De l’imprimerie au numérique : une révolution sans précédent.

L’historique de l’imprimerie.

Nous sommes en 2015.

L’imprimerie avec Gutenberg (1400-1468) a été la première révolution de l’écrit (1454) donc au 15 ème siècle.
La révolution numérique : elle est en marche en 2015. On est plutôt bien connecté, les outils vont vite mais on est passé par des étapes intermédiaires lentes et pouvant être interrompues dans l’intervalle de ces 40 ans. Cette révolution est de Marshall Mc Luhan. (1967) édition de son livre : » the médium is the message ». Il est « le théoricien du village global. » Année du Web en 1990.

J’ai eu la chance que mon mari François-Xavier Lenoir étant journaliste technique ait travaillé depuis 1985 sur ordinateur et plus du tout sur machine à écrire que notre génération avait tant connue.

Avec l’ordinateur ont disparu des postes de secrétariat, de personnes dactylographes, de personnel qui recopiait les articles, les recorrigeait, mettait en page. Après la personne ayant un ordinateur a fait le travail de plusieurs personnes ayant eu des métiers très différents allant jusqu’à devenir son propre imprimeur. Les imprimeurs ont disparu.

Les sociétés avaient depuis longtemps des ordinateurs plutôt encombrants . Mais l’ordinateur n’était pas rentré à l’école sauf dans des écoles techniques, en architecture, en dessin, en géométrie, en mathématiques . On parlait alors d’informatique.

C’est vers 2000 que l’informatique s’est développée et vous voyez dans les écoles que c’est en 2014 qu’on a eu des Salons sur la pédagogie avec le numérique  et qu’on insiste sur sa nécessité en pédagogie. Ce sont les écoles techniques qui naturellement ont été à la pointe surement avant ou dès 2000 : qu’elles nous informent de leur date de début d’utilisation courante de l’ordinateur. Donc l’informatique aura mis beaucoup de temps à s’installer dans les écoles.

De quand datent les écrans numériques et les cahiers de textes numériques dans les classes? Parlez-nous de vous dans vos villes. Le travail est donné sur le portable de l’enfant dans les collèges depuis 2014.

le papier et l'ordinateur . Le portable.
le papier et l’ordinateur . Le portable.

C’est l’évolution du téléphone i-phone qui a crée le développement et la rapidité de ce moyen de communication et qui me permet de vous écrire et à vous de me répondre . N’hésitez pas. J’ai beaucoup de visiteurs et merci de vos réponses . Précisez-moi sur mon site mes approximations sur les dates du numérique dans les écoles dans vos régions. Que je ne fasse pas d’erreur et que votre point de vue élargisse notre propos afin que vous y trouviez votre compte.

J’ai donc commencé grâce à mon mari à me servir d’un ordinateur uniquement comme d’une machine à écrire et ne me servant pas de toutes ses fonctionnalités , j’ai pu communiquer par web avec un neveu qui travaillait dans l’hôtellerie au Costa Rica. Il était heureux de mes courriers par mail. Vers 1998 . Pas question encore de se voir par caméra.

Si j’ai choisi de faire un site de formation sur internet intitulé astucesdeprof. com  c’est qu’il me donne la possibilité de le faire évoluer et de chercher à en faire un lieu d’échange pédagogique pour l’enseignement des Lettres françaises niveau seconde, première préparation au bac de français  en temps réel ou réfléchi.

Je vous donnerai donc selon vos objectifs des réponses à vos questions dans votre pédagogie du français pour les classes de seconde, première préparation au bac de français à l’écrit et à l’oral.

Comment allez-vous? il faut vous poser cette question régulièrement car c’est très important de savoir comment vous êtes avec vos classes. Comment vais-je ? Qu’est-ce qui ne va pas? Analysez les situations mais ne vous noyez pas et ne soyez pas professeur en rentrant chez vous. Ne pensez plus à vos élèves ni à votre travail que bien plus tard.. à la rigueur une demi heure dans la soirée après le dîner : pas plus. Vous avez travaillé  quand il y a des heures de libres la journée au milieu de vos cours : n’allez pas au cinéma comme je dis… travaillez pour ne pas avoir à travailler chez vous le soir  que le moins possible  surtout si vous avez une famille   . Soyez VOUS à la maison. Ecoutez les uns et les autres. Et détendez vous aussi. Le moins de travail possible à la maison ou quand ils ne sont pas là!  A bientôt avec  des extraits de textes littéraires qui font réfléchir sur notre temps avec des auteurs anciens : auteurs légers comme  Marivaux, plus philosophiques avec Beaumarchais  et toujours des rajouts d’extraits d’oeuvres célèbres françaises  à des articles sur nos grands Classiques. Vous pouvez nous proposer des textes à partager.


Voir aussi…

 

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Mes réflexions sur l’usage du numérique indispensable.

Pour mes nouveaux lecteurs, je vous remercie de cliquer sur : « A propos » puis de rechercher à :  « Mode d’emploi » sinon vous pouvez dérouler mes derniers articles sur Accueil et cliquer sur le mot  « Rentrée » à rechercher sur le site :   » la gestion du temps » et le « premier cours »: se présenteront  comme articles souhaités.

Voici mes réflexions sur la bonne utilisation du numérique.

Voici des sites : lire l’ astuce : « vos liens internet » dans votre pédagogie, très efficaces que connaissent vos élèves, qu’il faut connaître. Connaissez leurs pratiques, et surtout sachez les faire se limiter dans leur temps scolaire. Temps de distraction où il faut faire comprendre que ce temps passé devant l’écran est pernicieux pour une autre activité essentielle : celle de la réflexion à ne jamais faire dans l’urgence et dans la multiplicité des informations qui faussent le jugement. Il faut être donc conscient de toutes ces nouvelles situations vécues par nous. 

Soyons tous conscients qu’il faut apprendre à gérer en temps ces nouveaux moyens extraordinaires vraiment. Nous ne reviendrons pas en arrière.  Le cerveau est incapable de gérer tant de choses et il faut faire en sorte de rester attentifs aux autres et que l’on ne doit pas saturer devant des écrans. Que nos enfants et nous, adultes, consacrions toujours du temps à l’autre et  que nous sachions sortir de l’écran omniprésent et surtout apprenons à  faire le geste de l’éteindre et d’arrêter notre activité de façon rapide .

Donnons nous des temps pour l’autre .Gérons bien ou mieux cette nouvelle donnée de vie au quotidien. N’oublions pas de regarder l’autre et de n’être pas fixé uniquement sur l’écran. 

Servez-vous en du numérique avec eux. Apprenez leur à en savoir les limites et en étant méfiants. Pour notre documentation, sachons l’utiliser et choisir les bons sites en limitant les temps de notre recherche.  Il faut toujours se fixer des temps limites. Nous avons d’autres activités. Sachons gérer cette vie nouvelle sans nous faire envahir, sans être accroc ! Soyons encore là raisonnable pour être humain et n’avoir pas de « stress ».  

la main prolongement de la pensée, le clavier …autre style mais des possibilités
la main prolongement de la pensée, le clavier …autre style mais des facilités de rapidité, de documentation ou de progrès…

Ecrire sur ordinateur va permettre à certains élèves qui ont du mal à écrire de trouver une aide précieuse . Donc là, l’outil est positif.  Il faudra cependant continuer  de  lire et de réfléchir nous,  adultes et élèves en évitant les jeux ordinateurs actuels sans notions de les arrêter à un moment et les temps de vidéos ou de télévision au détriment de la lecture sauf quand ils seront en lien avec votre cours et là on se doit de proposer ou de regarder avec nos élèves des émissions excellentes de télévision en rapport avec des cours d’histoire, de géographie ou de lettres. 

Il faut savoir faire prendre conscience aux gens de ces nouveaux divertissement qui sont aussi des outils de travail. Ces jeux  pouvant vite devenir des addictions (avaleurs de Temps) comme toute nouveauté pourra empêcher  tout travail. On se devra d’apprendre à nos élèves et à nos enfants à répartir les temps de ces nouveaux « jeux » très amusants mais prenants et à les arrêter vite en les éteignant. 

Il faudra savoir les interdire ou les limiter grandement en en parlant ensemble en mettant des temps permis et d’autres interdits en périodes scolaires afin de pouvoir bien travailler chacun (adultes comme élèves) et à continuer de lire, d’écrire, de se permettre d’avoir une réflexion toujours aussi importante vis-à-vis des événements. Il faudra faire retrouver des temps de pause, de silence aux gens pour qu’ils communiquent mieux. Nous sommes à ce tournant d’Histoire et notre rôle à l’école est de faire prendre conscience de notre siècle numérique et de l’utiliser à bon escient : utilisons-le pour ses atouts pédagogiques  et disons-en aussi ses limites. La pensée de l’humain devant toujours primer. 

Ces répartitions de technologies doivent être très calculées en famille pour ne pas gâcher la vie de la cellule familiale et de préserver les repas sans ces écrans et permettre aux enfants et aux parents de communiquer, de se cultiver aussi et de profiter des nouvelles technologies mais de façon mesurée toujours et exigeant un emploi du temps sérieux.

C’est une éducation nouvelle qu’il faut mesurer et modérer. Il ne faut jamais d’excès en rien dans notre éducation et surtout pas de temps perdu .  Etre conscients qu’il faut gérer des masses d’informations qu’il faut annuler et choisir en sachant ce qui vous convient . Souvent les parents lisent l’oeuvre pour leurs enfants vos élèves : après tout c’est bien, vous cultivez les parents et cela permet un échange en famille… mais il faut que leurs enfants lisent aussi et là aux parents de leur faire répartir leur temps de lecture avant le temps des jeux ordinateurs. Il faudra lire aussi pendant les vacances ainsi que vous et eux:  à vous de répartir sur l’agenda de texte leurs lectures à répartir d’avance sur une séquence et de leur faire prendre conscience de l’importance de la lecture bien faite d’au moins les passages qui précèdent des extraits de textes d’une oeuvre et d’autres qui suivent.

 Faites comprendre à vos élèves qu’ils auront des choix d’activités à faire pour avoir de bons résultats scolaires.

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Réflexion sur 2 types d’écriture : manuscrite et sur clavier.

Vos réflexions : Ecrire avec un stylo ou écrire directement sur ordinateur, au clavier . Qu’en pensez-vous?

Nous sommes vraiment à un tournant de notre civilisation où deux types d’écriture coexistent.

L’écriture à la main : crayon, stylo plume encre, stylo bic, bille feutre et l’écriture en tapant sur le clavier avec plus ou moins de doigts  sur un  clavier ordinateur.

De 2 types d'écriture

Il faut admettre que c’est un point important qui peut poser problème et en même temps il faut considérer que c’est un grand progrès qui peut vous aider dans votre pédagogie de professeur de lettres et qu’il faudra aménager au cas par cas.  Il faut donc que vous admettiez les deux modes d’écriture pour vos élèves et avec eux.  Tous les étudiants sont sur leur tablette dans les trains.

 Mais  tant qu’on passera le bac à l’écriture à  la main  sur des copies, il faudra que vous développiez la rédaction écrite à la main. Il faudra toujours apprendre à l’enfant à écrire et bien lisiblement . La main étant la prolongation  de la pensée. Songez et revoyez le Penseur de Rodin au Musée Rodin nouvellement restauré  à l’hôtel Biron à  Paris près des Invalides. 

Je voudrais qu’on réfléchisse sur le style obtenu dans les deux cas. Je crois devoir vous répondre qu’il n’est pas le même au clavier et par écrit. Le style est plus rapide sur clavier  car on écrit plus vite aussi  (il y a une facilité non négligeable à se corriger ou à couper ) , le style est sans doute plus élaboré dans le cas manuscrit mais  cela n’empêche pas de se corriger sur clavier  et d’être aussi exigeant qu’à la main  . La pensée peut être plus lente  à la main pour se transformer en une phrase… la main étant le prolongement de la pensée .   Le clavier, lui, contient un aspect ludique. Certains élèves disent avoir des crampes à la main en écrivant  trop : là ils n’en ont plus! l’écriture à la main sera plus « réfléchie » et plus « laborieuse » même si on la préfère à l’écriture sur clavier. Si l’on peut avoir une jolie écriture ce sera un atout.  

Il est évident qu’il faut se corriger dans les deux types d’écriture manuelle et sur clavier  et toujours se relire à voix basse pour la construction correcte de la phrase. 

On sera strict sur l’orthographe. Une mauvaise orthographe est un critère social.  Il faut  donc vérifier ce que le correcteur d’orthographe a mis.  Vous pouvez avoir  de mauvaises surprises.   A la main, faites corriger aussi  les fautes proprement.  Relisez alors toujours dans les 2 cas  ou enlevez même le correcteur automatique dans le deuxième.  Donc les apprentissages d’orthographe seront toujours les bienvenus en apprenant des listes de mots par coeur et en utilisant le dictionnaire. 

Nous sommes donc toujours dans l’obligation de faire   travailler nos élèves au début de leur vie lycéenne à la main. Cependant le clavier peut les aider. Développez cet outil et qu’ils apprennent toujours à  bien présenter leur copie au stylo.

 Mon site numérique a donc sa raison. On m’a demandé si je ne  voulais pas écrire un livre. Or, j’ai répondu :  non.  Je ne sais pas terminer un ouvrage.  Et grâce à ce support,  je peux corriger, reprendre, reprendre en 1 article un article trop long que je peux diviser en 3 ou 4 avec des titres spécifiques.  je peux faire évoluer mon site à mon rythme, à mon idée et selon les demandes de mes lecteurs .  J’ai besoin de dire et de communiquer mon expérience pédagogique en Lettres  à un grand nombre dans le présent ou presque. Ce support évolutif et participatif va  me le permettre . Ce site astucesdeprof.com  doit vous inciter à la réflexion sur votre métier afin de l’améliorer. 

J’attends donc vos écrits évoquant vos expériences et vos réalisations en Lettres pour les classes de seconde et première : préparation au bac de français. 

Quel est le support qui prime pour vous ? papier ou ordinateur? 

C’est parce que vous aurez écrit suffisamment à la main avec un stylo que vous aurez su bien écrire.

Acceptez-vous à ce jour des copies ou des travaux faits en groupe tapés sur ordinateur?

Est-ce que vous savez repérer si un élève n’a fait que recopier d’un site internet pour lycéens des éléments de devoir? ou non? Il faut que vous le détectiez.  Quel est votre critère de notations?  Remettez bien au propre toujours vos notes chaque fois qu’il le faut et mettez bien vos critères d’évaluation.

Notez aussi vos remarques : tenue de la classe, de certains, leur comportement à votre cours, amélioration surtout et progrès de tous. Créez-vous des méthodes au fil du temps? Notez-les. Et si vous avez des formations pédagogiques voyez dans quelle mesure vous allez pouvoir les appliquer et accélérer vos résultats. 

Attention donc à  la copie qui ne fait que recopier un écrit qui peut être une étape d’un travail écrit mais qui ne peut constituer en aucun cas une note entrant dans la moyenne. Il faut le faire comprendre à l’élève.   Ayez un carnet de notes d’exercices partiels pour que peu à peu cette « recopie » passive se transforme en un écrit personnel de l’élève. Soyez y sensible. 

Il faut  être vigilant à l’heure actuelle sur la probité de la note.

De taper sur un clavier va leur faciliter l’écriture de leur première phrase  toujours difficile à écrire, il faudra les aider à la trouver . En tapant ce sera plus facile. Et on peut intervertir des phrases avec la fameuse fonction du « copier-coller » qu’il faut connaître tout de suite.

Comment gérez-vous alors vos corrections? C’est une réponse que vous devrez apporter. 

1) L’élève progresse-t-il grâce à son ordinateur, alors qu’à l’écrit avec un stylo il ne progressait pas?

2) Comment faire faire des progrès avec l’écriture au stylo?

Faites-vous des cours afin que vos élèves tapent rapidement avec tous les doigts et sachent se corriger?orthographe, ponctuation qui ne se retrouve pas en tête d’une ligne et utiliser la touche espace insécable, majuscules, minuscules, temps, conjugaison, participe passé. Il faut prévoir des cours de correction d’orthographe, de syntaxe : on reconstruira la phrase incomplète, on se relira à mi-voix. Faites-vous améliorer aussi la graphie  manuscrite de vos élèves afin qu’elle soit lisible?  

3) Présentent-ils bien leurs dossiers, leurs copies? Là, nous retrouvons la pédagogie qu’auraient eu les écoles de secrétariat à une certaine époque  car si vous leur faites des cours de Littérature, d’orthographe, de grammaire il faut imaginer qu’il faille avoir des cours de secrétariat afin de palier le manque évident de réponse à des lettres administratives comme au courrier quotidien qui se fait par courrier électronique. Il faut donc prévoir de connaître un minimum de mise en pages, de présentation comme pour une lettre à la main car si nous voulons qu’elle ait un caractère juridique ou de réponse simple mais indispensable à un courrier il faut qu’elle soit comme pour le courrier manuscrit bien présentée et orthographiée. Comme Il leur faudra aussi bien présenter leur liste de textes à l’oral du bac pourquoi ne pas leur donner de bonnes notions de secrétariat même en cycle long? 

Vous pourrez lire : de la présentation de la liste à l’oral du bac de français. 

 

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Des extraits du Misanthrope. Des sujets d’écriture.

Dans le Misanthrope se trouvent plusieurs passages intéressants sur la société de son époque le  17 ème siècle. 

 Alceste ne supporte  aucune des critiques que fait Célimène à propos des hommes et des femmes de son temps  : il nous faut revoir absolument les portraits critiques de ceux-ci  à l’acte 2 scène 4. Il est outré de ne pouvoir porter un jugement  vrai et honnête sur un mauvais poème et de devoir feindre sa beauté .  Il possède donc les caractéristiques du misanthrope. Vous insisterez sur  le sous-titre du Misanthrope (celui qui hait les hommes, la société) :  l’atrabilaire amoureux. Dans ce mot atrabilaire : il y a le mot bile, donc notre homme n’arrête pas de se faire du souci, il en est lassant de pessimisme  – comme nous pourrions le faire sur notre société- dans les rapports amoureux .

Il ne pourra donc pas se marier : le mariage supposant une adhésion à un milieu social du conjoint et de sa famille  sinon le risque d’échec est pratiquement assuré car il faut se dire que le mariage suppose la durée et recherche l’harmonie . Donc Célimène a raison de ne pas suivre Alceste même si nous sommes tristes qu’elle préfère son côté volage à un amour simple et sincère . Molière analyse parfaitement les êtres et les situations.  Elle se séparerait de lui tout de suite. Elle se connaît donc parfaitement.

Vous ferez réfléchir les élèves sur les situations qu’entraîne Alceste.

Il ne supporte donc pas la médisance de la Cour pas plus que ses intrigues.  

Il est trop honnête homme . Vous devrez faire comprendre cette notion à vos lycéens.  Philinte est honnête homme, lui aussi,  mais trouve l’attitude de son ami Alceste vraiment exagérée.

Alceste se trouve être l’opposé de Célimène . Il voudrait pouvoir transformer celle qu’il aime. Or elle a 20 ans.  Il n’y parviendra donc pas. Elle aime plaire, elle aime le Monde, la Cour. Elle lui  préfèrera le Monde à l’isolement qu’il préfère au  désert où il voudrait l’entraîner pour fuir à la fin les hommes et leurs médisances. Il n’est vraiment pas fait pour la Société.

Il existe un type de société ou plusieurs types de société à chaque siècle : il est toujours bon de la décrire ou de l’analyser. Que vos élèves trouvent les mots justes. L’exercice sera intéressant . On peut imaginer des sujets sur des rêves utopiques ou sur des mondes utopiques.  On peut analyser notre type de société dans un pays donné, dans un contexte donné et la façon de l’appréhender : l’accepter ou la refuser mais vivre surtout avec l’idée de l’améliorer sans cesse :  une attitude négative étant toujours funeste et néfaste. On peut le voir à notre époque .  Donc nos sujets classiques doivent aboutir à une réflexion ouverte, modérée et ouverte apportant des solutions et permettant aux élèves de se faire – et c’est essentiel – une opinion personnelle. 

 

Alceste acte 1 sc 1

V 118 à 128

Philinte lui demande pourquoi  » cette aversion des hommes  dans le siècle où nous sommes » ?  à savoir le XVII ème siècle.

Alceste répond :

Non : elle est générale, et je hais tous les hommes  :

Les uns, parce qu’ils sont méchants et malfaisants,

Et les autres, pour être aux méchants complaisants,

Et n’avoir pas pour eux ces haines vigoureuses

Que doit donner le vice aux âmes vertueuses.

De cette complaisance on voit l’injuste excès

Pour le franc scélérat avec qui j’ai procès :

 Au travers de son masque on voit à plein le traître

Et ses roulements d’yeux et son ton radouci

N’imposent qu’à des gens qui ne sont point d’ici. 

Quelque titre honteux qu’en tous lieux on lui donne,

Son misérable honneur ne voit pour lui personne ;

Tout le monde en convient, et nul n’y contredit.

Cependant sa grimace est partout bienvenue :

On l’accueille, on lui rit, partout il s’insinue ;

Et s’il est, par la brigue, un rang à disputer,

Sur le plus honnête homme on le voit l’emporter

Têtebleu ! ce me sont de mortelles blessures,

De voir qu’avec le vice on garde des mesures ;

Et parfois il me prend des mouvements soudains

De fuir dans un désert l’approche des humains.

 

Philinte

Mon Dieu, des mœurs du temps mettons- nous moins en peine,

Et faisons un peu grâce à la nature humaine ;

Ne l’examinons point dans la grande rigueur,

Et voyons ses défauts avec quelque douceur.

 

Vous pourrez à partir d’un texte comme celui-ci faire réfléchir les élèves sur le monde dans lequel nous sommes, sur les êtres d’influence, sur l’apparence, sur la sincérité des hommes ou des femmes. Vous pourrez faire écrire en commençant en classe puis en travaillant au calme chez soi un portrait  ou imaginer de faire faire un dialogue à la manière de la scène des portraits par Célimène  sur une personne dont les élèves auraient fait le portrait. 

En seconde, ce type d’exercice peut être intéressant . Il permet d’apprendre à décrire minutieusement ou en permettant des effets et aussi de rédiger sur des idées personnelles bien exprimées. On peut envisager en seconde de traiter d’abord du sujet d’invention, puis d’ apprendre plus tard les bases du commentaire  qu’on fait par oral avec les explications d’analyses pour passer enfin à  la dissertation quand vous le jugez bon et qui peut plaire à certains. Dès novembre ou avant. Sujet d’invention et dissertation peuvent se travailler ensemble l’un comme l’autre permettant la réflexion, mais l’un étant vraiment un exercice de style et l’autre permettant une construction de l’esprit avec un plan élaboré.  

 En 1ère, on vérifiera que les méthodes sont acquises et vous variez les exercices de pure écriture dans les 2 premiers mois avec l’accord des autres professeurs afin de planifier l’apprentissage des sujets.  En 1ère, j’apprenais très vite la Dissertation en même temps qu’on consolidait le commentaire composé. Une question d’organisation : vous faites votre planification. Je prenais un jour fixe pour chaque apprentissage. C’est une solution. 

Pouvez-vous nous dire sur combien de séances vous étudierez une oeuvre complète avec un exemple précis   : 5 ou 7 extraits de l’oeuvre en fonction de la prévision en 1ère de l’examen anticipé de français et combien de lectures complémentaires vous allez proposer.

Merci de nous fournir des extraits de textes de bons auteurs que vous aimez  de 20 lignes et qui ont bien fonctionné dans vos classes sur le site astucesdeprof.com pour de futurs sujets de réflexion et d’invention ou des analyses. 

Merci d’utiliser le commentaire pour répondre aux articles et partager vos expériences . Vous pouvez aussi répondre de façon anonyme  par  mail ou par le f du facebook  astucesdeprof du site astucesdeprof. com qui vous permet de  lire régulièrement sur des événements culturels ou littéraires. 

 

 

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Travaillez avec des professeurs d’autres matières.

Par moments, travaillez avec le professeur d’Histoire ou parlez-lui c’est important :  pour l’histoire des rois et reines, des gouvernants. Le professeur d’histoire vous permettra d’aborder les arts sous la Renaissance : les Châteaux de la Loire, les sculptures, les jardins.  Il n’y a pas de Littérature sans étude historique d’un siècle.

Puis plus tard vous envisagerez le 17 ème, le 18 ème, le 19 ème, le 20 ème et notre 21 ème siècle avec l’arrivée du Numérique qui est une énorme révolution comme la découverte de l’Imprimerie avait pu être énorme aussi. 

Communiquez aussi avec le professeur de Philosophie concernant les Idées et faire connaître les bases de la mythologie grecque. Des références à Luc Ferry peuvent être les bienvenues. Il permet une approche de la philosophie de façon abordable.

Travaillez avec le professeur de Latin pour la dernière année de sa présence dans les collèges. J’espère qu’on pourra retrouver  un professeur de latin pour que chacun ait quand même des bases à un moment donné et du vocabulaire latin et des noms de l’histoire romaine : rois et noms des dieux et coutumes. Nous sommes baignés pas le monde romain. 

Apprenez pour l’étude du 16 ème siècle , du 17 ème siècle français  les noms de la Mythologie grecque : dieux, déesses, auteurs antiques ,  les noms des dieux qui leur correspondent en latin.  L’histoire du monde  romain est à connaître : rappeler des points d’histoire romaine importants, ayez des références à la Bible (pour les classiques du 17 ème siècle ),  de l’Ancien Testament, des bases de la religion chrétienne et du Nouveau Testament pour toute notre littérature française depuis le Moyen âge à maintenant. Il faut faire des rappels conséquents des 2 autres religions monothéistes avec un fond de connaissances précises correspondant à des moments d’histoires de la France  : juives et musulmanes présentes à nouveau dans des oeuvres spécifiques à certains siècles et maintenant. 

Vous pouvez avoir l’occasion de faire étudier le journal d’Anne Franck , de même vous pourrez analyser des personnages de Balzac dans la Comédie Humaine comme le Baron de Nucingen, banquier juif,  dans Splendeurs et Grandeurs des Courtisanes : Baron qui avait épousé la fille du Père Goriot : Delphine, fille quii ne s’occupera pas de son père mourant.

Vous pourrez peut être voir  la Chanson de Roland  si on l’étudie concernant les batailles contre les Maures , et des passages de romans du 20 ème siècle : d’Albert Camus, et de Eric Emmanuel Schmitt : M. Ibrahim et les fleurs du Coran. Nous aurons souvent donc des allusions à ces 3 cultures monothéistes qui peuvent être présentes séparément ou ensemble  dans l’étude des Lettres. 

Si les élèves n’ont aucune religion et nous n’avons jamais à les questionner ,  il sera bon de leur faire connaître les bases de l’histoire de ces  3 grandes religions pour expliquer les oeuvres littéraires de la France. Il existe à côté de ces 3 grandes religions une pensée athée ou laïque qu’il faut respecter et dans notre enseignement vous devez présenter tous les types de la pensée sans outrepasser vos fonctions qui sont de « cultiver » les élèves et que chacun dans l’intimité puisse s’épanouir.

Il faudra toujours prendre une distance par rapport à une religion et la respecter de même qu’il faudra éviter des débats qui n’auraient pas lieu d’être. On doit pouvoir parler de façon objective, laïque dirons-nous en exposant et en ne prenant pas partie. Il ne faut pas qu’on fasse montre de notre religion. Elle fait partie de notre vie privée. Le professeur doit donc être impartial, se créer une déontologie neutre,  il n’a pas à dire s’il est religieux ou pas. Il doit transmettre des savoirs.

 Il ne faudra pas provoquer des réactions de classe que vous ne maîtriseriez pas. Evitez alors d’être partial. Il faut expliquer, analyser et c’est chez soi que chacun discutera de ce qu’il a compris en tenant compte de l’Histoire de France qu’il faudra de mieux en mieux connaître et de l’arrivée de peuples ayant d’autres religions. La France ayant été toujours imprégnée de la religion catholique  souvent opposée à la protestante (pas forcément à notre gloire) notre civilisation repose sur des fondements chrétiens à connaître  avec ses églises en nombre et ses cathédrales, ses temples, ses synagogues, ses mosquées, ses édifices publics tels que Mairie ou Hôtel de Ville. 

Nous sommes dans une nouvelle ère où beaucoup de peuples sont arrivés avec leurs religions, se sont assimilés mais il faut connaître tous ces courants et ne pas oublier de connaître les bases de notre civilisation. En littérature, c’est important mais la littérature est ouverte à tous les mouvements et est l’expression de nouvelles réalités. Cela suppose une grande ouverture d’esprit mais ne veut pas dire pour autant  qu’on en oublie notre patrimoine et nos racines. 

L’apprentissage des lettres suppose donc la tolérance et l’explication de la Beauté d’un texte et de son interprétation pour faire évoluer notre pensée et celle de nos élèves.  Il faudra savoir analyser sa classe et lui faire trouver toujours son intérêt en étant un bon professeur ayant des bases solides de notre culture. 

Travaillez aussi avec le professeur d’Arts plastique : l’art de la renaissance, du 17 ème siècle, du 19 ème, et contemporain . Avec le professeur de Musique : des liens entre littérature et musique sont nombreux. 

Le professeur d’Art plastique et le professeur de sport peuvent très bien coopérer dans la sculpture (voir les attitudes des statues grecques) et avec le professeur d’Histoire : Le rôle du corps dans certaines civilisations : toujours la Grèce et les jeux olympiques.

Avec le professeur de Gymnastique vous éviterez que les élèves prennent des mauvaises positions assis en classe et puissent se détendre avec des méthodes de relaxation pourquoi pas? Il ne faut pas oublier que nos lycéens sont beaucoup trop assis et qu’il faut changer de positions et  se lever avec des raisons valables pour se détendre. Je le pense de plus en plus. Montaigne ne disait-il pas qu’il faut « un esprit sain dans un corps sain ».

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Préférer le travail en équipe mais savoir communiquer si vous êtes seul.

Si vous ne travaillez pas en équipe et que vous êtes seul professeur de Lettres de ce niveau, envisagez quand même de prévenir de votre programme en gros par trimestre le surveillant ou le directeur. Vous leur soumettez par écrit. Qu’on sache ce que vous faites. Il est bon que vous informiez de votre cours, de votre programme la direction même si celle-ci est discrète. Il faut prévenir pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïtés et qu’on sache que vous suivez bien les programmes officiels de lettres (voir site de l’Education Nationale). Apprenez à bien communiquer dès le début dans votre discipline, je vous le demande quitte à aller au devant des demandes, par contre on peut vous faire des reproches si vous n’avez pas de ligne directrice. Vous pouvez mettre sur ordinateur une partie de votre programme par mois ou par trimestre. Peut-être y aura-t-il un cahier de classe numérique alors informez de votre ligne de cours en plus des travaux à donner à vos lycéens.

Lisez régulièrement les informations de votre lycée dans votre salle de professeurs ou sur votre ordinateur.  Vous mêmes allez au devant de l’information mais ne devenez cependant pas envahissant : il faut de la mesure en tout mais il faut chercher l’information toujours et l’analyser et que vous ne soyez pas pris en défaut sur votre programme.

On n’ira jamais vous chercher mais des parents peuvent vouloir des explications sur le cours de leurs enfants. Soyez précis dans votre progression de textes . Sinon, rectifiez vite si vous sentez qu’un aspect ne convient pas. Mais ne changez pas tout le temps. Vous avez le droit à l’erreur ou à l’innovation que vous devez savoir expliquer avec calme .

 

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Vos différents types de cours de Lettres en Lycée.

Vos cours de français en Seconde se composent comme suit :

Un cours par semaine ou plus de méthode pour apprendre l’analyse, le commentaire .Au bac de français vous devez faire présenter aux élèves au moins 30 à 36 extraits de textes. Si vous en faites 50 dans l’année, vous ne garderez pas tout. Mais vos lycéens auront eu une culture autour de ces textes et de leurs auteurs non négligeable.

Il y a un second temps de cours : celui de l’histoire Littéraire : relire mon astuce sur le sujet qui peut faire l’objet d’un véritable cours sur une heure ou d’ allusions pendant des temps d’explications de texte ou au moment des corrigés  ou de recherches permettant  aux élèves de s’exprimer oralement en vue de l’entretien de 1 ère aux épreuves anticipées de français.   On les interrogera pendant les cours sans leur couper la parole – j’insiste sur ce point -et on leur fera répéter  l’explication de texte. Puis on reprendra avec eux leur expression pas de façon systématique mais selon le niveau de l’élève. Vous prendrez des notes sur l’élève. 

Il y a un 3 ème moment : les temps d’écriture, de rédaction, d’apprentissage pour traiter successivement puis en même temps les 3 sujets de l’écrit du français à l’examen de 1ère: sujet d’invention, commentaire, dissertation et en lettres : réécriture. 

Vous aurez des plans de cours, des façons de faire actuelles en vous servant au besoin de supports numériques intéressants. Vous cliquez sur google : les séquences en classe de lettres en Seconde et en Première. Les deux premiers sites ci-dessus vous seront très utiles ainsi que eduscol.education.fr.

Que votre cours soit très programmé avec des titres bien choisis . Préparez bien sur 6 à 8 semaines : notez les dates approximatives . Ainsi vous aurez un schéma directeur simplement à compléter. Vous gagnerez du temps et vous aurez moins d’angoisse! Après on passera à autre chose sur un laps de temps précis.

Vous choisissez l’étude d’1 roman et autour de celui-ci 2 autres romans d’avance  sur 7 séances ou bien plus : faites votre agenda et vous étudiez spécialement avec les lycéens ou les premières pages dites « incipit » ou la dernière page sur des coups de coeurs. Vous pouvez donner le titre d’un aspect de la société à travers un type de personnage dans des romans de siècles différents .

J’aimais faire lire la dernière page d’ Une Vie de Maupassant et je choisissais d’autres oeuvres avec une dernière page très bien écrite à travers les siècles puisqu’une séquence doit présenter les oeuvres à travers le temps.  Ayez de bons choix d’oeuvres que vous aimez : à en parler avec des collègues c’est beaucoup mieux. Vous obtiendrez un  enseignement bien plus agréable dans le Lycée à  savoir que vous êtes en accord  avec d’autres professeurs de lettres du même niveau même si vous ne faites pas du tout les mêmes oeuvres de Balzac, Zola, Hugo qui ont vraiment beaucoup écrit. Vous aurez plaisir à faire étudier une oeuvre intéressante moins connue ce qui n’empêchera pas de parler des oeuvres très connues d’un auteur. Il faut qu’il y ait une ligne générale commune en suivant le Programme.

A vous de faire votre programmation d’oeuvres en connaissant celles de vos collègues ou en en parlant avec  eux, ainsi que des devoirs à préparer. Vous établissez un agenda de vos cours potentiels et vous rectifiez légèrement en fonction de ce qui se passe dans votre classe mais vous devez toujours avoir pour  5 à 6 semaines d’avance des cours avec des titres de séquence, des pages de textes, des aspects de vos cours en histoire littéraire, en stylistique, en écriture :  » en gros » comme je dis et préciser les aspects du cours au fur et à mesure. Il ne faut  jamais être dans l’inconnu quand on a des grandes classes et il faut surtout bien préparer d’avance ses cours au moins dans les grandes lignes avec une possibilité de textes bien connus de vous quitte à élargir plus tard avec d’autres en  références .

Ce travail-là se fera sur une partie des congés . Une partie plus ou moins grande de vos congés est faite pour la préparation, ou la correction. Gérez bien ces temps qui vous permettront de n’avoir pas trop d’à-coups et de travail excessif sur un laps de temps précis. 

Notez sur votre carnet de bord vos temps de préparation de cours par séquence, les temps que vous passez à préparer des analyses de texte, le temps des cours de vos cours d’analyses de textes, de commentaires,  l’étude de vos propres progrès, les points à reprendre d’un cours pour que votre classe progresse, elle . Ces temps évolueront c’est évident.

Vous serez plus à l’aise avec une grande culture à force de lectures diverses et complémentaires acquise  lors de vos congés .

Votre travail est un travail libéral : vous devez gérer votre temps. Il faut savoir qu’ il y aura des semaines avec des heures modérées de 18 à 25 heures par semaine cours compris, d’autres semaines où vous serez à 40 heures jusqu’à 56 heures. Je vous demande de n’atteindre jamais les  45 ou 56 heures cela voudrait dire que les répartitions de travail n’ont pas été bien  faites par vous lorsque vous aviez du temps ( que vous vous croyiez en vacances : non)  et surtout que vous avez accumulé temps de loisir et travail. Il faut séparer vraiment les deux. N’allez pas au cinéma si vous êtes dans votre semaine de corrections de copies. Vous corrigez.  Ne le faites plus.   Ne soyez pas comme les élèves… et eux aussi qu’ils parviennent à ne pas se sentir en vacances quand il faut travailler ou préparer un devoir : il faut qu’ils arrêtent télévision, jeux ordinateurs, cinéma, loisirs : ils étudient, se documentent, écrivent, qu’ils ne se dispersent pas.Apprenez leur. 

 Une fois de temps en temps,   la  bonne semaine plus libre prenez quelque temps.  Sachez gérer votre temps libre qui est en grande partie du temps de travail car 18 heures de cours pour un professeur suppose le temps de préparation de cours  plus les moments de correction. On peut travailler parfois dans les déplacements, c’est bon, et dans les interclasses dans la salle des professeurs. Cela vous gagne du temps.  C’est vous qui organisez. Je le répète. Tant pis s’il fait beau et que vous voulez sortir. Travaillez dehors au besoin mais travaillez et là vous n’aurez plus de surcharge de travail…la nuit faite pour vous et pour le sommeil.  Il peut y avoir trop de dépressions…courantes dans votre métier si vous n’êtes pas exigeant. Sachez dire non à tout ce qui nuit à votre travail dans ces temps-là (supprimer le téléphone : ayez vos minutes (pas plus de 10 minutes : pas une heure! )de téléphone pour votre famille ou les gens seuls , proposition de sorties compatibles avec vos horaires sinon sachez refuser poliment ou tristement mais répondez toujours.  Fixez vous vraiment chaque semaine vos heures et vous commencez à l’heure et sachez vous arrêter pour votre vie pratique. Ne décallez pas les heures de repas ni de sommeil . Comptez le temps pour votre secrétariat personnel : ayez un jour creux et 1 ou 2 heures pour cela  qui ne doit pas s’accumuler :  réponses à des lettres, factures, impôts , classements administratifs : salaires, feuilles de maladies,  remerciements , donnez une réponse à une invitation : oui ou non mais répondez dans les 2 ou 3 jours , cet aspect est trop négligé depuis des années et pourrit l’existence des autres qui vous invitent . Notez sur un agenda même deux pour votre famille les événements majeurs, faites bien votre information familiale et amicale , répondez donc aussi à cet aspect essentiel de votre vie sociale

Les aspects personnels de votre vie réglée, la gestion de vos cours sera régulière, le rangements de votre documentation, des copies, des réunions concernant tout ce qui est scolaire vous prendra un temps régulier chaque fois que vous le souhaiterez 1 à 3 fois par semaine. (limitez vous à une demi heure de rangements à chaque fois réguliers).

Revenons maintenant à votre enseignement pur. Tous vos cours résidront dans le fait de faire progresser des élèves. Tout est dans votre « agenda » ou dans votre prévision de cours et de votre façon d’établir des temps précis dans vos cours d’une heure ou de deux heures et de noter ce que vous ferez au prochain cours. Le fait de noter sur un carnet ce que vous devez faire (même si vous le faites 3 jours après ou plus mais la chose sera faite ) vous gagnera du temps : vous notez toujours où vous en étiez au cours précédent pour en faire l’introduction à la séance d’après dont vous rappellerez bien la date. 


Voir aussi…

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Le cours d’1 heure. Pédagogie active pour le cours de 2 heures.

Pour 1 heure de cours en Lycée, vous aurez de 30 à  45 minutes effectives de cours sur les 55 minutes prévues .  Ne mettez jamais en retard vos élèves à la fin s’ils doivent aller dans d’autres  salles ou si vous devez quitter leurs classes  . On appréciera votre ponctualité. C’est à vous de décider quand on arrête le cours et vous le dites tout simplement : «  Nous avons terminé pour aujourd’hui. Nous reprendrons tel jour. Rangez vos affaires ou fermez vos cahiers!  » . Des ordres simples mais des ordres. 

En Lycée, en Bac +2, en Fac : les cours durent souvent 2 ou 3 heures  dans des grandes classes qu’il faut préparer soigneusement en plaçant des moments intéressants de cours ou de travail de groupe. Le temps de s’installer : calculez le temps , de reprendre certains aspects du cours précédent , de s’occuper de ses élèves.

Au collège, l’heure de français est d’une heure et en lycée de1 h et de  2 heures. Quand on a 2 heures, on fait une « récréation », une pause de 5 minutes ou un peu plus .  L’heure est calculée en général de 55 minutes selon les niveaux de classe  : ayez donc toujours à l’esprit le schéma suivant avec votre temps réel de cours qui se réduit à 45 minutes ou moins . Vous êtes libre. Il y aura quelques moments de vie de classe ou d’observations sur la classe.  Il faut toujours s’en tenir au cours  et avoir cependant un petit temps de vie de classe mais que l’on sait limiter et gérer à force de pratique. Un cours d1 heure ne se gère donc pas de la même façon précise qu’un cours de 2 heures ou de plus . 

L’accueil  : Vous regardez l’ensemble des élèves qui sont entrés ou qui entrent, vous leur dites parfois d’aller plus vite.  On balaie du regard agréablement au milieu puis de gauche à droite  et de façon détendue les uns et les autres en insistant sur certains , soyez humains.  On dit:   Bonjour soit en  plusieurs fois, selon les groupes d’arrivants,  soit on attend la fin de leur installation pour dire bonjour à l’ensemble de la classe. Ils restent debout et c’est vous qui leur dites de s’asseoir. Ils s’installent , on peut commencer par le côté pratique du cours.  Vous dites  les pages des textes et vous rappelez les cahiers dont on a besoin : il faut être précis .  On peut détendre un peu l’entrée avec une phrase de la Vie (notre vie ou vie de l’école ou par un  événement culturel)   et avoir des phrases sur un événement dans l’école .  Il  faut signaler toujours un événement important dans l’école : ne pas se taire et savoir commencer le cours  après avoir apaisé les esprits. Il faut faire cours sauf exception ne serait-ce que pour se détourner de  tristes pensées . On doit se mettre au travail et continuer de travailler et se tourner vers une activité très précise. Faire taire les élèves qui bavarderaient encore  et faire comprendre que des propos – quels qu’ils soient – doivent s’arrêter et ne sont plus fructueux mais nocifs à un moment en groupe.   Alors, on rappelle le cours passé  que l’on va développer.

Votre Introduction est importante : ne la bâclez pas, vous l’aurez bien formulée, bien préparée, répétée chez vous  : de quoi va-t-on parler? tel texte, page précise, vous rappelez le passage et où on en était la fois dernière.  Vous continuez le cours prévu en rappelant des événements, de l’histoire, des noms de personnage. Vous aurez appris par coeur votre introduction.

 Vous évitez les débuts de bavardages,  vous rappelez à l’ordre ou interrogez un qui pourrait répondre bien et fort  car vous avez besoin que les autres élèves entendent la réponse sinon vous répéterez la réponse de l’élève en écho.   On débutera le cours car attention à ne pas faire attendre trop. Evitez les temps morts.  Tout est dans le dosage de la parole et du silence. On parle alors  posément dans le silence de la classe. On apprend à s’écouter et à écouter le professeur.

Pour le cours d’1 heure

Explication d’un nouveau texte (préparé chez eux) qui se fait oralement pendant  une grande partie du texte. Ils seront contents de ne pas écrire mais il faut qu’ils apprennent à fixer leur attention et à réfléchir ensemble.

5 à 10 minutes : Introduction pendant que les élèves fixent leur attention,  prennent le temps de sortir le classeur, de l’ouvrir à la séquence sans écrire pendant qu’on écoute.  Ils y ont mis leurs réponses qu’ils pourront dire .  Ils ont ouvert la page du jour. L’installation doit se faire le plus systématiquement possible (on aura mis 3 ou 4 séances à expliquer comment on s’installe à votre cours)  pour que vous soyez tranquille pour commencer.  

20 minutes à  plus d’explication de texte : Bonne lecture 5 à 10 minutes puis explication que vous faites vous dans les débuts  d’année.   Vous suivez la méthodologie que vous connaissez. Plus tard des élèves participent .

10 minutes pour donner ses  hypothèses de lecture dans le calme : Vous ferez participer les élèves ayant répondu à des questions préparées et dictées par vous. Vous avez toujours  dans votre cahier pédagogique des numéros d’exercices d’avance avec des questions  à faire au cours ou à donner pour le cours suivant . Vous les écouterez bien. On apprend à s’écouter et à rectifier en argumentant. Certains peuvent prendre quelques notes, des mots… mais pas plus. Ca les occupe. Ils peuvent dessiner en vous écoutant, n’en prenez pas ombrage…

5 minutes : vous donnez le travail : « sortez vos agendas de textes : être très précis pour le jour, le cours suivant. Ainsi votre cours  suivant sera préparé. 

Leurs supports écrits :

Après la lecture et les explications orales , ils ont toujours une feuille considérée de brouillon  sortie du  classeur pour écrire des mots ou rédiger une réponse écrite et replacée après . Ils ont aussi leur feuille de cours propre où ils vont corriger leur travail. 

Ils pourront recopier les réponses au début  sinon il faut qu’ils aient après l’étude un schéma corrigé et précis. Vous leur dicterez : c’est plus simple. Après, ils rédigeront eux. 

Ils corrigeront surtout chez eux  leurs cours :  travail régulier à faire noter dans l’agenda de texte ainsi que le classement de  leurs cours de français. Ils reliront pour les fautes d’orthographe à corriger, pour la clarté des phrases de l’explication. Il faut qu’ils soient capables d’écouter complètement les interprétations du texte. On n’écrit pas en même temps qu’on lit et qu’on explique mais plus tard quand on a muri l’idée . Ne pas disperser l’élève .

Vous leur dicterez des types de phrases comme vous-mêmes préparez des phrases pour lancer leur pensée.     Je vous les donne entre guillemets.

« Nous en étions à tel moment du texte de J.J. Rousseau dans « l’Emile » ou de l’Education : article sur Rousseau pour une étude de texte  ou du début de la description des pensées de Madame Bovary dans le livre de Flaubert  ou du cadre de l’intérieur des Bovary ou d’aspects  de la vie terne de son mari, médecin de petite ville de province normande et de ses rêveries,elle qui s’ennuie tant . 

Je vous cite ce roman car jeudi 10 Septembre 2015  au Festival américain de Deauville une autre version du film a été présentée dirigée par Sophie Barthes née en France (diplômée de l’université Columbia) avec l’actrice Mia Wasikowska  et Charles :  Henry Lloyd Hughes  au CID (centre international de Deauville) .

La version précédente de Madame Bovary était avec Isabelle Huppert dans le rôle d’Emma. 

Il y a donc eu plusieurs versions cinématographiques d’un même roman. Leur faire faire la recherche les passionnera. C’est une idée  pour rendre vivant votre cours.

En une heure vous faites plutôt un cours « théorique » de stylistique  : relevé des champs lexicaux, plan à montrer et à dicter aux élèves en donnant les lignes et à leur faire revoir à la maison , versification au cas,  figures de style où vous pouvez un peu questionner les élèves sur le texte et où vous essayez de raconter et de capter leur attention par des savoirs qu’ils écoutent. Vous pourrez leur faire un peu d’histoire littéraire avec les dates importantes après votre oral (dates que vous avez notées sur votre schéma de cours) .  Relire mes astuces et écrivez des mots-clés :  premier cours, rentrée, histoire littéraire, figures de style. 

Relire le  B.O. de 2010 à lire. 

Rectifiez leurs phrases. Au cas, vous posez une question prévue : notez d’avance pour vos cours un certain nombre de questions sur le texte.

La pédagogie c’est l’art de la répétition sous diverses formes,  c’est l’art de donner des savoirs, de permettre l’interprétation du texte, sur le plan de la stylistique,  de la chronologie, de l’Histoire.

Ils apprendront à trouver des réponses sur de bons sites  internet, en sorte qu’ils soient curieux de la vie d’un personnage, d’un auteur, de sa vie, de l’histoire dans laquelle il a vécu pour arriver à l’appréciation du texte, du style, de l’explication de texte de façon technique et éviter de la rendre  fastidieuse. 

Attention au ton de voix et au leur aussi. Qu’ils prononcent bien, n’aillent pas trop vite en avalant leurs mots ou trop lentement en les cherchant trop. Exercez-vous beaucoup chez vous et faites-les s’exercer. 

Pour le cours de 2 heures

Minutez votre déroulé de cours à partir du premier cours . Vous leur donnez une pause à l’heure

Ne laissez pas assis 2 heures  vos élèves : permettez leur de se lever dans le calme   à la pause d’une heure ou avant pour quelques uns .  Veillez à ce qu’ils se tiennent droits sur leur chaise!  qu’ils puissent se lever un peu : on peut prendre un livre, un dictionnaire. Mais pensez à tout cela si certains le désirent.  Parlez-en au professeur de gymnastique! Pensez que le corps est un obstacle à l’attention. Ils sont jeunes et ont besoin de bouger… Les chahuts viennent souvent d’un besoin de mouvement. Rappelez-vous , Vous jeunes!

Vous comptez 5 minutes d’installation dans le calme de plus en plus.

  •  30 minutes d’exercices écrits personnels même s’ils travaillent en groupe
  •  8 à 10 minutes de correction sur son brouillon
  •  5 minutes  pour faire écrire le travail chez soi.

L’attention d’un élève ne va pas au- delà de 20 minutes! Certains seront attentifs alors que d’autres non. Il faut en être conscients.

S’il  manque des textes,  s’arranger pour qu’ils suivent avec quelqu’un et notez le nom de l’élève pour qu’il n’oublie plus son livre. Vous notez le comportement des élèves.

C’est pourquoi de faire la classe en changeant la vision de la classe par rapport au professeur est une bonne idée  en permettant que les élèves se voient  en cercle ou en rapprochant des bureaux  qu’ils se voient face à face  et  travaillent en groupe mais pas en U  . Le professeur passera au milieu d’eux se penchant un peu vers eux ou prenant un siège éventuellement pour être au même niveau. Il faudra  aménager la classe et faire replacer les meubles à la fin dans le calme. C’est  peut être la solution pour motiver une classe mais pas tout le temps. Gardez aussi la disposition en rangées de la classe et vous retournez une table pour qu’on travaille par 3 , pas plus . 

Cette 2 ème heure va vous permettre d’élargir vos savoirs-faire pédagogiques . Vous passez au milieu des élèves et vous observez.

Des façons de faire :

  • faire dicter parfois au début une réponse pour les aider. Puis qu’ils rédigent leur réponse en relisant une deuxième fois un passage à expliquer. Donnez-leur des types de phrases, des débuts de phrases. Lancez-leur l’idée comme je dis.  Appréciez le temps que vous devez leur laisser. 
  • dicter votre réponse ou des aspects de réflexions, émettre des hypothèses de lectures par eux ou par  vous-mêmes en correction s’ils n’y arrivent pas tout de suite .  
  •  revoir l’article   vos outils de travail.

Vous gardez toujours toujours votre fil directeur par rapport à votre séquence qui se déroulera sur 6 ou 7 séances. Vous donnez des références.

N’oubliez pas : faites penser, réfléchir, faites écrire, corriger sa pensée, voir si elle correspond à ce qu’on a dit : vérifier toujours la justesse de la pensée. 

 5 à 10 minutes   de remise au net par écrit des réflexions, des points importants de l’explication par les élèves .

Le travail oral durera 10 minutes en petit groupe.

Faites faire des bonnes lectures dans chaque groupe  d’un texte ayant un lien avec votre séquence.  Insistez sur la force de la voix, comme pour vous,  sur la bonne prononciation (faire répéter)  sur la bonne vitesse (ni trop vite, ni trop lente).  On minutera la lecture à voix basse  puis on lira à voix haute. Beaucoup passeront.

Vous avez  bien fait le schéma de votre explication ou de votre analyse de texte .  Par moment, accepter leur interprétation , bien écouter et réorienter l’élève qui s’égare . Le refaire formuler sa pensée si elle n’est pas assez précise. Vous le faites de manière à ne jamais humilier l’élève.

Il est difficile de rédiger en seconde. On sort des exercices de rédaction de la 3ème .

Il faut donc faire des exercices en classe ou en soutien pour certains que vous aurez repérés en relevant ces types d’exercices sans les noter  : faire des préparations de plan pour l’oral, faire écrire une introduction, un paragraphe de développement, une conclusion.

 Ils pourront travailler soit avec leur voisin soit avec un autre élève de leur choix et se déplacer et prendre la place d’un autre.

 Vous vous arrangez pour mettre les tables face à face afin d’ aménager pour une pédagogie active par 2. Cependant chacun écrira son texte ou aidera à corriger l’autre. Ils apprendront à confronter leurs idées , à rédiger ensemble et à se corriger  pour la correction de la  phrase, de la syntaxe, de l’orthographe grammaticale : les  verbes, la personne, le singulier, le pluriel, le temps, le participe passé, l’infinitif .

Vous ferez faire des fiches précises sur l’orthographe et les fautes grammaticales .

Alors que l’élève écrit 10 minutes il doit se corriger pendant 5 minutes  et il corrigera en même temps  toutes les 5 à 10 lignes ses fautes d’orthographe courantes . Certes il ne faut  pas entraver la pensée par l’orthographe mais  il est vraiment indispensable de rectifier les erreurs grammaticales et orthographiques au fur et à mesure de l’écriture pour que la correction devienne un automatisme .  Chacun rend une feuille ou écrit sur sa feuille avec son nom si vous,  professeur en relevez quelques unes. 

5 minutes  avant la fin du cours : on donne le travail qui est un travail personnel . Chez soi, l’élève  corrigera sa feuille  d’ explication de texte faite en groupe, il  reconstruira sa réponse, il résumera le travail fait et  montrera le rôle qu’il  a joué dans le groupe.Il fera éventuellement encore un travail court de rédaction sur une idée ou un début de sujet. 

Vous serez amené à revoir la gestion du temps régulièrement puis à revoir le déroulement du premier cours et vos outils de travail.  

Vous pourrez nous fournir par Facebook du site ou dans le commentaire les  temps de cours que vous appréciez.

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+