous en vous-même

Combien ce mot cruel est affreux quand on aime ?

Dans un mois, dans un an, comment souffrirons-nous

Seigneur, que tant de mers me séparent de vous ?

Que le jour recommence, et que le jour finisse,

Sans que jamais Titus puisse voir Bérénice,

Sans que de tout le jour je puisse voir Titus ?

L’ingrat , de mon départ consolé par avance,

Daignera-t-il compter les jours de mon absence ?

Ces jours si longs pour moi lui sembleront trop courts.

 

Proposez toujours au moment de donner le travail, donnez bien les possibilités de voir des pièces classiques.  Vous donnez les références, les dates de façon précise. Il est bon pour vos élèves de voir les pièces. Pensez-y. A Paris, mon site est parisien : je donne ce que je connais.  Vous regardez dans Pariscope  ou autre journal les différents petits théâtres qui donnent les classiques régulièrement et de très bonne façon ainsi que dans des théâtres plus grands. N’oubliez pas de leur fournir ces informations liées à votre cours. Regardez au moins le programme de la Comédie Française, du Lucernaire 53 rue Notre-Dame-des-Champs (6è)métro Vavin ou Notre-Dame-des-Champs : on joue le médecin malgré lui et le neveu de Rameau jusqu’au 10 novembre,  puis suivez les programmes  ,

du TNO théâtre du Nord-Ouest, 13 rue du Fg Montmartre (9ème) métro Grands Boulevards: www.theatredunordouest.com   on peut voir Mithridate de Racine la semaine du 11 novembre et suivante , Athalie, le 8 novembre, Les Plaideurs, Esther, la Thébaïde . Dans chaque théâtre on fait un très bon accueil aux écoles sinon à vos élèves individuellement à condition qu’ils réservent bien à temps. Qu’ils n’arrivent pas au dernier moment sauf exception. Ils peuvent aller à ces spectacles grâce aux sites internet : prix réduits. Bien prévoir les jours, les heures. Là réservez vite : ce sont les semaines où on joue les classiques. 

au théo théâtre , 20 rue théodore Deck  (niveau du 206 de la rue Croix Nivert métro Convention) on joue Musset  Feydeau. Molière : le misanthrope. 

au théâtre 14Jean- Marie Serreau : l’école des femmes de Molière 

les programmes changent beaucoup. Ne pas manquer un spectacle . Les spectacles « tournent ». et changent. 

 de l’espace Marais, 22 rue Beautrillis (4è) Métro St Paul, www.espacemarais.com qui joue DomJuan, l’avare, les fourberies de Scapin, le bourgeois gentilhomme de Molière, le Cid de Corneille

Le joli théâtre du Ranelagh 5 rue des Vignes (16è)métro La Muette, Passy ou RER C1-3 : Boulainvilliers  : Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand  et d’autres sur Paris et en province ou en banlieue. 

Parfois aussi au théâtre du Lucernaire et dans de petits théâtres du 15 ème arrondissement avec de jeunes comédiens de talents. Notez ces petits théâtres et entraînez vos amis. Relevez les dans l’officiel du spectacle.

En Province, profitez de toutes les opportunités et voyez avec les théâtres. Vous pourrez noter sur facebook du site vos spectacles dans les villes de France et dans des théâtres francophones concernant les pièces classiques françaises.

Vous regarderez sur facebook du site astucesdeprof.com  au besoin. Le théâtre de Pézenas propose des classiques, d’autres théâtres aussi. Que vos élèves voient au moins une pièce par an sinon plus ou alors à la télévision : vous donnez les programmes. 

En 2017 vous regarderez les théâtres où on a pu donner Bérénice et d’autres pièces dites du répertoire classique. A Paris des théâtres que je vous ai nommés en donnent régulièrement de ces pièces naturellement avec la Comédie Française qui se doit de les diffuser ainsi que des pièces actuelles.

Actuellement vous avez des pièces à Versailles grâce au Mois Molière.

 

 

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Le cours d’1 heure. Pédagogie active pour le cours de 2 heures.

1 heure de cours en Lycée suppose 30 à  45 minutes effectives de travail sur les 55 minutes officielles.

Ne mettez jamais en retard vos élèves à la fin s’ils doivent aller dans d’autres  salles ou si vous devez quitter leurs classes.

On appréciera votre ponctualité. C’est à vous de décider quand on arrête le cours et vous le dites tout simplement : «  Nous avons terminé pour aujourd’hui. Nous reprendrons tel jour : «  Fermez vos classeurs ou vos cahiers, Rangez vos affaires  » . Donnez  des ordres simples que vous notez  et pas dans la précipitation.

 Le temps de s’installer : calculez le temps de reprendre certains aspects du cours précédent, de s’occuper de ses élèves. 

Astuce N° 1 : notez sur votre carnet pédagogique des noms d’élèves pour apprendre à les connaître (vous avez eu la liste des noms sous les yeux ) et qu’ils se rendent compte que vous apprenez à les connaître.

Quand on a 2 heures, on fait une « récréation », une pause de 5 minutes ou un peu plus. Vous êtes libre. Il y aura quelques moments de vie de classe ou d’observations sur la classe.  Il faut toujours s’en tenir au cours  et avoir cependant un petit temps de vie de classe mais que l’on sait limiter et gérer à force de pratique. Un cours d’1 heure ne se gère donc pas de la même façon précise qu’un cours de 2 heures ou de plus. 

Astuce N° 2 :

L’accueil : 

Vous regardez l’ensemble des élèves qui sont entrés ou qui entrent, vous leur dites parfois d’aller plus vite.  On balaie du regard agréablement au milieu puis de gauche à droite  et de façon détendue les uns et les autres en insistant sur certains, soyez humains.

On dit:   Bonjour soit en  plusieurs fois, selon les groupes d’arrivants,  soit on attend la fin de leur installation pour dire bonjour à l’ensemble de la classe. Ils restent debout et c’est vous qui leur dites de s’asseoir. Ils s’installent, on peut commencer par le côté pratique du cours.

Vous donnez  les pages des textes et vous rappelez le cahier ou la section du classeur dont on a besoin : il faut être précis.

On peut détendre un peu l’entrée avec une phrase de la Vie (notre vie ou vie de l’école ou par un  événement culturel)   et avoir des phrases sur un événement dans l’école .  Il  faut signaler toujours un événement important dans l’école : ne pas se taire et savoir commencer le cours  après avoir apaisé les esprits. (dans un cas d’exception) .

Il faut alors faire cours sauf ordre de la Direction, ne serait-ce que pour se détourner de  tristes pensées . La vie continue. Ils doivent l’intégrer car après des moments de silence douloureux il est recommandé de se remettre calmement au travail.

On se tourne vers une activité très précise.

Astuce N° 3 :

Faire taire les élèves qui bavarderaient encore  et faire comprendre que des propos – quels qu’ils soient – doivent s’arrêter et ne sont plus fructueux mais nocifs à un moment en groupe et que ce n’est pas de l’indifférence mais qu’il faut travailler à nouveau après un événement douloureux ou exceptionnel et calmer les esprits.

Alors, on rappelle le cours passé  que l’on va développer. Soyez intéressant(e).

Votre Introduction est importante : ne la bâclez pas, vous l’aurez bien formulée, bien préparée, répétée chez vous : de quoi va-t-on parler? tel texte, page précise, vous rappelez le passage et où on en était la fois dernière.  Vous continuez le cours prévu en rappelant des événements, de l’histoire, des noms de personnage.

Astuce N°4 : Vous aurez appris par coeur votre introduction.

 Vous évitez les débuts de bavardages,  vous rappelez à l’ordre ou interrogez un qui pourrait répondre bien et à voix forte (choisissez bien vos élèves alors)  car vous avez besoin que les autres élèves entendent la réponse sinon vous répéterez la réponse de l’élève en écho.   On débutera le cours car attention à ne pas faire attendre trop. Evitez les temps morts.  Tout est dans le dosage de la parole et du silence. On parle alors  posément dans le silence de la classe. On apprend à s’écouter et à écouter le professeur.

Le cours lui-même :

Explication d’un nouveau texte (préparé chez eux) qui se fait oralement pendant  une grande partie du texte. Ils seront contents de ne pas écrire mais il faut qu’ils apprennent à fixer leur attention et à réfléchir ensemble.Ils corrigeront au besoin leur préparation.

5 à 10 minutes : Introduction pendant que les élèves fixent leur attention,  prennent le temps de sortir le classeur, de l’ouvrir à la séquence sans écrire pendant qu’on écoute.  Ils y ont mis leurs réponses qu’ils pourront dire.  Ils ont ouvert la page du jour. L’installation doit se faire le plus systématiquement possible (on aura mis 3 ou 4 séances à expliquer comment on s’installe à votre cours)  pour que vous soyez tranquille pour commencer.

20 minutes à  plus d’explication de texte : Bonne lecture 5 à 10 minutes puis explication que vous faites vous dans les débuts  d’année.   Vous suivez la méthodologie que vous connaissez. Plus tard des élèves participent .

10 minutes pour donner ses  hypothèses de lecture dans le calme : Vous ferez participer les élèves ayant répondu à des questions préparées et dictées par vous. Vous avez toujours  dans votre cahier pédagogique des numéros d’exercices d’avance avec des questions  à faire au cours ou à donner pour le cours suivant . Vous les écouterez bien. On apprend à s’écouter et à rectifier en argumentant. Certains peuvent prendre quelques notes, des mots… mais pas plus. Ca les occupe. Ils peuvent dessiner en vous écoutant, n’en prenez pas ombrage…

5 minutes : vous donnez le travail : « sortez vos agendas de textes : être très précis pour le jour, le cours suivant. Ainsi votre cours  suivant sera préparé.

Leurs supports écrits :

Après la lecture et les explications orales, ils ont toujours une feuille considérée de brouillon  sortie du  classeur pour écrire des mots ou rédiger une réponse écrite et replacée après . Ils ont aussi leur feuille de cours propre où ils vont corriger leur travail.

Ils pourront recopier les réponses au début  sinon il faut qu’ils aient après l’étude un schéma corrigé et précis. Vous leur dicterez : c’est plus simple. Après, ils rédigeront eux.

Ils corrigeront surtout chez eux  leurs cours : travail régulier à faire noter dans l’agenda de texte ainsi que le classement de  leurs cours de français. Ils reliront pour les fautes d’orthographe à corriger, pour la clarté des phrases de l’explication. Il faut qu’ils soient capables d’écouter complètement les interprétations du texte. On n’écrit pas en même temps qu’on lit et qu’on explique mais plus tard quand on a muri l’idée . Ne pas disperser l’élève .

Vous leur dicterez des types de phrases comme vous-mêmes préparez des phrases pour lancer leur pensée.     Je vous les donne entre guillemets.

 » Nous en étions à tel moment du texte de J.J. Rousseau dans « l’Emile » ou de l’Education avec l’article sur Rousseau pour une étude de texte  ou du début de la description des pensées de Madame Bovary dans le livre de Flaubert  ou du cadre de l’intérieur des Bovary ou d’aspects  de la vie terne de son mari, médecin de petite ville de province normande et de ses rêveries,elle qui s’ennuie tant .

Je vous cite ce roman car le jeudi 10 Septembre 2015  au Festival américain de Deauville une autre version du film a été présentée dirigée par Sophie Barthes née en France (diplômée de l’université Columbia) avec l’actrice Mia Wasikowska  et Charles :  Henry Lloyd Hughes  au CID (centre international de Deauville) .

La version précédente de Madame Bovary était avec Isabelle Huppert dans le rôle d’Emma.

Il y a donc eu plusieurs versions cinématographiques d’un même roman. Leur faire faire la recherche qui les passionnera à propos de romans divers (voir romans et cinéma  à rechercher sur le site astucesdeprof.com. C’est une idée de sujet pour rendre vivant votre cours.

En une heure vous ferez toujours   un cours « théorique » de stylistique : relevé des champs lexicaux, plan à montrer et à dicter aux élèves en donnant les lignes et à leur faire revoir à la maison , versification au cas,  figures de style où vous pouvez un peu questionner les élèves sur le texte et où vous essayez de raconter et de capter leur attention par des savoirs qu’ils écoutent. Vous pourrez leur faire un peu d’histoire littéraire avec les dates importantes après votre oral (dates que vous avez notées sur votre schéma de cours).  Relire mes astuces et écrivez des mots-clés : premier cours, rentrée, histoire littéraire, figures de style. 

Relire le  B.O. de 2010 à lire. 

Rectifiez leurs phrases. Au cas, vous posez une question prévue : notez d’avance pour vos cours un certain nombre de questions sur le texte.

La pédagogie c’est l’art de la répétition sous diverses formes,  c’est l’art de donner des savoirs, de permettre l’interprétation du texte, sur le plan de la stylistique,  de la chronologie, de l’Histoire.

Ils apprendront à trouver des réponses sur de bons sites  internet, en sorte qu’ils soient curieux de la vie d’un personnage, d’un auteur, de sa vie, de l’histoire dans laquelle il a vécu pour arriver à l’appréciation du texte, du stylede l’explication de texte de façon technique et éviter de la rendre  fastidieuse. 

Attention au ton de voix et au leur aussi. Qu’ils prononcent bien, n’aillent pas trop vite en avalant leurs mots ou trop lentement en les cherchant trop. Exercez-vous beaucoup chez vous et faites-les s’exercer. 

 

Pour le cours de 2 heures

Minutez votre déroulé de cours à partir du premier cours . Vous leur donnez une pause à l’heure

Ne laissez pas assis 2 heures  vos élèves : permettez leur de se lever dans le calme   à la pause d’une heure ou avant pour quelques uns .  Veillez à ce qu’ils se tiennent droits sur leur chaise!  qu’ils puissent se lever un peu : on peut prendre un livre, un dictionnaire. Mais pensez à tout cela si certains le désirent.  Parlez-en au professeur de gymnastique! Pensez que le corps est un obstacle à l’attention. Ils sont jeunes et ont besoin de bouger… Certains sont très grands et les bancs petits. Ils doivent faire attention à leur position de dos. Les chahuts viennent souvent d’un besoin de mouvement. Rappelez-vous, Vous jeunes!

 

Vous comptez 5 minutes d’installation dans le calme de plus en plus.

  • 30 minutes d’exercices écrits personnels même s’ils travaillent en groupe
  • 8 à 10 minutes de correction sur son brouillon
  • 5 minutes  pour faire écrire le travail chez soi.

L’attention d’un élève ne va pas au- delà de 20 minutes! Certains seront attentifs alors que d’autres non. Il faut en être conscients.

S’il  manque des textes,  s’arranger pour qu’ils suivent avec quelqu’un et notez le nom de l’élève pour qu’il n’oublie plus son livre. Vous notez le comportement des élèves.

Astuce N° 1

C’est pourquoi de faire la classe en changeant la vision de la classe par rapport au professeur est une bonne idée  en permettant que les élèves se voient  en cercle ou en rapprochant des bureaux  qu’ils se voient face à face  et  travaillent en groupe mais pas forcément en U qui forme un espace trop grand .

Le professeur passera au milieu d’eux se penchant un peu vers eux ou prenant un siège éventuellement pour être au même niveau si on est sur ordinateur. Le professeur ne doit pas avoir une mauvaise position de dos . Il doit prendre le temps de s’asseoir près de l’élève pas trop près cependant . Il faudra  aménager la classe et faire replacer les meubles à la fin dans le calme. C’est  peut être la solution pour motiver une classe mais pas tout le temps.

Gardez aussi la disposition en rangées de la classe et vous retournez une table pour qu’on travaille par 3, pas plus . 

Cette 2 ème heure va vous permettre d’élargir vos savoirs-faire pédagogiques. Vous passez au milieu des élèves et vous observez.

Astuce N° 2

Des façons de faire :

  • faire dicter parfois au début une réponse pour les aider. Puis qu’ils rédigent leur réponse en relisant une deuxième fois un passage à expliquer. Donnez-leur des types de phrases, des débuts de phrases. Lancez-leur l’idée comme je dis.  Appréciez le temps que vous devez leur laisser.
  • dicter votre réponse ou des aspects de réflexions, émettre des hypothèses de lectures par eux ou par  vous-mêmes en correction s’ils n’y arrivent pas tout de suite .  
  • revoir l’article   vos outils de travail.

Vous gardez toujours toujours votre fil directeur par rapport à votre séquence qui se déroulera sur 6 ou 7 séances. Vous donnez des références.

N’oubliez pas : faites penser, réfléchir, faites écrire, corriger sa pensée, voir si elle correspond à ce qu’on a dit : vérifier toujours la justesse de la pensée. 

 5 à 10 minutes   de remise au net par écrit des réflexions, des points importants de l’explication par les élèves.

Le travail oral durera 10 minutes en petit groupe.

Faites faire des bonnes lectures dans chaque groupe  d’un texte ayant un lien avec votre séquence.  Insistez sur la force de la voix, comme pour vous,  sur la bonne prononciation (faire répéter)  sur la bonne vitesse (ni trop vite, ni trop lente).  On minutera la lecture à voix basse  puis on lira à voix haute. Beaucoup passeront.

Vous avez  bien fait le schéma de votre explication ou de votre analyse de texte .  Par moment, accepter leur interprétation, bien écouter et réorienter l’élève qui s’égare . Le refaire formuler sa pensée si elle n’est pas assez précise. Vous le faites de manière à ne jamais humilier l’élève.

Il est difficile de rédiger en seconde. On sort des exercices de rédaction de la 3ème .

Il faut donc faire des exercices en classe ou en soutien pour certains que vous aurez repérés en relevant ces types d’exercices sans les noter  : faire des préparations de plan pour l’oral, faire écrire une introduction, un paragraphe de développement, une conclusion.

Ils pourront travailler soit avec leur voisin soit avec un autre élève de leur choix et se déplacer et prendre la place d’un autre.

Vous vous arrangez pour mettre les tables face à face afin d’aménager pour une pédagogie active par 2.

Astuce N° 3

Cependant chacun travaillera, écrira son texte ou aidera à corriger l’autre. Ils apprendront à confronter leurs idées, à rédiger ensemble et à se corriger  pour la correction de la  phrase, de la syntaxe, de l’orthographe grammaticale : les  verbes, la personne, le singulier, le pluriel, le temps, le participe passé, l’infinitif. 

Astuce N° 4

Vous ferez faire des fiches précises sur l’orthographe et les fautes grammaticales . En relever quelques unes au hasard et voir chez vous le travail effectué . Système d’évaluation à prévoir, pas de notation.

Alors que l’élève écrit 10 minutes il doit se corriger pendant 5 minutes  et il corrigera en même temps  toutes les 5 à 10 lignes ses fautes d’orthographe courantes. Certes il ne faut  pas entraver la pensée par l’orthographe mais  il est vraiment indispensable de rectifier les erreurs grammaticales et orthographiques au fur et à mesure de l’écriture pour que la correction devienne un automatisme. Chacun rend une feuille ou écrit sur sa feuille avec son nom si vous,  professeur en relevez quelques unes.

5 minutes  avant la fin du cours : on donne le travail qui est un travail personnel. Chez soi, l’élève  corrigera sa feuille  d’explication de texte faite en groupe, il  reconstruira sa réponse, il résumera le travail fait et  montrera le rôle qu’il  a joué dans le groupe. Il fera éventuellement encore un travail court de rédaction sur une idée ou un début de sujet.

Vous serez amené à revoir la gestion du temps régulièrement puis à revoir le déroulement du premier cours et vos outils de travail. 

Vous pourrez nous fournir par Facebook du site ou dans le commentaire les  temps de cours que vous appréciez. Prenez le temps aussi de réfléchir sur votre enseignement. Prenez des notes sur la façon dont chaque cours s’est déroulé. 

Vous saurez  « qu’enseigner c’est apprendre  » dit Bernadette Aumont  et elle ajoute : Il faut « inventer des manières nouvelles pour favoriser un apprendre effectif chez leurs élèves » en évoquant l’objectif des professeurs. 

Chaque année, vous évoluerez, vous ferez moins d’erreurs, mais vous garderez votre enthousiasme et votre passion pour votre discipline, vous vous formerez souvent mais de façon sincère, vraie, qui vous correspond.  

A ce propos, je vous conseille vivement  de vous reporter p.241 et suivantes  et p. 251 et suivantes du livre l’Acte d’apprendre  édition : L’Harmattan ,  pages qui vous permettront d’avoir des réponses à vos questions, thèse écrite par Bernadette Aumont et Pierre-Marie Mesnier 

 

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Révision de nos 3 grands auteurs classiques : Corneille, Molière, Racine.

 

De la façon de réviser nos 3 Grands Auteurs Classiques qui font notre Littérature Française. Des titres de pièces très connus de l’Europe, du Monde , des Noms de Personnages qui peuvent être devenus des Mythes à connaître par coeur : un  Don Juan, un Tartuffe, un Alceste (le Misanthrope), un Harpagon (l’Avare), une Célimène (la coquette, celle qui aime plaire dans le Misanthrope), un Diafoirus :  Médecins, des Domestiques dont une Nicole avec son  bon sens, un Trissotin (3 fois sot) . Des sujets de Comédies ou de Tragédies seront aussi à résumer.

Savoir reconnaître Corneille et Racine  :  nos deux auteurs tragiques. 

Corneille plus rigide, plus classique, plus ancien dans le temps, suivant vraiment  les règles des 3 unités : de temps, de lieu, d’action. 

Corneille avec son  personnages du Cid : Don Rodrigue qui se trouve confronté à un choix inextricable qu’on a si bien nommé le dilemme cornélien,  conflit ou encore choix cornélien à savoir quelle valeur doit supplanter une autre   : savoir régler l’Honneur de son Père Don Diègue qui passe avant l’Amour pour sa maîtresse (au sens de :  la femme aimée qui est Chimène ).

« Allons, mon bras, sauvons du moins l’honneur,

 Puisque après tout il faut perdre Chimène ».

Il faut donc faire comprendre à vos élèves  les valeurs morales  du 17 ème siècle et définir les mots qui n’ont pas forcément le même sens 4 siècles plus tard pour comprendre la beauté et l’élévation de cette tragédie dont le monde entier s’est inspiré de même que Corneille s’était inspiré d’un personnage espagnol.

Racine plus « doux » : on dit de lui « le tendre Racine ». Il est plus jeune. Vivant plus à la fin du siècle de Louis XIV. Sous Madame de Maintenon.

Molière est à part puisqu’ auteur comique : on le reconnaît. Pourtant dans son œuvre, on distingue deux aspects  : un plus élaboré, plus philosophique avec  le Misanthrope et Don Juan et  un, dans les débuts, plus tourné vers la comédie orale.   C’est du théâtre en plein air, dehors, sur les places publiques, sur les Tréteaux qui existent encore de nos jours,  dénonçant les excès des personnages, leurs défauts : l’avarice, l’hypocrisie, la prétention, le libertinage, la libre Pensée  et prônant l’Education des Filles et leur liberté dans le choix d’un Mari, mettant en valeur la notion : de l’honnête homme annonçant l’homme moderne acceptant la place de la Femme, son égale pour faire en sorte que l’amour existe aussi et surtout dans le Mariage. (les mariages étaient arrangés, de convenance, elles épousaient des vieillards ,  par intérêt financier  et par raison de classe sociale, les filles avaient une  » dot », les filles sans dot (sans argent) ne se mariaient pas et l’Avare de Molière le fameux Harpagon, veut donner sa fille « sans dot ». La fameuse scène est à faire apprendre elle aussi . 

Molière est pour la liberté et  pour l’éducation de la jeune fille qui doit être cultivée. Il est très moderne. Le rôle du vieux mari, tuteur heureusement souvent ridiculisé est présent dans nombre de  ses pièces.

Pierre Corneille (1606-1684) : né à Rouen.

CorneilleVivant sous le Baroque.

Le plus âgé en date de nos grands tragiques classiques : Un demi-siècle avant vit en Angleterre le grand William Shakespeare (1564-1616). Faites noter cette date car Shakespeare est très important dans la littérature européenne. C’est le bicentenaire de sa mort. Voyez ce qui se passe cette année à Stratford-upon-Avon. 

Pierre Corneille écrit des tragédies, peu de comédies que l’on rejoue depuis peu et que l’on peut voir avec agrément :  l’illusion comique , le Menteur (1643), la Place Royale.

Et surtout : les pièces étaient principalement en vers.  Tout le monde versifiait. On pouvait être plus ou moins doué (se reporter aux Précieuses Ridicules, au Bourgeois Gentilhomme) mais on avait l’habitude de « rimer ». Connaître les rimes, les formes, était courant.  Il existait un Dictionnaire des rimes facilitant le poète. La plupart des comédies sont souvent en prose mais celles qui sont avec un sujet sérieux sont en vers chez Molière . Vous les faites repérer à vos élèves. 

Les fameuses stances du Cid  sont très célèbres : voir leurs formes avec des vers longs et des courts .

En faire apprendre un certain nombre car c’est notre patrimoine et de plus c’est un très bon exercice de mémoire et de diction.

« O rage, O désespoir, O vieillesse ennemie

N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie »

Le Cid (1636), Horace (1640), Cinna, Polyeucte (1643), Nicoméde (1651), Tite et Bérénice, (Racine écrira Bérénice).

A faire citer d’autres pièces : à les résumer chacune en quelques mots.

 

Molière (1622-1673) né à Paris,

Nos 3 grands auteurs classiques
Molière

Son nom : Jean Baptiste Poquelin .

Crée le théâtre de la Comédie Française à Paris . Il est en concurrence avec le théâtre de Bourgogne. Vous vous documenterez sur ces deux théâtres, de leurs localisations qui ont pu changer dans Paris, ils sont très présents au 17 ème siècle. Les spectacles pouvaient être houleux et bruyants. Le théâtre était la distraction de tous. 

Il crée le théâtre ambulant qui va de Paris en Province.

Les comédies : les fourberies de Scapin.

Les grandes comédies :  certaines en vers, la plupart en prose.

l’Ecole des Maris (1661), l’Ecole des Femmes(1662), Les Femmes Savantes (1672) l’Avare,  Le Misanthrope, Tartuffe, Don Juan.

Le Bourgeois Gentilhomme (1670) comédie-ballet dont la musique est de Lulli. 

Les Précieuses Ridicules (1659)

Le Médecin malgré lui, le Malade imaginaire (1673) . il se meurt  à l’issue de la fin de cette pièce : on a baissé le rideau . Il ne fut pas enterré religieusement car on estimait les gens de théâtre comme des gens amoraux. 

 

Racine (Jean) (1639-1699) né à la Ferté-Milon .

nos 3 grands auteurs classiquesLe tendre Racine. Auteur tragique :  Le plus jeune des 3.
Elève de Port-Royal. Des maîtres jansénistes (revoir le rôle de l’abbaye de Port Royal et de Pascal et le jansénisme). Vous pouvez vous y rendre aussi. Lieu calme, d’étude, quasi conventuel. 

Ses tragédies :

Esther,  (1667), Bérénice(1670), Britannicus   (1669), Mithridate (1673), Phèdre(1677), Iphigénie (1674). Andromaque.

Une comédie : Les Plaideurs .

 Il faut faire apprendre des passages entiers, des tirades à vos élèves car la mémoire  est à faire travailler très jeune avant l’âge de 12 ans . On se souvient du par coeur de ce que l’on a appris avant cet âge d’où l’importance, d’apprendre des poésies, des textes, de la musique si on est musicien jeune.  Cette mémoire répétitive  permet de bien comprendre la structure des phrasés, de la syntaxe, du vocabulaire  et il faut faire travailler la mémoire pour la conserver et l’augmenter  toute sa vie jusqu’au plus grand âge par contre il ne faut pas la saturer, il y a toujours un risque à ne pas dépasser : attention . C’est par la mémoire travaillée très jeune, le  » par coeur », qui vous permettra d’avoir  une grande mémoire âgée. Nous voyons des acteurs âgés avec une  grande mémoire . Ils l’ont travaillé.   

 

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Les résultats des Molière : Allez au Théâtre

Les résultats des Molière se trouvent sur le site : www.lesmolieres.com

Retrouvons donc notre Esprit et Place à la Culture.

Des créations sont excellentes et montrent les aspects magnifiques et variés du théâtre français et d’une pensée qui doit être fine et élevée, provocatrice, légère tout en étant créative et esthétiquement jolie et bien formulée.

Ce qui est intéressant c’est de voir par ces prix cette concurrence entre théâtres privés et publics et cette émulation.

 Ainsi des salles de théâtre parisiens ou autres et leurs directeurs ou directrices grâce à une nomination aux Molières sont reconnues pour leurs choix de pièces intéressantes ou distrayantes, avec de bons acteurs et votre choix s’en trouve facilité ce qui est très important.

Donc les Molière mettent au premier rang ces institutions ou ces nouveaux théâtres.

Il y a nombre de petites salles  de théâtre qui se multiplient depuis des années à Paris: votre choix peut se tourner vers elles. De même, les salles de proche banlieue sont très célèbres et courez voir des pièces.

Prenez goût au théâtre et initiez les familles et vos lycéens à aller au théâtre et que tous se fassent un budget théâtre comme on en a un pour le cinéma.

 Le théâtre fait un grand effort d’accès. Allez-y, prenez le temps de prendre des places. Je remarque que beaucoup de provinciaux y vont et moins de parisiens : Prenez donc le temps d’y aller.

Vous nous direz les pièces que vous avez vues cette année dans le commentaire de l’article ou dans facebook du site astucesdeprof.com

Vous avez sans doute emmené vos élèves au théâtre. Vous leur faites noter sur le cahier de texte sans obligation des pièces qui se donnent sur le moment. Il faut parler de l’actualité littéraire quand on est dans l’enseignement des Lettres.

Si vous êtes dans la séquence théâtre ou si vous l’avez déjà faite dans l’année : rajoutez un cours ou une mention sur l’évolution du théâtre et parlez des pièces et des acteurs de la cérémonie des Molière.

Choisissez un sujet de dissertation sur le théâtre à partir d’une citation et de 3 textes de pièces pour le corpus et posez une question précise concernant une pièce étudiée, son impact, la mise en scène, les effets de surprise, les personnages principaux ou secondaires sur laquelle vos lycéens disserteront.

 Vous avez de jeunes comédiens qui innovent ou qui reprennent des classiques ou qui créent des pièces nouvelles. Apprenez leurs noms. Apprenez les noms des auteurs récents. Il faut être cultivés sur ce point, nous, les professeurs de Lettres.

 

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

A voir ce soir la nuit des Molière : lundi 27 avril 2015 sur la 2.

Pour bien être au courant de la mouvance théâtrale et  pouvoir parler théâtre de façon contemporaine :

Pensez à voir la nuit des Molière à 22 h 25 sur la 2 ce lundi 27 avril 2015 sur la 2.

Nicola Bedos présente la soirée qui se déroule aux Folies Bergères.

Avec la participation de nos  grands comédiens : André Dussollier, Pierre Arditi, Francois Berléand, Muriel Robin.

On récompense le théâtre à travers 17 catégories. L’année dernière Philippe Torreton et Robert Hirsch avaient été distingués et la pièce : « le Père » de Florian Zeller avait été plébiscitée.

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Dates de Salon sur le numérique : rappels et événements 2014-2015

2014 a été  et sera axé sur le numérique et la pédagogie. La Ministre de l’Education Nationale Najat Vallaud-Belkacem souhaite continuer cet objectif et l’accroître car la jeune génération sera née avec et les seniors doivent absolument s’y mettre si ce n’est pas déjà fait pour beaucoup.

voici les sites à compulser :

Le salon Educatec-Educatice a eu lieu du 26 au 28 novembre 2014  à la Porte de Versailles. Pour les professionnels de l’enseignement. www.educatec-educatice.com

Des dates importantes pour l’année scolaire 2014-2015 ont été l’occasion de Salons ou de Forums.

Lisez ce qui s’est passé :  www.salon.education.com pour les 27 au 30 novembre 2014 pour le Salon Européen de l’Education .

Vous regardez toujours avant la rentrée le B.O. de l’Education Nationale.

education.gouv.fr

Si vous êtes dans l’Enseignement Privé, vous vous adressez 76 rue des Sts Pères 75007 PARIS

le site de l’Enseignement Privé est le suivant :

www.ec75.org

Le 4 et 5 novembre 2014, il y a eu une formation sur la pédagogie avec le numérique par l’Enseignement Privé sous contrat 76 rue des Sts Pères. Et naturellement au Salon Européen de l’Education. Vous pouviez vous inscrire à telle ou telle activité.

L’Enseignement Privé sous contrat  a toujours eu des méthodes pédagogiques en avance sur son temps et il  a pu faire profiter de son expérience  montrant ainsi  ses résultats très efficaces. 

Le 17 avril 2015 a eu lieu au Grand Rex  1 Bd Poissonnière ( à connaître : très vaste cinéma – théâtre : un des plus anciens de  Paris sur les Grands Boulevards) une journée sur le Numérique et la relation pédagogique dans le cadre de l’Enseignement Privé sous Contrat.

j’ai eu pour ma part un grand nombre de cours de formation dans l’Enseignement Privé. C’est sans doute pour cela que je fais ce site pour nos jeunes professeurs de Lettres.

Si vous, professeur de Lettres de l’Enseignement Privé sous contrat  avez participé à cette journée nous vous remercions de nous apporter vos témoignages et les perspectives du numérique dans l’enseignement du français pour les niveaux seconde, première révision bac de français.

Un juste équilibre devra donc être réalisé entre ces deux modes pédagogiques qui peuvent aider et rendre d’énormes services tout en mesurant les conséquences d’une forme par rapport à l’autre plus ancienne. Il nous faut cependant nous adapter en étant prudent et éclairé.

http://astucesdeprof.com/2016/02/04/le-salon-educatec-educatice-du-9-au-11-mars-2016-porte-de-versailles/

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Réponses à nos questions sur le cinéma et le roman

 

Voici les réponses à nos questions sur le cinéma et le roman.

 

 1) le Journal d’une Femme de Chambre

avec Léa Seydoux et Vincent Lindon

d’après Octave Mirbeau 1848-1917

 2) Le Colonel Chabert

3) Le Rouge et le Noir

4) Madame de Rênal, Julien Sorel, Mathilde de la Mole.

 5) Zola

 6) Maupassant

 

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Roman et cinéma : des questions.

Le roman et le cinéma.

Votre culture cinématographique  : un petit moment de détente.

Des questions : A vous de répondre.

1) Quel est le dernier film sur nos écrans parisiens et français extrait d’un roman ?

 2) Connaissez-vous un titre de roman de Balzac mis au cinéma ?

L’acteur en était Gérard Depardieu.

L’actrice Fanny Ardant.

 

3) Connaissez-vous le titre de film ancien issu d’un roman de Stendhal ?

Quels en sont les acteurs ?

Danielle Darrieux très grande actrice qui vit encore.

Elle jouait le rôle d’une femme mariée qui aime le précepteur de ses enfants.

Trouvez vous ce film fidèle au livre ?

 

4) Quels sont les noms des personnages ?

 

5) De quel romancier du 19 ème siècle est tiré le film : La Curée de Roger Vadim ?

 

6) Connaissez-vous le romancier,  auteur de Contes du 19 ème siècle dont on a tiré quantité de petits films à la Télévision ?

 voir : réponses à nos questions sur le cinéma et le roman. 

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Le Prix Nobel en 2014 de Modiano, les Nouveautés, les émissions tv et radio , le Salon du Livre

Les Nouveautés, il faut s’y intéresser et voir l’outil pédagogique que cela constitue. Donc le passage dans la maison d’édition est intéressant car il y a toujours un centre pédagogique et quelqu’un pour répondre à vos questions dans la matière que vous enseignez. Prenez des notes sur un carnet d’adresse de travail.

Ecoutez les émissions à la télévision :

La grande Librairie la 5 à  ,20 h 40 le jeudi  présenté par François Busnel. 

 sur la 2 Télématin, 

Public Sénat : chroniques. On résume un livre.

Prenez exemple en écoutant.

Vous nous direz encore lesquelles avec précision et leurs heures : qu’on puisse en profiter.

Des émissions à la radio. Vous nous les ferez découvrir. Il y en a.

Social Club de 20 h à 22h sur Europe N° 1 avec Frédéric Taddei.

Qu’il y ait une trace écrite ou sur votre tablette de vos visites chez les libraires ou chez les éditeurs ou de vos lectures, ou de celles entendues à la radio ou à la télévision. 

Il faut toujours que vos démarches soient mentionnées. Vous ressortez alors un jour cette lecture et vous faites des rapprochements. Vous apprendrez alors à converser.

La France a été le pays de l’art de la conversation. Si vous avez des conteurs autour de vous,  vous pouvez nous en parler. 

Sachez le retrouver cet art de la conversation.

Souvenez-vous de Madame de Sévigné, des Caractères de La Bruyère avec les descriptions de causeurs célèbres ou de Molière dans les Précieuses Ridicules 

Sachez faire parler ceux qui savent bien. Faites raconter vos élèves.

Allez aussi chez vos libraires de quartier en revenant de votre Lycée : je ne vous dis pas tous les jours mais souvent. Etre au courant des livres, des nouveautés, des genres d’auteurs, participe à votre ouverture d’esprit et c’est un plaisir.

Regardez les livres, les ventes des livres, des sections de livres peu lus. Tout est important. Vous apparaîtrez cultivé et dans la mouvance du moment. Toutes vos parenthèses sur des livres seront très importantes pour vos élèves. C’est de celles-ci  dont ils se souviendront le plus souvent.

 Le livre se porte bien. Il existe le livre numérique, le livre audio.  Ils coexistent. Le numérique ne tue pas le livre papier. Développement de la B.D. et des Mangas.

A cette rentrée 2015-2016 regardez les premiers romans : présentés par François Busnel à la Grande Librairie LGL.

Les littératures étrangères ne seront pas à négliger. 

Le salon du livre à la Porte de Versailles a eu lieu avec pour invité le Brésil,

Jean d’Ormesson,  académicien français a reçu son ami Antonio Torres. j’y suis allée. J’y ai vu Jean d’Ormesson, à l’esprit extrêmement vif quoique âgé. Il est notre digne représentant d’un écrivain français admirable. Il a écrit des romans sur des histoires familiales de l’aristocratie française, des essais sur la Vie qui se lisent comme un roman,   des histoires littéraires à lire.

Le fait qu’il ait  vécu au Brésil il y a fort longtemps lui a permis une grande ouverture sur les choses et les êtres . Son père était ambassadeur. Il sait écouter les autres écrivains et lui même est d’une culture immense ayant été à l’Ecole de la rue d’Ulm. (littéraire, histoire) dont on ne brigue pas assez les places. Quelqu’un qui a fait la rue d’Ulm à Paris aurait toutes grandes les portes. Il a une culture énorme. On ne parle pas assez des grandes écoles littéraires. On a misé trop sur les mathématiques. c’est bien dommage. Il faut remettre des littéraires dans les Etudes. Ils peuvent être de grands Personnages de l’Etat. Il a une façon de parler très posée et très distinguée comme il l’est lui-même et en même temps sa pensée est d’une grande simplicité et d’une grande clarté. 

Autre invité  : La Pologne.

Des pays du Moyen Orient étaient présents.  Après les événements de Janvier à Paris, nous étions émus de les recevoir.  Ils se sentaient libres dans ce Salon du Livre.  Après de tels événements, et les tueries de Charlie Hebdo et des clients de l’épicerie casher de Vincennes,  là le Salon du Livre était en deuil mais était le symbole de la Liberté et de Paix avec quelques représentants des maisons d’éditions des Pays opprimés . C’était extrêmement émouvant.

Nos Maisons d’Edition, nos librairies de nos pays,  les Maisons d’Edition et les librairies de ces pays du  Proche-Orient, Moyen Orient ou d’Afrique avaient donc un rôle symbolique depuis les événements de Janvier. Tant qu’on peut éditer des Livres on peut se dire Libres.

Constatez qu’il n’y a qu’une lettre différente entre le mot Livre et l’adjectif Libre.

 Voilà la remarque que je me suis faite grâce à la participation de ces pays. 

Il faut qu’elles perdurent grâce à vous Jeunes Lecteurs avec vos Parents. Ce sont des lieux magiques. Chaque libraire ou chaque Librairie ayant ses livres spécifiques à chacune parfois.

A Paris, nous avons de grandes librairies dont on se parlera.

En province vous en avez aussi de très agréables ou même d’importantes que vous nous ferez connaître.

Dans les Dom Tom, dans les Lycées Français à l’étranger : Parlez-nous, dites-nous le nom de vos grandes Librairies et nous apprendrons à vous connaître. Merci à l’avance. 

Parlez-en à vos lycéens de ces Librairies. D’ailleurs ils aiment y aller car c’est un lieu de vie.

De même, vous allez dans les bibliothèques ou dans les médiathèques. Vous ferez aller vos lycéens. C’est indispensable.  Les familles et leurs enfants écoliers se retrouvent déjà dans ces lieux  souvent ouverts le dimanche.

  Que ces démarches aboutissent à une réflexion sur votre pédagogie future et actuelle. Pas ou Peu de Photocopies : Servez-vous absolument des Livres afin de faire le moins de photocopies sauf pour les sujets de devoir sur table : appelés DST ou composition.

 L’outil Livre est essentiel. C’est leur bien,  Il faut qu’ils s’en servent.  Prévoyez les cours d’histoire littéraire : ils remplissent vos deux heures et qu’ils soient bien faits. Vous leur ferez revoir les  vies d’auteurs dans un siècle historique que vous rappelez lors de l’étude de textes. 

On pourra se documenter auprès de son collègue d’histoire ainsi entre professeurs de disciplines complémentaires, vous ferez comprendre l’intérêt de respecter toutes les disciplines à vos élèves. 

 

 

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+