Des réponses à des attitudes d’élèves dans votre classe .

Réponses possible à des attitudes d’élèves qui rendent votre métier difficile. 

Je répondrais au fur et à mesure à des questions que l’on m’a posées ces derniers temps.

Que faire quand un élève ricane lors d’une explication à un cours ?

Sur l’ambiance d’une classe : comment gérer une situation ?

Vous devez vous rappeler comment vous étiez en classe et analyser aussi l’énorme changement de la société dans laquelle vivent vos  élèves par rapport à votre génération. Et cependant ces réactions sont quand même les mêmes. Adaptez-vous à ces nouveaux comportements…et réfléchissez à votre manière de réagir et à votre façon de faire face à une situation sans que cela ne devienne sans cesse  un drame personnel.

Prenez alors de la distance, de la hauteur.  Ne relevez pas forcément l’attitude d’un élève et vous poursuivez votre cours de façon plus intéressante.  Ne vous enfoncez pas dans une habitude parfois pernicieuse de faire de la morale pure … Soyez  » intelligent  » et « diplomate » . Sachez évoluer mais en étant très conscient que vous avez fort à faire pour solutionner des problèmes psychopédagogiques.  D’être professeur suppose vraiment de passer par des étapes initiatiques . Vous aurez à  faire l’ étude de votre propre caractère et à savoir si vous pouvez maîtriser la situation  . Il faut être stoïque dès que l’on éduque, dirige ou gouverne! Ce préalable étant établi : voici des solutions. 

La classe est un lieu de vie en groupe, social et d’apprentissage des rapports de  l’individu avec un groupe dont il doit faire partie et  auquel il doit s’intégrer. 

Certes, vos lycéens sont là pour s’améliorer dans leur expression du français  si vous êtes professeur de lettres  de jeunes de  16 à 19 ans et vous devez les amener à l’obtention du bac de français . Ce sont des jeunes adolescents adultes. Ils ont une vie souvent autonome très jeunes . Qu’ils sentent que vous ne portez pas de jugement ( social ) sur eux. Vous devez vous occuper d’abord d’eux, de leur intelligence. Soyez discrets sur leur vie ou leur famille entre collègues.  Ayez des réactions sobres. Eviter les colères, les répétitions avec une voix fatigante pour les élèves. 

 La voix, son débit sont des éléments très importants  : elle ne doit pas être  trop rapide, ni trop lente, ni trop basse, ni trop forte . Il faut savoir manier le mot juste. Etre rigoureux sans être conventionnel : le mot conventionnel étant à estimer par chacune d’entre vous. Il faut parfois lâcher des principes que l’on croyait stables pour en emprunter d’autres et s’adapter alors mieux à son auditoire. L’analyse de celui-ci doit se faire de plus en plus vite au fil des années, la psychologie , les attentes  de ceux qui vous écoutent doivent être le fondement de vos cours.

Le ricanement est donc une attitude de l’élève qui cherche à déstabiliser le professeur ou celui qui a l’autorité  : soit de façon inconsciente mais qui perdure, soit de façon consciente : c’est devenu un moyen de pression. Sachez dans quel cas se trouve l’élève ? Le ricanement peut exprimer le manque systématique de respect de l’élève pour le professeur juste pour montrer sa supériorité ou son indifférence complète  par rapport au professeur qui parle et le tester… il faut alors savoir répondre et s’exprimer,  prendre à part, discrètement l’élève en dehors des autres . Il lui faudra  du temps pour s’améliorer car ce trait se sera installé durablement dans sa jeunesse…. La personne qui le subit est comme  » déboussolée »… oui, c’est le mot. Elle doit donc s’orienter, changer de cap, ne pas utiliser la ligne droite. Il faudra lui indiquer que son attitude vous gêne. je dois reconnaître que tu me gênes et que tu gênes la classe … s’il répond … vous écoutez, intéressez-vous à lui – sans plus – et s’il ne répond pas, il vous aura écouté sans plus … vous lui direz :  » je veux bien que tu ne discutes pas ainsi et nous reprenons le cours à tel moment . Nous en sommes ligne  « tant »  et vous répétez ce que vous disiez  » quand il ou elle vous a gêné. Vous le faites passer du « je « à « nous » car cet individu « dérange » le groupe. 

Sachez que les élèves de cet âge ont  des réactions nerveuses dues à leur jeunesse : des rires nerveux, des fous rires, ils jugent l’adulte et veulent s’affirmer mais pas de la façon que vous souhaiteriez  .  Vous devez faire avec et accepter et on reprend son sérieux c’est tout. Ca arrive ..  C’est humain. Tout dépend de l’heure de votre cours où fatalement ils se détendent plus qu’en mathématiques  ! Ils doivent apprendre à se contrôler grâce à vous. 

Ne soyez pas vexé ou vexée ! Mais soyez attentif à votre comportement ! Dites-vous ce qui ne va pas de votre côté  concernant vos  gestes, votre coiffure, … vos paroles, vos défenses répétitives … Si vous punissez, il faut qu’il y ait un acte de réparation précis.

Ne laissez jamais sans effet une punition. On promet beaucoup trop de punitions . Pensez aussi à cet aspect en tant que parent. A vous d’être efficace et de prévoir des punitions en travail efficace, pas en quantité mais vraiment à faire et à donner tout de suite . Vous vérifierez . L’élève ne recommencera pas.

Il faut que vous donniez à l’élève la notion du Bien et du Mal soutenant toute la base de toute éducation de l’individu. Il faut que le jeune ait un adulte avec  du répondant et  surtout pas laxiste. Le jeune doit se forger le caractère et être civique . Vous devez participer à cet aspect éducatif. 

 Qu’il travaille sur ce trait éprouvant et qui le fait apparaître comme « stupide » et complètement « idiot » aux yeux des autres car le ricaneur n’est pas un dominant .  Faites lui prendre conscience de la façon dont il apparait , lui , en ricanant sans cesse. Quelle image il donne de lui ? faites-le réfléchir. Vous  ferez cela pour d’autres traits de caractère d’élèves gênant le cours. 

 Donc voici les deux solutions proposées dans bien des cas :  trouvez une nouvelle place à l’élève perturbateur  et  reprenez  le  cours  . N’en faites pas trop, il ne le mérite pas . Ne prenez pas cela au tragique . Il existe des moments de vie normale. Ne soyez pas trop rigide. Et vous dites bien :  » Maintenant  » (ce maintenant doit être dit fermement)  on reprend le cours à tel endroit.  Parlez avec calme pour votre propre équilibre. 

Reportez-vous  l’article sur  : vos outils de travail  . 

 Si beaucoup d ‘élèves ricanent ou rient,  à ce moment-là,  la cause vient de vous ou de quelque chose qui se passe à tel moment. Demandez ce qui se passe . Vous serez surpris… .  Vous aurez la réponse . Prenez-la de façon légère.  

Evitez surtout de recréer la même situation   : Ne provoquez pas les mêmes conditions de trouble, d’excitation d’une classe. Ne répétez pas des expressions, des ordres. Abandonnez.

 Trop répéter nuit de façon absolue. Vous le constaterez en vieillissant. Il faut ne plus relever mais prendre note. Le ricaneur n’est pas forcément bien dans sa peau et il a un pouvoir d’entraînement remarquable à vos dépens . Vous pouvez  le vivre mal. Ce trait de caractère est quand même lié à un âge où on se cherche… .  Attention donc à cet envahissement de la classe par un élève .

Le portrait du  ricaneur ferait un excellent sujet sur un trait de caractère comme le faisait La Bruyère ou Molière au 17 ème siècle. Vous pourrez en faire un sujet d’invention…et le traiterez de la sorte. Pas forcément avec une classe où il y en a un .

Pensez toujours que vos élèves ont leur vie … on l’oublie trop . Mais vous n’avez pas à vous immiscer dans celle-ci. Ne prononcez pas des phrases tout haut dans la classe que vous regretteriez. Vous devez faire cours et vous le dites.  Vous offrez des temps de décompression à des moments du  cours.  Par contre si vous voyez qu’une activité se passe bien, surtout continuez-la  et respectez leur travail! et ne commencez  pas autre chose. Continuez ce qui leur plait. Faites une lecture pour meubler la fin du cours ou ce que vous attendez d’eux au prochain cours en discutant un peu. 

Je vous ai parlé d’utiliser le jeu de rôle. Cette technique vous permet de mieux apprécier vos réactions.Je vous propose de lire l’excellent livre de pédagogie indispensable pour bien comprendre vos classes ou d’autres lieux d’apprentissage sur :

l’Acte d’apprendre par Bernadette Aumont et Pierre Marie Mesnier  aux éditions de  L’Harmattan .

Vous reproduirez le jeu de rôle chez vous avec un professeur  d’une situation possible de ricanement d’un élève. Vous jouez l’élève , vous voyez le comportement du professeur… vous en tirerez vous-même la conclusion… 

Le jeu de rôle peut vous permettre de connaître  le miroir que vous renvoyez aux autres. Il faut en réaliser un peu… pas trop mais quand même et de façon ponctuelle. Vous évoluerez ainsi de façon positive. 

Que la situation s’arrête, qu’elle ne devienne pas obsessionnelle . L’élève doit se plier à des règles de politesse de base et se contrôler . N ‘aggravez pas le problème en le rappelant . Parlez d’autre chose…Passez à autre chose.

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Laisser un commentaire