Conseils pour votre premier cours

Des conseils pour faire un bon cours de lettres de 2ème à Bac et Bac plus 2 à …pas de limite. Des trucs, des astuces pour vous sentir bien avec votre classe et bien la mener. 

C’est vous qui dirigerez en laissant de la liberté à chacun afin que votre classe soit un tout homogène et harmonieux : très importante l’atmosphère qui va régner dans votre classe où vous ne devrez jamais vous sentir débordé. Vous arrêtez l’élève envahissant,  poliment s’il faut.  Vous dites qu’on passe à autre chose. Soyez directif. Ne perdez pas leur temps. 
 
La lecture de votre cours sera bien structurée, avec 3 moments différents de 15 à 18 minutes  que vous préparerez chez vous pour 1 h de cours. Vous notez l’heure sur votre cahier et la fin de l’heure de l’exercice. Vous pouvez avoir une petite marge de temps.
Vous avez sur le bureau votre cahier de cours : page de gauche, vous notez pendant le cours des remarques à ne pas oublier plus tard , page de droite votre schéma de cours et  vous vous y tenez.
 Vous pouvez utiliser une fiche ou votre tablette ordinateur  pourquoi pas pour suivre votre cours avec des références, des phrases de transition, des citations à bien placer  au cas où…
 Vous allez vous dire :  » que vais-je faire en 1 heure?  »  – c’est court,  » en 2 heures » :  » ça paraît long » donc faites des temps d’écoute, de prise de notes, d’explication (notez à la fin du cours ou pendant des  « choses » qui se sont passées dans la classe :  des noms d’élèves, des observations, des sujets abordés à reprendre).
Vous annoncez toujours en introduction le contenu de votre cours : type de cours, correction des réponses à un texte, nouvelle orientation du cours. Qu’ils sachent ce qu’ils vont entendre et l’intitulé du cours. Il faut être « pratique », leur donner des objectifs. Ne pas arriver sans préparer mais rajouter des anecdotes utiles et qui les accrocheront . Vous préparez ces histoires de vie d’auteur, de résumé de romans ou de pièces de théâtre que vous placerez  au milieu d’analyse stricte un peu ennuyeuse de texte.
 
Pour 2 heures au bout de ¾ d’heure d’explication orale, faites prendre des notes sur le texte, Apprenez-leur à dégager l’essentiel de vos propos, qu’ils écrivent à leur façon l’histoire d’un texte ,  puis arrangez-vous pour faire de l’histoire littéraire, et s’il reste du temps, préparez un autre texte pour le prochain cours et auquel ils commenceront  de répondre .
 
Vous leur donnerez préparées avec vous 2 ou 3  questions auxquelles vous leur direz de répondre à ce moment-là et à reprendre chez eux.
 
Votre cours lu chez vous ne sera pas lu en classe mais dit.
Par la suite vous serez très compétent. Je ne vous fais pas le cours. Vous avez appris. Vous allez apprendre vous-même. Cependant il faut que vous dirigiez votre cours du début à sa fin, qu’il y ait un fil directeur autour du texte, que vous sachiez finir le cours 5 à 7 minutes avant quelque soit le moment du cours par une phrase souvent la même : « Nous avons fini pour aujourd’hui avec tel auteur ou tel texte … ».  « nous reprendrons tel jour au cours suivant » . Au moins ils sauront que le cours est fini. Soyez précis et ferme . 
 
Je vous conseille  d’avoir toujours de prêt un premier cours ou un moment de cours, de préparation de cours tout fait avec un beau texte d’un bon auteur même s’il n’appartient pas au siècle à étudier à ce moment afin de faire retrouver à vos élèves une sorte d’intérêt s’ils se lassent –  ce qui peut arriver.
Vous tâchez d’avoir ainsi 2 ou 3 textes préparés d’avance pour votre éventuel premier cours ou pour tout autre moment de l’année. 

En 2nde vous en choisissez un texte d’un genre que vous étudierez  au premier trimestre du 19 ème au 21 è siècle  quitte à revenir au besoin au début de votre chronologie. Ce texte doit apparaître comme « facile » d’accès pour la langue par rapport aux élèves. 
 
En 1ère vous  en choisirez un du 16 è au 18 ème siècle : vous choisissez un texte qu’ils trouveront dans leurs livres de classe plus tard et s’ils risquent de ne pas l’avoir le premier jour ou les suivants,  vous tirerez le nombre d’exemplaires de la page dont vous avez besoin avec le N° de la page.  Vous continuerez par la suite dans le manuel scolaire. 
 
Le premier texte du premier cours doit être plaisant et bien passer.
Ne prenez pas un texte que vous ne savez pas traiter ou que les élèves ne comprendront pas. Mettez-vous à une portée facile.
Là vous aurez répété plusieurs fois chez vous votre analyse comme un acteur devant un miroir. Vous aurez écrit votre texte en entier pour bien le connaître et l’avoir sous les yeux en surlignant s’il le faut.
 
Inspirez-vous d’un bon cours d’étudiant ou de lycéen . Souvenez-vous d’un bon professeur de français et adaptez votre cours.
 
Faites un mélange entre vos cours que vous aviez élève et votre cours que vous voulez donner clair et précis : sans « blancs » : il faut avoir l’horreur du vide au début du moins.
Vous aurez des astuces pour ne pas avoir ces « blancs » avec des types de phrases pour vous rattraper. Vous relisez le passage où vous êtes, puis le suivant que vous expliquez sans doute mieux celui-ci.
 
Et surtout vous aurez toujours bien le n° des pages des livres ou vous aurez bien prévu le nombre de photocopies du texte à expliquer . Vous devez avoir absolument un support qu’ils doivent suivre.
Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Dire vos objectifs – mise en situation lors de l’analyse de texte

Vous pouvez considérer que chaque cours, dans vos débuts et plus tard si vous êtes à refaire les mêmes choses ou que vous ne savez plus comment vous y prendre, est comme le 1er cours. Revoyez alors mes conseils à « premier cours » à noter à rechercher sur le site .  Vous devez toujours avoir prévu votre tenue et vous soucier de votre apparence. Soyez ordonné sur votre bureau, ayez bien crayon, stylo,règle, gomme.
Prévoyez 3 ou 4  noms d’élèves à interroger : notez les noms. Vous pouvez en interroger d’autres volontaires,  mettez une appréciation, une note au crayon .  Vous avez toujours sous les yeux la liste des élèves dont vous répétez bien les noms ou prénoms avant. 
 
 Dans votre temps de transport vous pouvez réfléchir à vos classes, à comment aborder telle classe ce matin si vous avez vraiment bien préparé votre cours chez vous.
 
 Ne venez pas sans préparer même avec de l’expérience. Vous devez toujours avoir un schéma directeur et de répartition de temps du cours : vous notez ces temps sur une feuille qui reste sur votre bureau (à côté de votre cahier de préparation ) : de telle heure à telle heure pour telle activité durant le cours que vous allez faire. Vous pouvez réfléchir à noter des types de phrases, des phrases de transition d’une activité à une autre : pour passer de l’oral à l’écrit. « Nous allons passer à l’exercice suivant ». Vous mettez de gros titres ou des phrases ou des N° de pages sur votre feuille de schéma directeur de cours ainsi vous parlerez facilement. Vous écrivez des éléments de votre cours et non pas un cours rédigé.
 
 Votre cours doit être à chaque fois préparé et avoir des objectifs précis par rapport aux cours précédents que vous aurez analysés : par rapport au comportement que vos élèves ont eu, l’intérêt qu’ils auront marqué à tel moment. Il faut que vos élèves s’intéressent sinon modifiez des aspects de votre cours. Trouvez des savoirs-faire par rapport à une classe.
 
 Pendant l’analyse d’un texte ou la lecture suivie : c’est à eux de réfléchir. L’exercice est oral et ils ne doivent pas prendre des notes et aboutir après l’exercice à une réflexion personnelle qui leur permettra de fournir une hypothèse de lecture. Là, ils peuvent prendre quelques notes mais seulement à la fin de la partie orale ils rédigeront une réponse pour que ce soit bien leur interprétation qu’ils corrigeront avec vous.
voir B.O (30 septembre 2010). Ecoutez bien la façon dont ils s’expriment. Rectifiez selon leur pensée ou donnez la vôtre si la leur est confuse. Montrez  leur le cheminement. 
 
Soyez patients : acceptez cette étape. Et ils aboutiront toujours à faire un exercice écrit par eux en peu de temps . Rédiger : il faut qu’ils sachent rédiger. Là aussi il faut être patient avec eux. C’est un énorme travail.
Vos objectifs : dire la pensée d’un auteur, rédiger une pensée avec un fil directeur : tel est  l’ objectif pour chacun. 
Vous vous dites que toute explication de texte, toute explication  de la pensée de l’auteur doit être reprise et adaptée par chacun de vos élèves avec des mots justes et précis que vous les amenez à écrire. On fera toujours un travail de correction obligatoire,  minutieux de la phrase pour l’orthographe et de sa correction, puis on laissera écrire pour en rajouter plus avec plus de rapidité .  Voilà comme on obtient des bonnes notes chez un élève. Procéder par étapes mais laisser de la spontanéité quitte à faire recopier dans les débuts, à raturer proprement pour que le jour de l’examen l’élève écrive en temps voulu et qu’il rende une copie terminée 10 minutes avant la fin pour relire et pour les dernières corrections faites proprement. 
A d’autres moments du cours,  vous pouvez leur apprendre à prendre en notes avec des abréviations afin d’avoir un système à eux pour aller vite et reprendre par eux-mêmes l’idée. Vous leur apprendrez naturellement à constituer leurs fiches de cours sur un texte en vue de l’oral. 
 
Pour cela à chaque fin de cours : bien noter sur votre cahier professionnel de cours où vous en êtes de tel texte, quel objectif pour vous, pour les élèves. Quels types d’exercices faire ?  Vous inscrirez les noms des élèves interrogés afin d’éviter d’interroger toujours les mêmes : variez un peu même si vous hésitez à interroger quelqu’un qui va rendre terne votre cours et que vous interrogerez en petits groupes.
 
Il est certain que vous prendrez appui sur 2 ou 3 bons élèves au cours et aux exercices essayez ceux qui sont un  peu moins bons qui sont à valoriser. Il est évident qu’un élève qui hésite trop  n’est pas fait pour le groupe de même qu’un autre qu’on n’entend pas. Vous les valoriserez, je vous le dis, en petits groupes afin qu’ils s’exercent  et prennent une certaine assurance. Soyez sensible à des petites choses et ne vous mettez jamais dans des situations difficiles à gérer. Sachez connaître le temps à passer sur tel exercice. Evaluez bien ces temps afin de ne pas avoir de problèmes de disciplines. Sachez arrêter des commentaires à temps… plus tard, sachez utiliser les moments les instants  de silence, là ce sera l’aspect le plus abouti de votre enseignement. 
Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Dates de salon 2014

 

2014 a été axé  sur le numérique et la pédagogie. La Ministre de l’Education Nationale Najat Vallaud-Belkacem a  souhaité continuer cet objectif et l’accroître car la jeune génération sera née avec et les seniors doivent absolument s’y mettre si ce n’est pas déjà fait pour beaucoup. C’était mon cas depuis de très nombreuses années d’où l’exigence de mon site concernant l’écriture et au stylo bic ou bille feutre ou stylo plume . Cette année scolaire 2014-2015 sera sous le signe du numérique et de la pédagogie avec le numérique. Vous devez compulser les sites les concernant. 

Le salon Educatec-Educatice a eu lieu du  26 au 28 novembre 2014 à partir de 9 h 30 à la Porte de Versailles. pour les professionnels de l’enseignement

www.educatec-educatice.com

Lisez www.salon.education.com pour les 27 au 30 novembre 2014 pour le Salon européen de l’Education à la Porte de Versailles. Vous aurez regardé régulièrement au moins une demi-heure agenda en main au moins une fois par semaine le site de l’éducation nationale ou privé  et noté à partir des sites suivants tout ce qui concernait votre enseignement, votre matière, votre niveau.

Vous regardez régulièrement le B.O. Les sites de l’Education Nationale sont les suivants.

celui spécial du  30 septembre 2010 pour le français en seconde première où on vous rappelle les instructions concernant l’approche de l’analyse de texte de façon très précises et tant d’autres exercices. Plongez-vous y et vérifiez régulièrement les B.O au cours de votre carrière pour savoir si vous êtes bien dans la lignée du programme. Parlez en avec votre Directeur et vos collègues.

Vous regarderez aussi les B.O. de chaque année et pour votre discipline et des disciplines voisines de la vôtre . Vous prenez bien des notes à propos des savoir-faire sur votre cahier pédagogique et vous notez l’année. Ca change en effet. Là en ce moment beaucoup d’aspects de pédagogie sont en voie d’améliorations et d’adaptations nombreuses discutées et publiées par le Ministère de l’Education Nationale qui adapte l’enseignement à son temps. Des groupes de travail précisent des champs entiers d’éducation à des niveaux spécifiques à chaque période. Soyez en conscients. Si vous voulez vous impliquer vous pouvez demander comment faire partie de groupes de travail à votre Direction.

Des liens à ouvrir.

eduscol

education.gouv.fr

eduscol.education.fr

adresse du rectorat de Paris 94 av Gambetta 75020 Paris tél : 01 44 62 40 40

Adresse de l’Enseignement privé 76 rue des Sts Pères 75007 PARIS tél : 01 45 49 61 10

www.ec75.org

Voici les événements auxquels vous avez pu vous inscrire. Les salons auxquels vous avez pu aller..  On fera tout pour vous initier. On fait tout pour vous cette année. Inscrivez vous bien à des ateliers. (souvent sur internet). C’est essentiel. Il faut être au point. Gardez ces dates ne vous dites pas que c’est trop. Le 4 et 5 novembre 2014 Il y a eu une formation sur la pédagogie avec le numérique par l’enseignement privé sous contrat 76 rue des Sts Pères. Et naturellement au salon européen de l’Education, vous avez pu vous inscrire à telle ou telle activité. Vous avez dû en profiter et avoir pris des notes. Ce fut mon cas.

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Le Prix Nobel en 2014 de Modiano, les Nouveautés, les émissions tv et radio , le Salon du Livre

Les Nouveautés, il faut s’y intéresser et voir l’outil pédagogique que cela constitue. Donc le passage dans la maison d’édition est intéressant car il y a toujours un centre pédagogique et quelqu’un pour répondre à vos questions dans la matière que vous enseignez. Prenez des notes sur un carnet d’adresse de travail.

Ecoutez les émissions à la télévision :

La grande Librairie la 5 à  ,20 h 40 le jeudi  présenté par François Busnel. 

 sur la 2 Télématin, 

Public Sénat : chroniques. On résume un livre.

Prenez exemple en écoutant.

Vous nous direz encore lesquelles avec précision et leurs heures : qu’on puisse en profiter.

Des émissions à la radio. Vous nous les ferez découvrir. Il y en a.

Social Club de 20 h à 22h sur Europe N° 1 avec Frédéric Taddei.

Qu’il y ait une trace écrite ou sur votre tablette de vos visites chez les libraires ou chez les éditeurs ou de vos lectures, ou de celles entendues à la radio ou à la télévision. 

Il faut toujours que vos démarches soient mentionnées. Vous ressortez alors un jour cette lecture et vous faites des rapprochements. Vous apprendrez alors à converser.

La France a été le pays de l’art de la conversation. Si vous avez des conteurs autour de vous,  vous pouvez nous en parler. 

Sachez le retrouver cet art de la conversation.

Souvenez-vous de Madame de Sévigné, des Caractères de La Bruyère avec les descriptions de causeurs célèbres ou de Molière dans les Précieuses Ridicules 

Sachez faire parler ceux qui savent bien. Faites raconter vos élèves.

Allez aussi chez vos libraires de quartier en revenant de votre Lycée : je ne vous dis pas tous les jours mais souvent. Etre au courant des livres, des nouveautés, des genres d’auteurs, participe à votre ouverture d’esprit et c’est un plaisir.

Regardez les livres, les ventes des livres, des sections de livres peu lus. Tout est important. Vous apparaîtrez cultivé et dans la mouvance du moment. Toutes vos parenthèses sur des livres seront très importantes pour vos élèves. C’est de celles-ci  dont ils se souviendront le plus souvent.

 Le livre se porte bien. Il existe le livre numérique, le livre audio.  Ils coexistent. Le numérique ne tue pas le livre papier. Développement de la B.D. et des Mangas.

A cette rentrée 2015-2016 regardez les premiers romans : présentés par François Busnel à la Grande Librairie LGL.

Les littératures étrangères ne seront pas à négliger. 

Le salon du livre à la Porte de Versailles a eu lieu avec pour invité le Brésil,

Jean d’Ormesson,  académicien français a reçu son ami Antonio Torres. j’y suis allée. J’y ai vu Jean d’Ormesson, à l’esprit extrêmement vif quoique âgé. Il est notre digne représentant d’un écrivain français admirable. Il a écrit des romans sur des histoires familiales de l’aristocratie française, des essais sur la Vie qui se lisent comme un roman,   des histoires littéraires à lire.

Le fait qu’il ait  vécu au Brésil il y a fort longtemps lui a permis une grande ouverture sur les choses et les êtres . Son père était ambassadeur. Il sait écouter les autres écrivains et lui même est d’une culture immense ayant été à l’Ecole de la rue d’Ulm. (littéraire, histoire) dont on ne brigue pas assez les places. Quelqu’un qui a fait la rue d’Ulm à Paris aurait toutes grandes les portes. Il a une culture énorme. On ne parle pas assez des grandes écoles littéraires. On a misé trop sur les mathématiques. c’est bien dommage. Il faut remettre des littéraires dans les Etudes. Ils peuvent être de grands Personnages de l’Etat. Il a une façon de parler très posée et très distinguée comme il l’est lui-même et en même temps sa pensée est d’une grande simplicité et d’une grande clarté. 

Autre invité  : La Pologne.

Des pays du Moyen Orient étaient présents.  Après les événements de Janvier à Paris, nous étions émus de les recevoir.  Ils se sentaient libres dans ce Salon du Livre.  Après de tels événements, et les tueries de Charlie Hebdo et des clients de l’épicerie casher de Vincennes,  là le Salon du Livre était en deuil mais était le symbole de la Liberté et de Paix avec quelques représentants des maisons d’éditions des Pays opprimés . C’était extrêmement émouvant.

Nos Maisons d’Edition, nos librairies de nos pays,  les Maisons d’Edition et les librairies de ces pays du  Proche-Orient, Moyen Orient ou d’Afrique avaient donc un rôle symbolique depuis les événements de Janvier. Tant qu’on peut éditer des Livres on peut se dire Libres.

Constatez qu’il n’y a qu’une lettre différente entre le mot Livre et l’adjectif Libre.

 Voilà la remarque que je me suis faite grâce à la participation de ces pays. 

Il faut qu’elles perdurent grâce à vous Jeunes Lecteurs avec vos Parents. Ce sont des lieux magiques. Chaque libraire ou chaque Librairie ayant ses livres spécifiques à chacune parfois.

A Paris, nous avons de grandes librairies dont on se parlera.

En province vous en avez aussi de très agréables ou même d’importantes que vous nous ferez connaître.

Dans les Dom Tom, dans les Lycées Français à l’étranger : Parlez-nous, dites-nous le nom de vos grandes Librairies et nous apprendrons à vous connaître. Merci à l’avance. 

Parlez-en à vos lycéens de ces Librairies. D’ailleurs ils aiment y aller car c’est un lieu de vie.

De même, vous allez dans les bibliothèques ou dans les médiathèques. Vous ferez aller vos lycéens. C’est indispensable.  Les familles et leurs enfants écoliers se retrouvent déjà dans ces lieux  souvent ouverts le dimanche.

  Que ces démarches aboutissent à une réflexion sur votre pédagogie future et actuelle. Pas ou Peu de Photocopies : Servez-vous absolument des Livres afin de faire le moins de photocopies sauf pour les sujets de devoir sur table : appelés DST ou composition.

 L’outil Livre est essentiel. C’est leur bien,  Il faut qu’ils s’en servent.  Prévoyez les cours d’histoire littéraire : ils remplissent vos deux heures et qu’ils soient bien faits. Vous leur ferez revoir les  vies d’auteurs dans un siècle historique que vous rappelez lors de l’étude de textes. 

On pourra se documenter auprès de son collègue d’histoire ainsi entre professeurs de disciplines complémentaires, vous ferez comprendre l’intérêt de respecter toutes les disciplines à vos élèves. 

 

 

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Faites le point sur votre classe

Faire le point avec la classe de Seconde ou de Première que vous avez.

Repérez vos élèves : Faites travailler, interroger un tel ou un tel et notez le.

Prévenez les familles et faites du soutien si difficultés à l’écrit.

Proposez des cours de soutien ou des petits cours mais pas par vous. Ne jamais donner une leçon à un élève de votre classe s’il arrive de donner des leçons à l’extérieur .

Obligez vous à cette déontologie.  `

Vous êtes là pour les faire progresser et leur faire aimer le français.  Détectez vite s’il y a une  difficulté et donnez des solutions aux parents des élèves qui ont du mal au bout d’un mois et demi.

Faites vraiment des exercices très progressifs et notez-les normalement en adaptant à l’exercice et en ne mettant pas des notes basses : car vous dévalorisez l’élève qui n’a plus confiance. Ces notes n’entreront pas forcément dans la moyenne. 

Vous dites à la direction que vos exercices si les élèves ont des notes correctes sont des exercices transitoires.

On a tendance à donner de mauvaises notes  : cela ne peut convenir et décourage l’élève. Il ne faut pas agir de la sorte mais préparer vos élèves pour un type d’exercice au début et noter sur une partie de devoir.

Une note n’ entre dans la moyenne de l’élève que si elle est justifiée car il faut savoir que  les notes de seconde et première comptent pour toute entrée dans une grande école attention. Un zéro mis en punition, ou une mauvaise note d’un devoir dont vous n’avez pas fait assez la préparation ne convient pas et peut vous poser des difficultés au niveau de la classe entière et des rapports avec les parents et les élèves. Comprenez la politique de l’Ecole qu’il faut suivre en sachant faire entrer des notes justifiées dans la moyenne, il faut également parler de votre notation au niveau de l’école : des réunions devraient avoir lieu  . Il ne faut donc pas que vous entriez dans la moyenne toute note comme je l’ai dit.  Il y va de leur avenir. Soyez en conscients. 

Parfois dans des lycées de haut niveau, des notes basses empêchent de passer un concours. Il ne faut donc pas exagérer en mettant de mauvaises notes pour élever un établissement . Avec les bons élèves et parfois un bon a une note excellente qu’on ne comprend pas.  il faut donc toujours évaluer justement  et bien prévenir que l’exercice a une note qui entre dans la moyenne et préparer les élèves en fonction de cet objectif. Ne jamais prendre en traître ou en punition. Ce n’est pas digne de vous et ça ne peut que vous créer des problèmes de disciplines, pensez-y. Il faut être honnête avec vos élèves. 

Si vous avez un ou plusieurs problèmes de discipline qui peuvent venir de la notation ou d’injustices autres avec une classe,  je vous prie de signaler tout de suite au conseiller d’éducation ou au surveillant général de niveau avec la situation ou les situations précises car il ne faut pas que vous subissiez de pressions de la part d’élève. Vous notez la situation telle qu’elle s’est passée.  Il faudra analyser la situation, les façons de remédier, et sans doute la mise à l’écart momentanée d’un élève avec du travail à l’appui.

Il faut de la rigueur, du respect de vous, du respect des élèves, de l’intérêt et toujours amené de la curiosité dans le savoir. Ne faites pas un cours ennuyeux… c’est souvent cela qui se passe.

Transformez votre cours pour rendre actif un élève puis un autre mais de façon disciplinée et répétez les façons de faire et ce que vous attendez d’eux aussi. Vous reprendrez immédiatement votre cours. Vous devez rester dans votre discipline et ne pas parler d’autres choses. Gardez votre ligne directrice.

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Temps de corrections des copies : la notation.

Temps de corrections

On notera que ce long article a été divisé en 4 . On pourra lire séparément chacun des titres  à noter sur rechercher sur le site . Vous cliquerez dans le titre ou directement dans astuces utiles. 

 vos 2 agendas, vos lieux de  travail, vos temps de correction , le barème :  la notation.

L’article qui suit reprend les deux derniers.  L’astuce utile sur le temps de corrections des copies : la notation  est le plus visité.  le pic en a été atteint  le 21 octobre 2015 avec 1382 vues la journée lors des vacances de Toussaint puis  le 16 janvier 2016 la journée aussi  avec 1226 vues ce qui est conséquent! .  En avril 2016, un an après son ouverture,  aux vacances de Printemps nous avons été à plus de 37 600 vues  et le 13 août 2016 nous sommes à 40 000 vues, la moyenne par jour de vues étant entre 20 et 100 vues par jours selon les moments de l’année, au moment de la rentrée, avant des devoirs, pendant les vacances, il vous permet de bien redémarrer vos cours . Un même visiteur pouvant voir plusieurs fois des articles le même ou des différents  Je n’ai donc pas 48000 visiteurs mais peut être la moitié ou les 2/3 de ce nombre ce qui est déjà conséquent.  Le 9  janvier 2017 nous  sommes à  48 900 vues  et le 18 novembre 2017  nous sommes à plus de 64 500 vues sur le site d’ astucesdeprof.com  

Nous vous  remercions.   Nous sommes donc confortés dans l’idée qu’un article sur la notation des copies de français était indispensable.  La notation même en français et surtout en français doit avoir ses critères.  Il est évident que c’est à chacun de trouver ses solutions   au fil des années.  Il faut éviter le maximum d’injustice. Le mot est prononcé.

Astucesdeprof.com se veut un site de formation permanente. 

Mon objectif est vraiment que vous soyez un professeur très organisé dans votre vie professionnelle afin d’avoir une vie privée bien séparée avec des heures précises.

Pour cela,  ayez deux agendas : un professionnel et un  personnel que vous regardez absolument au moment des devoirs à donner et surtout à rendre.  Notez-y vos dates de devoirs à donner (un sujet à créer suppose 2 ou 3 heures de recherche et de création )  et à  rendre ( le travail donné suppose environ  11 heures de correction pour une classe de lycée de 35 élèves) .

Choisissez  votre carnet de notes ( papier et logiciel de notes) :  une version papier par commodité en classe à noter au crayon au cours sur le carnet  et une version ordinateur. Vous recopiez attentivement plus tard , vous pointez sur ordinateur sur logiciel Excel ou sur un logiciel adapté aux Lettres  vos notes définitives en ne vous trompant pas de lignes. 

Relisez minutieusement pour les noms des élèves bien orthographiés , à vérifier . Une erreur d’attribution  ne doit pas se produire . Documentez-vous pour les logiciels de vos niveaux de classe . Vous installez vos notes : écrit, oral …, par mois, par trimestre .  Gagnez du temps en établissant les Moyennes en numérique. 

Notes d’évaluation :  elles n’entrent pas dans la moyenne et augmentent de  1/2 à 1 point et demi celles-ci. Elles vous donnent une marge de manœuvre pour remarquer les progrès d’un élève, son travail.

Pédagogie et attribution des notes sont en effet  liées. 

1) Réflexion sur la notation

On donnera une note écrite. On proposera des devoirs partiels  à la correction rapide , des questions de texte auxquelles répondre avec un barème simple  admis par vos élèves . Soyez fermes sur les devoirs qui entreront dans la moyenne en plus des devoirs obligatoires .  Vous prévenez les élèves. Ce point est très important. Des notes qui  n’entrent pas dans la moyenne serviront à l’apprentissage et à l’évaluation. Vous  les écrivez dans une colonne à part sur votre carnet avec le demi- point ou le point en plus. Voyez avec votre Lycée le nombre de notes demandé pour les évaluations .
 
On donnera aussi une note orale. On ne bradera pas ces notes : soyez ferme et justifiez vos critères. Etablissez bien votre liste d’élèves à interroger.
Ne leur mettez pas « zéro » mais interrogez-les une prochaine fois et  vous les maintiendrez ainsi. Car la note zéro fausse vos moyennes. Trouvez un autre type de punition. Parlez en à votre conseiller d’éducation de niveau. 
Ayez un carnet de notes très précis avec des justifications notées en temps réel . 
 
Analysez toujours les notes à l’écrit par rapport au ressenti d’un élève :
Toute correction revêt un caractère très  « grave  » : expliquez-le  à l’élève qui vous trouverait trop sévère . Il ne faut pas en effet qu’un élève soit « abonné » à une note .Tentez régulièrement de revenir sur certaines évaluations  .
La nouvelle note peut provoquer un sursaut de travail  qui lui permettra de progresser .  
 
Le style, la phrase, la présentation de la copie se travaillent. L’élève doit travailler au brouillon et recopier même plusieurs fois pour rendre une copie propre ou un devoir propre. 
 
Si une copie n’a pas une bonne note il faut expliquer à  l’élève  qu’il n’a pas passé assez de temps ou qu’il n’a pas appliqué les bonnes méthodes. 
 
Quand vous pensez que le devoir est une recopie d’un sujet tout fait , les élèves doivent savoir qu’on ne peut vous tromper . Ce n’est pas leur style.  Demandez leur de rédiger eux-mêmes, d’écrire pour eux sur un cahier. Sachez remarquer  toujours leurs progrès.
 
Attention. Le professeur de Lettres est humain et psychologue . Mais ne débordez pas de votre rôle.  Soyez le plus neutre possible en même temps qu’attentif à ces lycéens. ll faut que l’heure de français soit agréable, respectez-les dans leur sensibilité et leur âge. Soyez toujours assez distants vis-à-vis d’eux  en classe .
 
Notez les noms de ceux qui se mettent à  répondre en classe. Remarquez ceux qui participent à la vie de votre classe de français.
Travaillez avec eux de façon efficace et constituez des petits groupes avec ceux qui sont lents en groupe classe.
 
Vous aurez des devoirs très longs chaque trimestre à corriger et toutes les 2 ou 3 semaines vous donnerez un devoir.  Entre temps vous faites des exercices non notés et vous écrivez vos remarques sur des élèves. 

 

2) Temps de Correction et notation en seconde et première de Lycée en Français.

Pour information pour les autres niveaux en Lettres,  en collège, le temps de correction  sera de moins de 10 minutes par copie , en Faculté , il sera plus long allant jusqu’à 30 minutes ou plus . Mon site cible les élèves du lycée en Lettres seconde, première,  et pas les terminales qui ont un programme très spécifique (études de romans ou d’oeuvres complètes en Terminale L)  et où la correction est plus longue. 

Il faudra compter 20 minutes par copie dès la seconde à corriger. Vous utilisez toujours une photocopie de la liste des classes à corriger le jour en question. Vous en faites faire d’avance une dizaine par classe pour noter au crayon  des appréciations et noter les progrès .  Au moment de la correction, vous notez le nom de l’élève et vous mettez à la fin de la lecture un avis dont vous reprendrez plus tard la lecture en détail.  Au début , vous mettez une note provisoire. 

Vous notez le nombre de copies : le sujet du devoir , la date, l’année, le temps passé à corriger , le nom, avec un + ou un – ou un ?  si on doit revoir une copie . Vous mettez une  courte appréciation au crayon légèrement , à gommer et à  recopier au stylo rouge à la fin .

Vous reconsidérerez à un moment les notes entre 8 et 12 pour améliorer ou pas une copie surtout celles qui ont 10 .

Au bout de 5 ou 6 copies d’observation et de références pour votre corrigé votre travail ira à un bon rythme .

Relisez sur rechercher sur le site astucesdeprof.com : le cours de corrigé 

Au début la correction est lente. Il faut envisager ses critères. 

Ne corrigez pas beaucoup comme à l’habitude une copie d’examen. Et en corrigeant moins je vous fais gagner du temps. Pas trop de rouge. Vous saurez que pour une copie d’examen : seule l’appréciation en tête est très importante.

Pesez bien vos mots . Parlez de la compréhension de l’élève et de son expression : le fameux style aisé ou pas  par rapport au texte expliqué. Soulignez les fautes d’orthographe , écrivez parfois la bonne orthographe pour les copies pendant l’année et  notez les incorrections de phrases avec des petites vagues rouge mais corrigez peu,

Un  B : Bien ou AB :  Assez Bien, ou vague ou confus. ou contresens , à revoir  suffisent comme jugement d’un passage  avec une  écriture de taille normale. 

Une copie d’épreuve anticipée de français ( eaf ) n’est pas une copie comme une autre. Cependant justifiez bien votre note surtout si la note est en-dessous de 5. L’élève peut demander à voir sa copie : pensez-y et même pour une bonne copie.

Vos copies au quotidien doivent être corrigées entre 8- 10 jours ou 15 jours maximum . Vous avez d’autres classes à gérer : rajoutez les autres temps obligés. Si vous pouvez rendre plus tôt , pourquoi pas?   Vous calculez votre temps en multipliant le nombre de copies par le temps à corriger pour chacune  : x copies x 20 = nombre de minutes  puis vous divisez par 60 minutes pour obtenir le  temps. 

Ainsi pour 35 copies à 20 minutes chacune vous passerez 700 minutes  soit 11 heures de correction. Au moins, vous êtes prévenus.  Certes vous irez plus vite avec le temps et certaines copies tantôt les très bonnes tantôt les mauvaises vous gagneront du temps . Vous pouvez nous expliquer  vos techniques de répartition et de correction.

Placez bien sur votre agenda vos heures de corrections . 

Les notes constituent un aspect de votre profession très important.  On sera très sensibilisé cette année avec la Ministre de l’Education nationale aux notes dans la scolarité.  Il y aura sans doute de la concertation. Vous regarderez le site de l’Education Nationale. Elles doivent être justes, justifiées avec des possibilités de réajustement individuel (exceptionnel cependant)  avec ou sans l’élève.  Ne sous-estimez pas cet aspect , il est essentiel. Il ne doit  pas devenir fastidieux car il fait partie de votre métier. Répartissez alors vos copies dans le temps en 3 à 6  séances de 2 heures par exemple .

Une bonne notation comprise par les élèves est indispensable à leur progression. Vous leur expliquerez votre notation. Ils rendront ainsi de meilleurs devoirs. 

La notation demande une réflexion que vous aurez certainement dans l’année soit en formation soit en réflexion par groupes d’enseignants. A chaque note de devoir important, vous formulez à la suite de votre correction un jugement de valeur sur le travail de chaque élève ou appréciation : préparez des formules toutes faites sur votre cahier personnel de pédagogie. Vous reportez la note et l’appréciation sur le carnet de notes personnel ou sur un autre support qui vous permettra de répondre de l’élève le jour du conseil de classe trimestriel.  Ayez en tête toujours « le conseil de classe » pour avoir des avis sur vos élèves dans votre discipline et qui donne un surcroît de travail à apprécier qui sera d’au moins 3 heures de réflexion sur le travail trimestriel de vos élèves.  

La notation correspond dans l’esprit des élèves à un salaire. Il évalue son niveau par rapport à un autre. Il faut donc être « juste ». Cette notion relève d’une prise de conscience morale de votre profession. Même des élèves qui ont généralement des bonnes notes peuvent avoir des baisses de notes. Ne figez jamais les notations ni dans un sens ni dans un autre. Mettez toujours une appréciation sur le devoir que vous voyez. Un élève peut avoir des résultats irréguliers. Ne figez pas la note d’un bon ou d’un mauvais élève ni d’un moyen. Mon barème vous sera utile. 

Vous êtes là pour enseigner mais aussi pour faire progresser chacun de vos élèves. 

Vous prévenez les élèves de la date du rendu de leurs copies.  Vous donnerez un travail complet tous les 15 jours  et quelques fois toutes les 3 semaines à votre choix sauf la semaine où il y a un DST  :  vous ferez en sorte que les corrections ne s’accumulent pas. Faites faire des préparations non notées surtout et les devoirs de « punition » sont vues à part avec une correction superficielle qui ne doit pas vous ajouter du travail.  Vous mettez : vu.  Respectez le travail utile de l’élève puni . Restez calme . 

Reprenons votre travail de correction : Passez au moins 2 heures à la suite par jour pour la correction sur  vos temps libres   en notant la date de correction , le nom de la copie.  Vous laissez au crayon la note en mettant un ? s’il y a un doute (un+ ou un -) pour plus tard.  Vous reverrez  après une dizaine de copies corrigées les copies corrigées au début car on est plus sévère et on n’a pas toujours bien établi ses critères. 

Avant de corriger :  vous comptez  une heure  pour regarder les copies et vous faire une idée en lisant 2 ou 3 copies. Vous commencez de corriger au crayon.  Vous pouvez déjà au stylo rouge souligner les fautes à corriger dans la marge et  vous soulignez les  phrases  incorrectes en dessinant un trait en forme de vagues . L’élève aura à corriger ces points à chaque rendu de devoir à refaire. 

Vous allez vous créer un barème pour ce sujet en fonction des objectifs et aussi des copies que vous avez lues. Ne perdez pas de temps, les notes seront inscrites au crayon jusqu’au bout  car il ne faut pas raturer ou effacer sans cesse.

A la fin,  vous retracerez votre note au stylo feutre mince ou au stylo bille rouge après avoir gommé proprement votre note sur 20. Notez le 0 pour les notes en-dessous de la moyenne ex : 08/20  afin que l’élève ne rajoute pas un 1 car il faut penser à la tricherie.  

Vous comptez 1h et demie à la fin pour gommer vos notes au crayon, pour recopier et remettre au rouge la note proprement. Vous pourrez recompter vos notes ou les changer un peu selon le travail de l’élève : vous aurez mis des ? lors de vos corrections avec une note avec un + ou un – . Vous avez votre liste complète notée.

Il n’y a plus qu’à rendre vite nom et note et à haute voix dans l’ordre croissant les copies. J’y tiens et pas dans le désordre. 

Donc résumé du moment de la notation :
  Faire 3 piles : les « très bonnes « (pas forcément les plus longues),  les « bien présentées qui semblent avoir un plan  et qui sont bien écrites », les « moyennes », les » pas bonnes du tout avec peu d’écrit, et un mauvais français »  . Notez déjà des noms pour les très bons ou les très mauvais sur votre carnet de travail .
 
3)  Notation sur 20.

 

Sur 4 : l’introduction,

sur 12 : sur 6 points  si 2  parties de développement , sur 4 points si 3 parties. 

 sur 4 : la conclusion.

 

Vous mettez alors plus ou moins la moyenne pour chaque section du devoir selon le style de l’élève et la rigueur de sa pensée

de 0,5 à 3,5 ou 4 (exceptionnellement)  sur 4 pour l’Introduction, 

de  3 à 8 ou même plus etc. sur 12 (3 parties sur 4 ou 2 parties sur 6)  selon vos critères ou des critères indiqués par des collègues

et 0,5 à 3,5 sur 4 pour la conclusion.

Vous pourriez mettre le maximum s’il y a tous les critères : clarté de la phrase, un plan bien structuré et adapté, fluidité  à la lecture, orthographe soignée, présentation de la copie, écriture lisible. Soyez vigilant sur  l’écriture. 

Relisez en notant sur « rechercher sur le site » : copie à rendre en seconde, première, nombre de pages.

 Vous insisterez en corrigé sur les aspects de présentation du devoir.

Au bout d’une dizaine de copies, vous relevez vos critères de rédaction. Créez en même temps votre futur cours du corrigé.  Vous établissez une liste des aspects que vous auriez voulu trouver, ceux que vous avez trouvés effectivement dans des copies et pas dans d’autres : vous mettez uniquement les  points en plus.  Vous notez les erreurs qui reviennent aussi. Ces critères vous semblent importants et s’ils  manquent vous enlèverez un ou des points. ( – 2 pas plus ) .  Vous notez sur un cahier de correction vos propres critères  en fonction de la première lecture des copies pour un devoir  : aspects de réponse à la question ou plan ou idée à trouver dans le devoir.  Il faut qu’il y ait une homogénéité dans les décisions quitte à relire à certains jours de votre correction. 

Quand vous aurez l’habitude de corriger,  sachez qu’il y a quelques notes en-dessous de 8 dans une classe, 1 ou 2 avec moins de 6,  un grand nombre entre 8 et 12,  bien moins de 12 à 14 , 1 ou 2 ont 10,  peu avec15, 16 c’est très bien et  très peu 17, et vous n’allez pas au delà de 16 (surtout dans vos débuts)  suivant les lycées en cycle long.

Suivez les consignes de correction quand on a des devoirs communs. Vous  relevez ces obligations sur votre cahier de correction et vous lisez le sujets en relevant ce que vous souhaitez trouver dans les copies à tel moment, puis vous voyez ce que vous obtenez comme réponses effectives . Vous regroupez et notez les manques et les autres idées. .   Relisez toujours la copie ayant une très bonne note :  parfois on a été trop généreux pour une copie : on baisse alors la note  et une autre mérite mieux vers la fin de la correction . 

A relire  :  » Vos corrections le jour de l’examen » 

 Vous apprendrez à l’élève à corriger sa copie de façon utile :  2 fois chaque faute d’orthographe en vérifiant que le mot à copier soit juste , des règles de grammaire à apprendre et à écrire une fois , 1 ou plus de phrases à reformuler. Qu’ils apprennent à se relire pour l’orthographe toutes les 5 à 10 lignes quand ils rédigent, et ceci de façon régulière. 

cours de corrigés

copie à rendre en seconde, première-quantité:nombre de pages, de lignes

http://astucesdeprof.com/2015/05/11/comment-creer-un-sujet-de-devoir-votre-travail-de-secretariat/

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Vos outils de travail

Cahier de préparation de cours  : cahier du cours du jour épuré.

Schéma de votre cours :  titres de plan,  mots, numéro de la page, de la ligne. Remarques concernant la façon dont s’est déroulé votre cours. Mentions pour remédier à certains points du cours et/ou écrivez sur votre ordinateur. Soit sur une cahier, soit sur votre tablette. Il faut vivre avec son temps. Je prenais les deux modes : cahier ou fiche sur mon bureau , pourquoi pas un schéma sur ordinateur portable? Tout est possible. Il faut que vous ayez un canevas, un schéma visible pour votre déroulement de cours. 

Cahier concernant les élèves.

Indiquez  chaque début d’année le Lycée, la classe, l’année  : Nom des élèves. Notes. Vos  impressions rapides sur eux. Leur façon de travailler, de  s’intéresser au cours , bons, moyens, en  progrès, leur points à améliorer.

Ce cahier constituera votre C.V et servira pour regrouper les  éléments de personnel de votre secrétariat personnel de l’année et établir les liens utiles à ce secrétariat    : vos lycées, les téléphones, le nom du Directeur ou de la Directrice . Apprenez à vous présenter au Directeur ou à la Directrice , n’hésitez pas à questionner ou à parler de votre métier par rapport à la vision globale éducative de l’établissement,  soyez en bon rapport avec le personnel administratif : il vous rend d’énormes services : photocopies, préparation des dossiers, conseils de classe : le travail qu’on vous demande pour donner vos appréciations aux bonnes dates. Connaître les calendriers .   Vous noterez les adresses des personnes du Lycée avec qui vous êtes en rapport : conseillère d’éducation, surveillant avec qui vous devez communiquer sur l’attitude des élèves. Vous aurez parfois des liens avec les personnes qui proposeront l’orientation de l’élève. Intéressez-vous y.

Mon conseil : savoir communiquer avec toute personne de l’établissement . Il faut toujours avoir une vision globale d’un établissement et voir où vous êtes placé. Il faut comprendre les liens que vous avez entre vous et plus ils sont agréables, mieux c’est. Apprenez tous à  vous connaître  et à bien vous situer dans le respect de votre travail et sans perdre de temps.

Mettez les éléments de  votre carrière, les adresses utiles, les téléphones, mails et adresse du lycée, votre échelon,  vos feuilles de paie, votre progression en salaire, vos caisses de retraites, vos assurances maladie, les liens avec l’éducation nationale, les interruptions pour causes personnelles ou de maladie.Vous pouvez faire à un moment un autre métier soit en même temps soit vous changez de situation et vous revenez après à celle-ci. Tout doit être noté avec les liens : caisse de retraite ou cotisations personnelles ou création d’économies pour l’avenir surtout si votre cursus est irrégulier ou indépendant. On sera mobile.  Une vie passe vite. Faites votre secrétariat tous les 3 mois sur une année.

En même temps,  vous entrerez vos notes sur ordinateur ( logiciel Excel ou le vôtre) quitte à mettre un demi-point en plus ou en moins. 

A certains cours choisis par vous (on ne donne pas de notes à chaque cours mais on notera les attitudes) : vous aurez un système de notation que vous mettez au crayon en face du nom des élèves s’ils sont interrogés à l’oral.

A l’écrit si vous faites faire un devoir partiel avec une notation qui peut entrer dans la moyenne de l’élève si le travail est effectif et satisfaisant. Là, mettez vos notes au moment même de l’exercice. 

Du nombre des notes. On ne note pas tout exercice. Vous prévenez les élèves quand un exercice est noté. Vous leur donner le temps ou de le préparer en classe ou à la maison. Vous demandez aux autres professeurs le nombre de notes qu’ils vous conseillent de donner et les notes obligatoires avec les dates. Là soyez en phase avec le secrétariat et travaillez en fonction de ces dates. Ne vous rajoutez pas trop de corrections par zèle. Il faut que vous sachiez faire faire des exercices au brouillon non notés aux élèves. Tout n’est pas noté dans la vie scolaire. Mesurez bien mes réflexions pour que vous n’ayez pas « trop  » de travail. Vous en aurez déjà bien assezn’en rajoutez pas. 

Vous établirez en général un nombre raisonnable de notes pour chaque élève. Vous ne braderez pas les notes. Vous ne mettez pas un 0 dans les moyennes comme je vous l’ai dit qui serait une « punition » pour une attitude. Si le devoir vaut 1 ou 2 , c’est rare 0 ou alors un non rendu.  Vous prenez l’élève à part vous donnez une punition précise et vous vous faites aider par un surveillant général pour que cela ne recommence pas  si c’est grave : il prend le relais mais agissez vite. Vous donnez un  travail à faire, à compléter, à corriger. Que la punition soit bien faite et  « non notée » (elle ne doit pas vous donner du travail) qu’elle serve au travail de l’élève qui doit savoir que vous la regarderez un temps pour lui montrer la gravité de son attitude.  Vous la considérerez au moment du rendu et mettrez « vu » avec une observation sur le comportement à venir sur la copie. Ils sont déjà grands: le carnet de correspondance ne peut être utilisé sauf exception grave. Par contre vous notez le comportement de l’élève sur votre cahier de cours et vous voyez si son attitude s’améliore. C’est un contrat que vous devez passer à deux. Prenez le temps de parler à l’élève ou au début ou à la fin d’un cours. Je vous conseille de ne pas laisser des comportements de classe inadmissibles. Soyez fermes. 

Les moyennes se font très vite. Vous n’entrez que les notes prévues par vous et laissez à l’abandon d’autres qui peuvent permettre ce demi-point de plus.

Vous pouvez toujours acheter un carnet de notes à l’ancienne mais vous les notez aussi  sur un logiciel qu’on vous conseille : moi j’avais pris Excel.

Ayez encore les 2 supports mais trouvez votre organisation (avec le développement de l’ordinateur c’est différent)  : cahier : avec votre écriture et possibilité de rectifier et mettre sur  ordinateur quand vos notes sont bien fixées par vous. On met un certain temps à noter comme on souhaite. Mais c’est normal. En général dans les débuts on peut être assez généreux ou alors très négatif si on est effaré de la présentation ou de l’orthographe!

Soyez patient et ne déprimez pas vos élèves même et surtout s’ils n’ont pas de bons résultats. Reconnaissez leurs efforts. Faites des exercices progressifs avec des notations progressives et pas trop « nulles » dans leurs notes! Prenez le temps d’expliquer la présentation d’une copie, de la correction de l’orthographe et de la phrase (syntaxe correcte). Inscrivez bien vos notes au moment de l’exercice et dites la à l’élève si elle est orale. Mettez des + ou des – si vous n’êtes pas sûrs mais mettez une note très vite car le temps passe très vite, on oublie. Prenez toujours 2 minutes pour bien mettre vos notes en face du nom d’un élève interrogé (à l’oral)  ou à un écrit en classe. 

Vous rendez vos notes et vos appréciations de bulletins un peu avant la date.

Soyez régulièrement en lien avec le Secrétariat. Ils vous facilitent votre travail.  Vous êtes très poli et amical avec eux.

Votre cahier avec l’agenda toujours présent vous permettra de recopier sur le cahier de texte de classe ou sur ordinateur  régulièrement à la fin du cours les lectures à préparer ou à faire ou les exercices écrits. Vous noterez aussi  les remarques concernant le cours  à relire chez vous pour améliorer  votre cours prochain. 

Cahier-agenda très précis avec travail pour la fois d’après : Savoir toujours ce que l’on donne et le noter depuis chez vous. Il permet de commencer votre prochain cours.

Mettre pour telle date très précise chez vous sur votre carnet quitte à la mettre au crayon si vous changez au dernier moment ou ayez toujours un agenda sous les yeux. Mettre la page du texte. Il ne faut pas que vous soyez hésitant dans le travail à donner. Ce travail est à préparer chez soi et pas au dernier moment sauf avec l’expérience. 

La précision de la façon dont vous donnez le travail est  la condition pour que vos élèves  reviennent à chaque cours ayant lu le texte et répondu à quelques questions écrites : c’est essentiel.

Si le cahier de texte de classe  est sur ordinateur vous y inscrirez le travail.

il faudrait accepter que les élèves prennent leur travail sur leur iphone s’ils en ont un et réguler la façon dont ils ont le droit de se servir de leur ordinateur en classe. Cela va évoluer très vite. Il est des moments où l’ordinateur de l’élève ou la tablette pourra servir l’élève dans la communication. Pas de temps perdu alors et permission du téléphone et interdiction à d’autres moments c’est évident. Il faudra savoir gérer cet outil de progrès.

Si le cahier de texte est encore un cahier , vous le tenez bien par écrit au moment où vous donnez le travail ou très vite en salle de classe ou de professeurs. Tâchez de contacter les professeurs dans la salle de classe avec des questions précises au début de votre carrière. Ne leur faites pas perdre de temps mais posez leur des questions sur le travail de professeur dans telle classe. Présentez vous vite à quelques uns qui vous seront utiles . Vous ferez une progression par trimestre par rapport à une série de textes en général sur un auteur ou sur différents auteurs appartenant à un genre littéraire  (roman, poésie, théâtre, essai ). Pour améliorer le niveau et qu’il n’y ait pas de surprise mauvaise pour les élèves et qu’ils soient bien préparés pour un type de devoir.

Répartition du travail à donner. Faire en sorte que les élèves comprennent vos évaluations et/ou vos notations : communiquer avec l’Ecole sur ce qu’on attend de vous. Tous les 15 jours : Les DST (devoirs sur table)  leurs dates.

 Bien demander au Secrétariat  le planning des devoirs. Vos préparations de cours et de devoirs se feront à partir de ces dates : 8 jours avant ,15 jours avant le devoir noté portant sur le travail précédant le devoir. 

Ne pas donner  ni trop de travail  (vous seriez débordé)  ni pas assez (les parents sont rassurés que vous en donniez et ils ont raison). Bien voir avec le délégué de classe pour que le devoir de français ne tombe pas en même temps que d’autres devoirs d’autres matières. Ne pas donner de punitions écrites que vous devriez corriger. Une punition doit être utile à l’élève. Si vous faites recopier une faute, : faites-le copier pas plus de 5 à 10 fois et faites utiliser le mot dans une phrase créée par l’élève.  Faites faire un travail mesuré et intelligent. Ne restez pas sur des punitions stupides. Dans vos copies je vous conseille de noter le mot bien orthographié dans la marge (sauf le jour de copie d’examen où on ne rend pas la copie à l’élève : vous soulignez en rouge la faute). Ne laissez pas sans solution. Et que l’élève recopie 2 fois le mot. il deviendra bon en orthographe avec cette méthode. 

Quand vous demandez de refaire un devoir ou de corriger un passage, vous demanderez la copie de l’élève, vous la regarderez et mettrez : vu .

Corrigez en temps voulu les copies. On vous appréciera. 

Votre carnet de notes : sur ordinateur, mais aussi sur un carnet de notes ou sur des listes d’élèves que vous avez photocopiées et que vous classez soigneusement par date. 

Je peux vous dire que votre rigueur vous permettra d’avoir une bonne tenue de cours. Notez bien le nom des élèves, connaissez les vite,  leurs niveaux, leur comportement.

Si vous donnez des punitions si elles existent,  qu’elles soient justes et utiles et concernant aussi celui qui a fauté. Les élèves apprécieront la  façon dont vous remarquez leurs progrès et la façon dont vous faites progresser certains. Faites-vous toujours un certain nombre de remarques  sur le comportement et sur le travail de l’élève et sur vous-même dans une situation donnée.

Professeurs de seconde première, j’attends vos témoignages et  je vous en remercie à l’avance. Ecrivez-les dans les commentaires, par mail ou sur f par facebook du site  à une astuce. N’oubliez pas de  noter votre région ou votre ville.  

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

A préparer pour votre premier cours

0008576280R-4368x2912Préparation de votre personne, de votre mental.
Il faut préparer quelques jours avant Vous : votre tenue, votre aspect . Vous devez vous sentir bien et juger de la tenue qui convient dans votre école suivant le quartier, la région, les collègues. Vous ne vous faites pas faire de nouvelle coiffure un jour de rentrée. Allez chez le coiffeur 2 jours avant,  il faut être nette, agréable à regarder, mais habituée à vous-même : coiffure naturelle pour les femmes, pas de signes distinctifs, ne pas être  excentrique. Soyez correcte, naturelle et n’ayez pas un aspect  ni trop artiste ni  trop négligée . Ne   suivez pas  une mode qui peut choquer votre auditoire, vous rendre ridicule, ou être l’objet de critique   . L’aspect esthétique doit suivre en effet une  norme. Demandez à  un de vos proches. Faites-vous aider au besoin. Il faut donner une bonne première impression  à vos élèves. 

Pour les femmes

Dans des écoles d’élite ou citadines soyez élégante, dans des écoles plus simples, soyez naturelles mais chics et ayez du  goût pour le transmettre à vos élèves. Votre arrivée dans la classe est donc importante. Soit vous aurez placé votre vêtement de dehors dans la salle des vestiaires des professeurs et là vous ne vous posez plus  le problème, soit vous trouvez une place sur une patère ou un meuble pour ce vêtement d’extérieur dans la  classe . C’est important. Soyez ordonnée . Posez votre cartable ou votre sac de façon ordonnée sans le balancer  de façon brutale .  Maîtrisez bien ces deux aspects : savoir où  poser vos affaires de façon calme. Votre arrivée dans la classe sera remarquée . En outre,  votre classe  ou vos classes  doivent devenir vos lieux de vie. 

 Sur vous, toujours concernant votre aspect : ayez des petits détails qui accrochent le regard , boucles d’oreille discrètes, qui ne remuent pas, collier, bracelet, foulard autour du cou ou sur les épaules pas autour de la tête .  Il ne faut pas trop distraire quand on écoute. Il faut porter de jolies couleurs compatibles entre elles , un  collier, un bracelet, une jolie montre complèteront votre façon de vous vêtir . N’ayez pas de signe distinctif qui concernerait votre religion.ou une appartenance trop précise à un certain milieu.  Vous devez être « neutre », laïque comme on dit. Donc vous choisissez des vêtements qui vous vont bien et qui sont pratiques sans qu’on puisse vous catégoriser ou vous cataloguer. Vous devez être à la disposition du plus grand nombre possibles sans distinction. Mais soyez agréable surtout à regarder et bienveillante en étant ferme. Vous ne pouvez être familière surtout pas les premiers cours où vous devez vous imposer et imposer le respect du professeur de Lettres que vous êtes. 

Evitez ce qui est  terne ou noir ou rehaussez avec une couleur rose pâle, ou autre. Il faut que l’élève ait de quoi regarder agréablement  mais peut-être pas trop, car en effet il doit  comprendre ce que vous dîtes . Si vous êtes trop jolie ou si vous avez des éléments trop visibles ou trop mobiles,  des anneaux qui remuent trop ils risqueront de ne pas vous écouter. Il faut donc trouver un juste milieu mais mieux vaut être jolie que triste et mieux vaut être respectable que critiquée  et surtout ne prenez pas le risque d’être ridicule.  

Donc, je ne vous conseille pas d’excès mais une touche personnelle bien à vous et pas de  nouvelle façon de vous habiller ou de vous coiffer trop récente de la veille . Il faut que vous soyez une personne sûre d’elle et se connaissant. Conservez votre appartenance normale sans qu’il puisse y avoir de critique négative de la part des élèves.   

Il faut apprendre à se mouvoir dans la classe avec naturel. Exercez-vous chez vous devant un miroir en pied. De même assise, devant votre bureau observez votre visage dans un miroir, votre mobilité quand vous parlez, répétez des phrases de façon correcte et persuasive avec le ton. Ralentissez votre débit de parole si vous avalez trop vite les mots, si vous parlez trop vite. Accélérez-le si vous êtes trop lente. Modulez la voix. 

Donc soyez séduisante modérément pour que le cours passe et surtout n’innovez pas trop car vous ne seriez plus naturelle et vous ne seriez pas à l’aise pour votre premier cours. Vous aurez répété, étudié votre façon de parler chez vous devant un miroir. On vous regardera demain et les autres jours.   Apparaissez le mieux possible, mettez-vous à votre avantage pour que vous puissiez le mieux faire la transmission de votre Savoir. Vous faites cours un point c’est tout. Ne déviez pas. Revenez à votre propos.  

Sachez que vous avez la télevision et le cinéma pour concurrents  : soyez agréables à regarder et même si vous avez un physique normal ou ingrat demandez à quelqu’un de vous mettre en valeur car on vous regardera tout le cours. Jouez un peu sur votre charme ou vos atouts : une voix, un regard, une façon de vous déplacer. 

Ayez une mobilité de visage, d’expression, et de la voix. La voix :  travaillez-la chez vous, n’ endormez pas l’auditoire. Placez bien votre voix, ne la forcez pas. Apprenez au besoin avec des acteurs ou des orthophonistes. Travaillez aussi votre attitude ou vos attitudes . Pour des femmes  : Ne  touchez pas vos  cheveux,  ne tordez pas des mèches,  ne rejetez pas sans cesse une mèche qui vous gêne (mettez un lien), n’ayez pas non plus de mèches couvrant les yeux ou une partie du visage. On doit voir complètement votre visage. Ayez de jolies lunettes si vous en portez.   Sachez porter votre regard sur certains. Travaillez aussi ce regard. Il ne doit pas être « vide » ni sans cesse en colère. 

Pour les hommes,

Soyez agréables : Ayez une tenue agréable dans laquelle vous êtes bien. Changez un peu de tenue, de couleurs  à d’autres cours. Ayez une jolie montre.  Ne jouez pas forcément au général d’armée, ne bougez pas votre jambe même sous le bureau , ne vous grattez pas le nez . Ayez les cheveux propres , allez aussi chez le coiffeur  et ne tombez pas dans le côté artiste ou marginal.  Pas de tics, une attitude sobre. Ne bougez pas trop dans la classe, un peu mais modérez-vous. Vous aussi organisez votre espace de vie dans la classe : ayez un cartable, un sac pas béant, des affaires rangées, des stylos ou crayons et gomme à portée de main, quelques fiches ou un cahier et prévoyez de remplir le cahier de texte à chaque cours de façon claire et propre. 

Sachez regarder votre auditoire ou faire semblant.  Fixez du regard une personne puis gentiment regardez d’autres une par une avec confiance car dîtes-vous qu’eux aussi ils ont le trac de vous connaître. Ne soyez pas timide ou trop sévère. Apprenez aussi à regarder, à vous mouvoir. Votre corps doit être un allié. Dites- vous aussi qu’on vous regarde. Suivez des cours de théâtre au besoin. Sachez converser, raconter des anecdotes et reprendre votre cours. Notez-les sur un carnet pour les cours suivants afin de vous améliorer. 

Vous êtes professeur de lettres : même si vous n’êtes pas conventionnels, ne choquez pas. Développez le goût chez vos élèves mais le bon goût.
Vous n’êtes plus élève : dîtes-vous le.
1er cours : Votre tenue, votre apparence. Présentation de votre cours :  cette année qu’allons-nous faire ? Qu’ils sachent où ils vont aller. A vous d’avoir très bien préparé cela avec le Directeur d’école, le Programme.  Vous avez eu les deux jours de préparation de professeur , vous aurez pris de notes. Vous avez tous les atouts.
 
Préparez bien l’appel des élèves, répétez les noms chez vous et rectifiez bien avec eux leur nom : vous demandez bien la liste des noms de votre classe dont vous ferez des photocopies pour vous si on a oublié. C’est indispensable pour le début de votre classe. Tout est dans le respect de l’élève et vous appellerez par la suite l’élève par son prénom .
En principe vous pouvez tutoyer l’élève mais selon des écoles vous demandez ce qui se fait. Il ne doit pas vous tutoyer.  On peut  vouvoyer un élève en seconde.   Ne déformez surtout pas de façon régulière un nom : faites un effort ou évitez alors de faire l’erreur car là vous auriez des problèmes de discipline dans la classe  . Prévoyez avec eux ce que vous ferez avec eux le lendemain si ce n’est qu’une présentation et ce qu’ils doivent apporter : cahier, livre, un écrit de leur composition pourquoi pas?
2ème cours : Véritable premier cours. Mise au calme de la classe. Ils sont prêts à vous recevoir .  Vous y allez.  Vous établirez une bonne répartition du temps dans le cours : séquences que vous vous êtes promis de faire. 10 minutes d’introduction.  S’il y a à prendre une page dans un texte : bien la dire deux fois.  Voir si l’élève est prêt. Ne faites pas trop attendre non plus car il pourrait y avoir des réactions difficiles à gérer.  Gérer le temps dans une classe s’apprend,   se sent j’allais dire et permet de gérer les réactions que vous noterez. Le rythme est essentiel : je disais toujours de faire son cours  « ni trop vite, ni trop lentement ». En effet de cette perception du temps dans la classe dépend la discipline de la classe. Evitez-vous toujours de susciter des réactions surtout dans vos débuts d’indiscipline. Soyez prudents est mon conseil et n’attisez pas des réactions évidentes à moins d’être plus vieux dans le métier.  
Introduisez toujours votre cours de français de façon précise et agréable : il sera bien préparé de façon écrite par vous puis bien relu et comme parlé ensuite : il faut parvenir à parler naturellement .  Vous ferez  un texte que vous aimez :  il « passera » mieux qu’un auteur que vous n’aimez guère. Lisez vous-même le texte que vous aurez très bien préparé chez vous puis demandez à un élève que vous avez remarqué (vous noterez son nom) qui saura très bien lire de lire. Il faut que la musique de la langue soit présente.
Si  vous avez 2 h de cours : il faut répartir bien votre cours vous et les élèves. Ne vous déviez pas du cours en répondant à leurs questions.
Par la suite,  vous y répondrez  en aménageant  des cours par très petits groupes. Vous apprendrez à faire la classe depuis votre bureau d’abord puis, les autres fois  en marchant calmement dans la classe pour rendre attentifs des élèves plus éloignés de vous. Mais conservez au début une position centrale,  à votre bureau en regardant bien un élève puis en balayant votre regard sur d’autres sur lesquels vous prenez appui.
Plus tard, pour des cours de révision ou de travail en groupe , vous apprendrez à faire déplacer les bureaux pour que les élèves puissent travailler en groupe et se regarder en travaillant ensemble pour un exercice de documentation avant un écrit et travailler de façon « active » : cela s’apprend même si l’installation tout au début demande de l’ordre et de la discipline et un sens du déménagement de façon douce et non bruyante. 
Ces méthodes en groupe supposent une ligne de conduite de votre part bien prévue d’avance . Ces méthodes permettent une autre façon de travailler intéressante personnelle pour les élèves si vous les dirigez bien. Il faut donc suivre au début assez longtemps la méthode traditionnelle du cours à votre bureau et être un peu au milieu des rangs au début puis alterner quand vous serez à l’aise avec des techniques de groupes pour lesquelles j’espère vous aurez des cours de formation. 
Le ton de voix , j’insiste,  doit être agréable, ni trop fort, ni trop faible, pas trop rapide, ni trop lent.  Prononcez bien. Répétez des phrases chez vous.  Si vous avez un oubli, ne tardez pas et passez à autre chose.Evaluez bien le temps, des minutes en trop peuvent être fatales et entraîner des bavardages.  A la fin du cours,  10 minutes avant : donnez le  travail. Qu’ils écrivent sur leur agenda ou cahier de texte. Qu’ils aient une lecture et  de  l’écriture à faire. Il faut leur donner à  répondre absolument  à des questions du prochain texte ou du même texte. Après on donnera à faire des commentaires du texte , des rédactions et d’autres exercices oraux aboutissant à de l’écrit. Car vous aurez fait comprendre à votre classe que cette année :  vous leur apprenez à réfléchir sur un texte, vous leur permettez d’ interpréter un texte, un auteur et qu’ils  doivent et savoir rédiger et savoir passer un oral quand ils seront en Première s’ils sont en Seconde.
 
Le but de votre enseignement à ce niveau et il faut le répéter souvent :  Faire apprendre à penser, à parler de la pensée de l’auteur avec objectivité ou impartialité, faire apprécier l’auteur et savoir transcrire la pensée de l’auteur à l’ écrit.
 On travaillera ce programme sur un et deux ans  selon le niveau de classe et vous leur apprendrez aussi à s’exprimer à l’oral comme vous vous apprenez ce jour à être Professeur (mais cela vous le gardez pour vous).

Car sachez que vos élèves vous apprendront ce que vous ne savez pas.

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Mode d’emploi de mon site

 

glasses_on_book-wallpaper Vous, professeurs de Lettres de Seconde, Première préparant le Bac de français, vous  pouvez utiliser le commentaire qui suit un article ou l’adresse mail : astucesdeprof@gmail.com 

Merci de mentionner  votre ville ou votre département même si vous souhaitez rester anonymes  : vous  décrirez à votre tour vos savoirs-faire à propos d’un article. Vous élargirez nos solutions et j’espère ainsi que vous ne vous sentirez jamais seuls. Nous ferons paraître tout ou partie de vos réflexions pédagogiques. 

J’ai établi « les listes de mes astuces » de la p. 1 à la p. 12 avec leurs titres dont vous notez le début sur  »  rechercher sur le site » . Vous cliquez dans le titre pour lire l’article entier. Ces listes  comptent  129 astuces en novembre  2017.

Les chapitres d’Accueil les plus récents sont de  2017 . Ils permettent un déroulement de tous les articles-astuces . Il vous faudra 3 rentrées scolaires pour être plus à l’aise. Mais gardez bien votre passion pour cette discipline la littérature et le français malgré tout.

Vous cherchez un article à l’aide du « début du titre retenu » tel qu’il se présente dans un index qui porte le titre : » le titre de mes astuces page 1 à 12  » ou à partir de mots-clés que vous écrivez dans « rechercher sur le site »  tels que : auteurs, cours, corpus, séquence, écrit, oral, liens internet  ou d’autres  ou encore à partir des catégories auxquelles ils appartiennent : à propos du site, rentrée, organisation, savoir être, lectures, événements. 

 Vous cliquez dans les titres et vous lisez l’article de votre choix. Vous notez son nom sur votre carnet de pédagogie (voir article  » vos outils de travail « ) afin de les retrouver et naturellement vous adaptez à votre cas personnel.

Dites-vous que vous êtes entièrement libre et que vous devenez un très bon professeur efficace et aimé, heureux de son métier et dépassant ses difficultés du début.   C’est l’objectif . 

A partir d’octobre 2015 vous cliquez dans le lien placé à la fin de certains articles. La présentation rajoute des photos et propose des liens internet, des  videos par le biais du Facebook du site qui vous permet d’avoir ou de donner  des informations d’événements littéraires  dans vos régions .

   De même vous pouvez cliquer dans les Liens utiles ou les liens coup de coeur  pratiques à la lecture immédiate. 

La page d’accueil vous permet de voir se dérouler les dernières parutions . Elles suivent les temps scolaires et de vacances car une partie de vos vacances doit vous permettre de préparer vos cours ou de les créer . Vous découvrez alors page par page les astuces c’est-à-dire les articles qui évoquent la  façon de gérer votre temps, vos élèves, de gagner du temps dans vos corrections, de fixer des critères d’évaluation, de notations lors des devoirs ou des oraux.

Ce site vous permet de faire des économies  en ne dépensant plus en livres inutiles et en achetant par contre uniquement ceux qui semblent vraiment utiles et qui vous plaisent,   actuels chez vos libraires.

Il vous permet en outre de fréquenter les liens de sites internet destinés aux professeurs et non pas aux élèves. Il vous annonce les événements liés à l’éducation ou à des événements littéraires par le biais de son Facebook du site qui vous rappellera les publications récentes ou plus anciennes.  

 Vous aurez une vision globale de l’histoire littéraire  en cliquant dans « histoire littéraire ».  Les vies d’auteurs se présentent en cliquant sur « auteurs » ou sur leurs noms.

A nouveau,  à chaque grandes vacances,  pour préparer votre rentrée de professeurs de Lettres en Seconde ou Première et pour tout enseignant  ou conférencier entrez  » rentrée » ou « premier cours »

 J’espère que ces astuces répondront à des points de votre enseignement et qu’après leur lecture , vous nous apporterez votre point de vue et surtout votre expérience . La catégorie : savoir être peut vous permettre de réfléchir sur la pédagogie et l’attitude à avoir dans certains cas. 

D’autres lecteurs sont naturellement les bienvenus . Je sais qu’ils lisent certaines astuces. Je recopie  des textes de grands auteurs de façon régulière qui permettent d’apprendre par coeur des passages connus. Nous devons faire travailler notre Mémoire toute notre vie.   Ces textes seront aussi des moyens de réfléchir à des sujets toujours d’actualité. 

J’avais mis ce site en juin 2014 avec 15 astuces  pour qu’en septembre 2014, vous soyez au point et que sans doute de jeunes professeurs puissent améliorer leur enseignement . Je l’ai poursuivi en avril 2015 de façon plus pratique . Il est plus accessible et agréable. Il a sa petite mascotte que m’a dessinée Ivan Seisen.  

 
Exprimez-vous simplement. Le commentaire sur un savoir-faire, ou un savoir-être  peut être de la longueur que vous souhaitez . Ce site doit devenir le vôtre.  Cependant vous rédigerez avec grande clarté pour vos collègues en étant soucieux de la langue, de la syntaxe,  de l’orthographe, de la ponctuation puisque… vous êtes Professeurs de Lettres. 
Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Le brouillon à l’oral du bac. L’épreuve de l’oral. La liste des textes.

Conseils de dernier moment par le professeur particulier que j’ai été aussi.  Comment organiser son brouillon le jour même? Faire noter ce qui est en gras à vos lycéens. Car le jour de l’oral, l’élève est troublé et doit voir très vite  les mots, les pages concernées. C’est la même chose pour vous  pour vos premiers cours. Vous devez avoir un support visuel très lisible.

Il faut que les candidats mettent sur la feuille le plan vide  avant même de faire leur lecture du texte choisi par le professeur dans leur liste et de répondre à la  question inscrite sur un papier donné par le professeur. L’élève peut faire reformuler la question pour savoir s’il l’a bien comprise.

A l’oral : le temps est de 30 minutes de préparation : de telle heure à telle heure : l’inscrire. L’élève travaillera de façon intense. Il  regardera 2 ou 3 fois sa montre.

 Inscrire aussi les mots : plan vide  + certains mots et le texte que vous prévoyez en laissant  les espaces à l’introduction, à chaque partie du développement, à la conclusion  pour écrire le contenu : phrases entières, ou mots avec N° des lignes très précises. Placez bien le post-it à la page du livre dans chacun des exemplaires de l’oeuvre si le texte à étudier est dans un livre et non sur une feuille photocopiée toujours tirée en double exemplaire fourni au  professeur .

La première partie de l’épreuve se compose de ce qui suit:

Introduction : durée 1minute et demie .

Ma Lecture du texte ( attention : ne pas l’oublier).
 » Je vais lire le texte » ou « Nous allons lire le texte ».
 La lecture : durée 1minute ou 1 minute et demie

La lecture doit être faite le mieux possible, tonalité, voix, ponctuation… pas monotone, pas hachée, fluide.  Que l’on voie à travers elle que l’élève a mis en valeur le sens et/ou  la beauté du texte. 

 L’élève devra arrêter sa lecture à la demande du professeur.
 Prendre le temps de faire une bonne lecture.

 S’il doit arrêter la lecture, il va poursuivre alors son analyse.

Il annonce  la question.

– « Nous nous efforcerons de répondre à la question ».

– La première partie : 3 minutes et demie .

– la deuxième partie : 3 minutes et demie (ou 4minutes).

Conclusion : 1 minute ( ou 1 minute et demie). 

 

La préparation pratique de l’oral :

L’importance de la liste de textes : vous aurez fait faire un joli livret de vos textes de l’année,  au fur et à mesure à des fins de trimestres  ou à la fin et prête mi mai  et vous aurez aussi noté  la mention de lectures complémentaires avec les séquences en tête ,  format A 4 avec des feuilles transparentes dans lesquelles on aura  glissé en tête la liste des textes avec le tampon de votre Lycée et ensuite chaque texte photocopié en double exemplaire.

En outre, l’élève devra fournir un double exemplaire au professeur des oeuvres du livre  ou du classique d’une oeuvre intégrale .  Il aura pu s’organiser avec un autre élève de sa classe, ou acheter l’oeuvre en double. 

L’élève apportera donc dans un  cartable  ordonné  le jour de l’oral ce livret de textes et les oeuvres intégrales en double exemplaire  avec la liste de ces textes  datée : mois et année et tamponnée à la fin par le Lycée  avec sa convocation. Il n’oubliera pas sa carte d’identité .

Tout cela est à préparer la veille de son épreuve avec la tenue qu’il compte mettre. Il envisagera sa présentation agréable  le mettant en valeur : pas trop d’excentricité ou d’aspect négligeant.

Il aura prévu le temps de déplacement pour aller à son lycée s’il ne le connaît pas avec le temps d’avance exigé pour être dans des bonnes conditions.

 Si l’élève est en candidat libre non présenté par un Lycée il suit les directives pour présenter sa liste de textes : caution d’un organisme d’éducation à distance ou signature d’un professeur qui l’a suivi. 

En attendant de passer, il ne se laissera pas distraire par d’autres candidats . Qu’il se concentre seul,  sur lui pendant l’attente à l’épreuve et qu’il reformule son plan dans la tête, les phrases de transition, les compositions d’une introduction et d’une conclusion. Il peut se remémorer des dates, des auteurs pour l’entretien qui suivra sa prestation de commentaire de 10 minutes où il aura seul parlé, le professeur pouvant cependant l’aider en cas de trouble mais c’est à éviter. Normalement le professeur n’intervient pas sauf pour arrêter la lecture. l’élève doit lui s’arrêter à temps à la fin de sa première partie. Si le professeur l’arrête c’est qu’il aura été trop long. Ce n’est pas souhaité. .

En arrivant dans la salle :  au moment où on l’appelle, il aura sorti sa convocation, sa carte d’identité, sa liste de texte. Il émargera dans son nom. Il aura dit bonjour, se présentera poliment au professeur auquel il donnera le livret de ses textes. Il attendra que celui-ci lui dise le texte à étudier et  lui donne une question écrite. Il prendra 2 feuilles de brouillon. Il ira dans le fond de la salle et se concentrera 30 minutes à son travail sans plus écouter l’autre élève qui passe avant lui. Il notera l’heure de départ et de fin par écrit, lira , prendra des notes, rédigera plus ou moins et mettra en évidence son plan pour parler par la suite.

La première partie de l’oral  consiste en une explication de l’élève avec une question donnée par le professeur sur un papier dans la préparation de l’élève à laquelle répondre pour orienter le texte  pendant 10 minutes suivi d’un entretien. Que l’élève refasse formuler la question s’il a un doute.

la deuxième partie : l’entretien qui suit  dans lequel l’élève doit répondre de façon à montrer au professeur sa compréhension à la question posée à partir de sa liste,  sa culture de l’histoire littéraire ou même de domaines artistiques : cinéma, art ,  son adaptation à un dialogue sur ses goûts. Il doit se mettre en valeur et montrer ainsi son travail de l’année en littérature. Il doit ni être trop timide ni trop à l’aise. Il doit avoir une attitude mesurée.

Qu’il regarde poliment le professeur et surtout organise sa réponse dans sa tête. Son propos doit être bien exprimé et mesuré.  Il doit parfois continuer son idée pour affirmer sa pensée et ne doit pas être forcément influencé par le professeur.

L’élève doit parler le plus possible, s’il laisse parler trop le professeur il ne sera pas bien noté même si le professeur est content. Il est bon qu’il s’affirme dans l’entretien.  Il est bon de s’adapter mais surtout d’être convaincu de son propre propos. Il doit montrer ses connaissances et un certain plaisir à décrire des oeuvres, à montrer qu’il a apprécié ses cours de littérature toute cette année s’il le peut et à la limite apprendre au professeur des oeuvres intéressantes.

 L’élève ne doit pas se laisser distraire par l’élève qui le précède .  Surtout ne pas l’écouter du tout ou quelques secondes mais pas plus. J’ai connu un élève qui mettait des boules quies dans ses oreilles! pourquoi pas? 

Notre élève qui se prépare doit travailler les 30 minutes.  Quand il a rédigé des phrases claires ou des bribes de phrases, il reformule dans sa tête pour que sa formulation soit claire à l’oral . Il  répétera une formulation écrite pour qu’elle devienne « orale ». Vous faites un travail de répétition de formulation pour être à l’aise et qu’il n’y ait pas d’hésitation dans la parole. Apprenez à prendre une tonalité à votre voix, modulez-la, n’allez pas trop vite ni trop lentement, surtout pas trop vite : n’avalez pas les mots : prononcez. Soyez naturel mais intéressant et surtout pas superficiel. 

L’élève devra mettre le plan vide qui sera à remplir avec les champs lexicaux dans chaque partie :

L’introduction : à bien rédiger. Elle doit présenter le texte, poser la question. A ne pas lire mais à reformuler toujours pour être à l’aise à l’oral. On passe de l’écrit à l’oral. On n’écrit pas tout et si on écrit tout on peut surligner en jaune pour que la formulation soit parlée et que vous ne lisiez pas votre texte. Vous vous exercerez à reformuler votre introduction.

La première partie peut être une partie de la question ou tout simplement la lecture au niveau 1 de compréhension : c’est-à-dire : de quoi parle le texte ? Et si vous ne vous souvenez pas des propos du professeur, vous recréez votre analyse du texte, vous recréez  : ex : description ou sens général du texte. Faire les relevés lexicaux de façon choisie, pas en trop grand nombre car c’est lassant. Ne pas être trop méticuleux pour cet aspect.  On lit distinctement ces relevés avec le N° de ligne et on les insère dans des phrases. On fait une phrase d’introduction et de conclusion des relevés lexicaux .

La deuxième partie : c’est la façon dont nous percevons nos jugements à travers les jugements de l’auteur, sa façon de l’exprimer. On analysera la portée de la pensée de l’auteur dans le contexte et là aussi il faut faire des relevés lexicaux choisis sur un ton de voix et à l’aide de phrases qui ne fassent pas « catalogue ».

Conclusion : à bien rédiger. Elle doit résumer ce qu’on a dit et avoir répondu à la question. Eviter de lire aussi votre conclusion. Regardez votre texte, levez le regard et ayez l’air de converser.

Comment apprendre à minuter l’épreuve de l’élève?

la première partie de l’oral est minutée par l’élève. Surtout ne pas dépasser les 10 minutes.

Ne pas faire moins que 7 minutes. Là, il n’aurait pas sa moyenne.

Il apprendra à minuter son oral en 3 ou 4 séances. de 6 minutes à 10 minutes et à apprendre à parler en continu tout comme nous les professeurs sans des » blancs ».

L’entretien dure 10 minutes et selon le professeur.

L’élève s’exercera à avoir une voix moyenne mais audible et à bien prononcer puisqu’ il est face au professeur comme pour une conversation. Il lui aura dit bonjour en prenant le texte . Pendant l’épreuve, il le regardera avec franchise et respect en lui rappelant le texte et la question dans l’introduction quand il sentira que le professeur est disponible. Que l’élève laisse le temps au professeur de noter l’élève précédent en étant lui-même très discret.

Quand il lira, les avant-bras  levés sur le bureau afin de tenir le texte pas trop droit  penché en biais pour qu’il puisse de temps en temps lever les yeux au-dessus du texte vers le professeur et sembler à l’aise.

 

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+