Le poids des mots chez Beaumarchais : Le Barbier de Séville, Le Mariage de Figaro

Attention à vos paroles, aux poids des mots … Avec deux  tirades de Beaumarchais, vous savez tout du monde et de la Société du 18 ème siècle …et de la nôtre 3 siècles après.  Apprenez- les : elles font de l’effet ! Vous retrouverez malheureusement  les mêmes situations de détournement de la vérité à des fins honteuses avec les rumeurs et les scandales de notre société du 21 ème siècle. La presse dite à scandale les utilise sans cesse.  Sachez vous méfier des rumeurs, ne les croyez pas  et arrêtons de les utiliser. Elles sont lamentables le plus souvent et aboutissent à des drames personnels.  

Je ne peux m’empêcher de vous rappeler les 2 extraits  les plus importants encore de notre pensée française avec Beaumarchais (1732-1799) que ce soit dans le Barbier de Séville ou dans le Mariage de Figaro. Ses mots sont percutants à travers ses personnages. Pas étonnant qu’il ait fait de la prison!  Il nous faut donc mesurer nos paroles… nous aussi. N’écoutons pas non plus ces « vérités ».

 Apprenons à bien vous informer et ne soyons pas séduits par les pensées détournées de leur véritable but . La Presse ne semblerait-elle qu’être capable que de nuire? Sachons repérer la Presse qui dit les mots vrais. Faites reconnaître à vos élèves une presse objective ou la plus impartiale possible.  Apprenons à nos élèves à s’informer et à comprendre quel est le but d’une certaine presse . Montrez comment ils peuvent choisir leur mode d’être informés. Attention à la désinformation ou à la surinformation.  Qu’ils soient conscients qu’ils risquent d’être manipulés tant avec la presse écrite qu’avec les autres médias oraux.

 Voici la fameuse réplique sur « la calomnie »  suivie de celle concernant la liberté de la Presse.

La calomnie

Bazile, organiste, maître à chanter de Rosine dans le Barbier de Séville, acte 2 sc.8

 » La calomnie, monsieur! Vous ne savez guère ce que vous dédaignez ; j’ai vu les plus honnêtes gens près d’en être accablés. Croyez qu’il n’y a pas de plate méchanceté, pas d’horreurs, pas de conte absurde, qu’on ne fasse adopter aux oisifs d’une grande ville en s’y prenant bien : et nous avons ici des gens d’une adresse!… D’abord un bruit léger, rasant le sol comme hirondelle avant l’orage, pianissimo, murmure et file, et sème en courant le trait empoisonné. Telle bouche le recueille, et piano, piano, vous le glissez en l’oreille adroitement. Le mal est fait ; il germe, il rampe, il chemine, et rinforzando de bouche en bouche. Il va le diable ; puis tout à coup, ne sais comment, vous voyez calomnie se dresser, siffler, s’enfler, grandir à vue d’oeil. Elle s’élance, étend son vol, tourbillonne, enveloppe, arrache, entraîne, éclate et tonne, et devient, grâce au ciel , un cri général, un crescendo public, un chorus universel de haine et de proscription. Qui diable y résisterait? « 

Le monologue de Figaro dans Le Mariage de Figaro Acte 5, sc . 3

Là dans cet extrait fameux, la vision de la femme a beaucoup changé mais il faut la connaître. Vous pourrez la discuter! Il la fige dans la tromperie car la femme n’avait pas d’autre ressource que de se défendre en « trompant » l’homme qui la dominait et où celle-ci  avait bien peu de place. Il existe des sociétés encore de la sorte. Attention à ne pas retourner dans des schémas où la femme n’a pas sa place. Il faut créer maintenant un équilibre homme femme dans leurs rapports amoureux et dans leur place dans la société  comme de tout temps le théâtre l’a fait de façon idéale. Nous avons avancé mais il y a encore du chemin à faire selon les états de sociétés. Avec Beaumarchais les sujets essentiels sur la vie de l’Homme et de la femme sont toujours objets de réflexions.

Beaumarchais est vraiment une référence lui qui a pu être si censuré : après la calomnie, il y a ce qu’il dit sur la femme.

Figaro rappelle sa vie dans ce fameux monologue commençant par 3 fois le mot femme :

« O femme! femme! femme! créature faible et décevante! … nul animal crée ne peut manquer à son instinct : le tien est-il donc de tromper? »

puis Figaro rappelle les places qu’il a faites, les moments où il était sans emploi – nous sommes incroyablement dans de mêmes  périodes où des hommes et des femmes sont sans emploi au 21 ème siècle.  Figaro va donc se mettre à écrire ayant le Temps.

  Or, il n’a pas le droit d’écrire sur des sujets dits « épineux ». Dans la presse, pouvons-nous tout dire? – Non. Il y a des lois. Il y a plus ou moins de censure selon les pays. En France on le sait il y a la liberté de la Presse que nous envient les autres pays car Il y a aussi des lois qui protègent l’individu. D’outrepasser ce droit entraîne des peines juridiques. On ne peut pas « tout » dire. Sachons le poids des mots.

 Autant de sujets auxquels bien réfléchir à notre époque où une certaine presse falsifie les mots pour « vendre ».  Beaumarchais sait de quoi il  parle quand il parle de la liberté de la Presse. Vous pourrez traiter de ce sujet avec vos élèves et réfléchir avec eux. Cette Liberté de la Presse est essentielle et en même temps c’est à chacun de savoir comment elle peut perturber des individus qui ne recherchaient pas le scandale. Cette Liberté de la Presse est à remettre sans cesse en question. Un de vos cours peut avoir pour objet d’étude : la Presse dans la Littérature. C’est un sujet sans fin… Qu’ils lisent divers titres de journaux pour être des citoyens avertis, qu’ils écoutent les radios et choisissent leurs moyens d’être bien informés, tout réside dans le support journalistique que l’on choisit.

Voici la fameuse phrase qui est depuis  longtemps en en-tête du quotidien Le Figaro  ( très beau titre reprenant le nom du personnage Figaro de Beaumarchais ).

« je lui dirais…que les sottises imprimées n’ont d’importance qu’aux lieux où l’on en gêne le cours ; que, sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur; et qu’il n’y a que les petits hommes qui redoutent les petits écrits ». 

il poursuit :

« …on me dit que, pendant ma retraite économique, il s’est établi dans Madrid un système de liberté sur la vente des productions, qui s’étend même à celles de la presse ; et que, pourvu que je ne parle en mes écrits ni de l’autorité, ni du culte, ni de la politique, ni de la morale, ni des gens en place, ni des corps en crédit, ni de l’Opéra, ni des autres spectacles, ni de personne qui tienne à quelque chose, je puis tout imprimer librement, sous l’inspection de deux ou trois censeurs. Pour profiter de cette douce liberté, j’annonce un écrit périodique, et, croyant n’aller sur les brisées d’aucun autre, je le nomme Journal inutile  » . 

 

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

La notation : le barème ( version 1)

 Voici les étapes de la notation des copies avec le barème uniquement.

Vous lirez dans « Astuces Utiles » l’article  sur

 le temps de la correction rédigée de façon  plus approfondie.

Vous aurez compris qu‘il faut donner une notation juste et justifiée et que vous devez considérer le travail de correcteur de façon très rigoureuse et pas à la va-vite. Vous laisserez au crayon la note jusqu’à la relecture finale de certaines copies.

Le relevé des notes doit être préparé en pensant au Conseil de Classe.

Vous émettez des jugements de valeur sur les élèves précisément. 

Faites le relevé des notes sur votre ordinateur.

Faites vos moyennes de classe sur un logiciel Excel .

 

Le barème de notation sur 20 en première que je vous propose peut vous aider en attendant d’avoir crée votre système de notation. Il  s’applique  spécifiquement   à   des copies de devoir de français de lycéens de seconde et  de première cycle long .  Vous pouvez l’adapter à d’autres sections et à d’autres niveaux en concertation.

 En seconde, on sera plus indulgent et on fera des exercices progressifs et partiels évalués comme tels. Puis les devoirs définitifs entreront dans la moyenne et seront notés comme on pourra vous le demander.

Vous déciderez si chaque partie du devoir vaut plus que la moyenne ou moins puis vous additionnez les 3 notes et la notez au crayon. Voyez l’article entier pour plus de compréhension.

Sur 4 : l’introduction

Sur 12 : le développement   sur 6 pour 2 parties, sur 4 pour 3 parties

Sur 4 : la conclusion 

A l’examen du bac de français des consignes seront données au correcteur .

Les copies sont anonymes, le nom du candidat et les informations  étant repliés .

 

Pour être un bon correcteur il faut avoir une certaine culture

le site : www.babelio.com contient des titres et des résumés  de  livres contemporains du 20ème et 21 ème siècle ainsi que des classiques qui peuvent vous aider lors vos corrections. 

Vous pouvez cliquer sur mon lien coup de coeur alalettre.com  sur mon site astucesdeprof.com

Vous pouvez tirer parti des sujets pour mettre de côté des titres de livres lus par les élèves qu’ils citent! Ainsi vous augmentez vos connaissances. Je vous dis que la progression d’un professeur vient souvent de l’échange de connaissances entre lui  et ses élèves ou leurs parents à qui ils parlent pour faire un devoir ! . C’est un bon moyen de communiquer entre nous tous et vous établissez et complétez  alors des lexiques avec les titres d’oeuvres et les noms des auteurs et leurs siècles.

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Des idées de regroupements de textes pour vos objets d’étude

books-927394_1280Je vais procéder d’une nouvelle façon. Je vous remercie de mettre pour commentaire les suites ou les compléments à mon article. Vous ajouterez des textes à chaque objet d’étude, c’est ainsi que vous créez  vos séquences avec des annales du bac et d’autres sujets qui vous plaisent (sur les sites des académies par exemple).

À chaque nouvelle année de cours, on complète ou l’on enlève des textes de sa liste ! Au cours de l’année si des regroupements d’oeuvres vous intéressent et peuvent intéresser vos classes, prenez des notes, parlez en à d’autres professeurs et vous confronterez vos objets d’étude pour une autre année. Vous gardez naturellement les sujets de bac d’années antérieures, pas forcément de l’année passée mais des 3 à 5 années antérieures. C’est une astuce à moi et à d’autres. Le corrigé du bac de l’an d’avant, parlez en un peu en résumant mais ne travaillez pas dessus. Travaillez sur vos objets d’études que vous avez crées. Vous vous cultiverez à certains moments et vous écrirez sur votre cahier de création de sujets, ou d’objets d’étude avec des références précises pour les éditions des livres. Ce travail peut se faire sur cahier ou sur votre ordinateur au fil des jours. Ainsi vous accumulerez des documents pour d’autres moments de votre travail de professeur et vous ferez des dossiers avec sujets d’avance dans lesquels vous pouvez puiser. Au bout de 3 années scolaires vous serez bien au point mais posez vos questions à vos tuteurs ou à vos professeurs référants. 

Vous répondez par le commentaire ou par mail et je me permets de refaire une partie d’article astuce avec vos réponses par écrit. Vous suivez les thèmes de votre livre de littérature. Travaillez en suivant le sommaire les textes présents. Ce sera plus pratique pour vos cours au lieu de faire des photocopies qu’il faut limiter. Servez-vous de livres ayant une version numérique. Les grands éditeurs comme Bordas en ont créés… le numérique n’empêche nullement de lire également dans les livres ! Il peut vous être d’une grande aide dans votre pédagogie mais continuez toujours votre pédagogie  bien personnelle.  Vous pourrez ensuite nous dire comment vous les utilisez. 

N’hésitez pas à partager vos solutions, ce sera un article que nous ferons ensemble… collaboratif et évolutif !

De grands thèmes seront les vôtres : vous pourrez faire des rapprochements entre les textes et  vous leur donnerez un titre. Je vous conseille de faire étudier à vos lycéens 5 à 7 passages de chaque œuvre que vous choisirez  et qui seront sur la liste de l’oral du bac en 1ère. En seconde vous les préparez tant à l’écrit qu’à l’oral pour avoir de bonnes bases.  Vous faites alors une sorte de création personnelle qui permet de donner une ligne directrice à votre cours et à vos méthodes d’apprentissage de l’écrit. Le travail de choix de textes peut se faire avec un collègue pour une classe de même niveau .

Ce travail sera surement utile pour votre deuxième trimestre puisque le premier est certainement en route et déjà entamé de moitié ! Dans les débuts de carrière vous vous donnez un objectif annuel mais vous travaillez votre progression sur 1 mois et demi, agenda et crayon en main afin de prévoir vos cours et ne pas les faire la veille.   À la Toussaint vous pouvez orienter ou préciser votre objet d’étude. Les extraits que vous choisirez seront de 20 lignes ou de 20 vers. Vous en trouverez quelques uns écrits en noir  dans mon site astucesdeprof.com On peut les rechercher à leur auteur ou au titre de l’article : les textes de l’été :  « Des textes à lire ou à apprendre ». 

  • L’Amour à travers des extraits de textes (de 3 siècles différents) : le coup de foudre . La Princesse de Clèves (Mme de Lafayette). 
  • l’expression de l’amour : des textes sur l’amour :  Ronsard, Stendhal ( théorie de la cristallisation), les poètes : Baudelaire, Lamartine. 
  • L’Éducation : Rabelais, Montaigne, Rousseau : L’Emile ou de l’Education, ou des extraits de la Nouvelle Héloïse : roman par lettres ravissants à lire où St preux est précepteur de la jeune fille.  Et pourquoi pas un écrivain du 20 ème : Françoise Dolto :  un texte sur les théories de l’éducation .
  • L’Éducation des Filles : Molière ( extrait de scène dans l’école des femmes, dans les femmes savantes, dans les Précieuses Ridicules,  Fénelon (évêque) : traité sur l’Éducation des filles. 
  • L’amour romantique : Lamartine : le Lac,  Hugo : Tristesse d’Olympio 
  • L’amour courtois. 
  • La ville utopique voir des textes sur ce sujet et le roman de  Jules Verne : les 500 miliions de la Begum.
  • Les guerres. Voltaire dans Candide. 
  • De la façon de faire la Paix. (Voltaire)  et des textes de réflexions. 
  • « J’accuse de Zola et l’affaire Dreyfus: l’écriture politique. La défense de la société  par les écrivains avec Germinal de Zola. 
  • L’expression du sentiment de la nature : Les saisons et les mois en poésie : Mai, Décembre Ronsard ,  Musset : Les Nuits de mai, d’octobre, de décembre , Aragon et le mois de mai aussi dans la Diane française. 
  • Le mythe de Don Juan .
  • L’hypocrisie et Tartuffe : des portraits avec les Caractères de La Bruyère et Mme de Sévigné: les Lettres
  • La solitude et Alceste dans  le Misanthrope :  la haine des hommes et de la société. des extraits de la pièce. 
  • Les coquettes dans le théâtre :  Célimène dans le Misanthrope,  Marivaux, Feydau, Labiche,  
  •  La comédie : le reflet d’une société. Les ressorts du comique. Molière, Marivaux,  Feydeau, Labiche. 
  • Le drame : le scandale d’Hernani opposé au théâtre classique  : Hugo avec Hernani  et une tragédie de Racine. 
  • Comparaison entre 2 héros l’un de V. Hugo  : Ruy Blas :  » Le ver de terre amoureux d’une étoile » et  l’autre  de Musset : Lorenzaccio. 
  • le théâtre dans le théâtre : Corneille : l’illusion comique avec d’autres auteurs à nous signaler. 
  • La poésie expression de la  Nature : avec un poème quand je suis vingt ou trente mois sans retourner en Vendômois de Ronsard , Le lac de Lamartine.Vous rajoutez des textes.
  • La poésie de la  Ville et la Modernité chez Baudelaire : Les Fleurs du Mal  et chez d’autres auteurs du 19 ème ,  20 ème  ou  21 ème siècle qui sont des auteurs urbains. 
  • La Ville dans des romans de Balzac. choisissez un titre. Vous faites alors des rapprochements comme objet d’étude. Le jeune homme de province et sa montée à Paris. Vous pouvez faire étudier les pages d’incipit dans des romans de Zola, de Balzac  et d’autres auteurs de votre choix. 
  • L’arrivisme du héros d’un livre :  chez Maupassant : Bel-Ami ,  Julien Sorel chez Stendhal dans  Le Rouge et le Noir, Rubempré, Rastignac  chez Balzac, Octave Mouret patron du premier  Grand Magasin chez Zola dans le Bonheur des Dames .Vous pouvez alors faire étudier les dernières pages de romans (pas forcément les titres les plus connus)  d’auteurs qui conviendront au programme. (relire le B.O. septembre 2010)
  • Le libertinage : Les liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos et un tableau à expliquer,  à faire décrire  de Fragonard.  (Musée du Luxembourg.) . Il faut savoir raconter, décrire un tableau. 

Je vous propose de continuer à ma suite ou de compléter des regroupements de textes  avec les références précises, en commentaire de cet article-astuce et de proposer de bons titres. Je vous recopierai votre article, vous pourrez le signer ou nommer votre lycée ou votre région. Vous comprenez que les objets d’étude recoupent des sujets actuels, contemporains : la guerre, la violence, le devenir de l’humanité en somme des sujets durs. D’autres peuvent être plus légers concernant l’amour, la poésie, l’utopie. Donc votre métier est passionnant et vous serez à l’affût de tout ce qui intéresse votre classe (analysez leurs attentes, notez sur vos cahiers de cours), lisez les journaux, regardez un peu les programmes TV en littérature et n’hésitez pas à les informer de bonnes émissions, de bons films liés à votre cours  car vous devez toujours rester en lien avec l’information, le quotidien que nous tous vivons élèves et professeurs et en même temps, permettez leur d’accéder à de beaux textes qui les éloignent des préoccupations souvent dures qu’ils peuvent avoir. Le cours de Littérature doit être un moment privilégié de détente intellectuelle aussi et d’efficacité pour que tous ou presque réussissent . Pensez-y. 


Voir aussi…


Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Le marivaudage : le jeu de l’amour et du hasard.

Pour connaître l’objectif de mon site astucesdeprof.com commencez par  lire   » A propos « 

et surtout « Mode d’emploi » (à taper dans  » rechercher sur le site).

De l’Amour et du marivaudage.

Substantif venant de l’auteur Marivaux (1688-1763).

Le marivaudage est un comportement, une manière d’être ou de faire amoureuse, légère. Il consiste à porter un masque en se mettant à une autre place en jouant un rôle, en voulant rendre léger l’acte grave d’aimer. Savoir dire de jolis mots et de jolis compliments permet aussi de marivauder.

Faire sa cour : on  prendra une autre place pour s’assurer que l’on vous aime pour vous et non pas pour ce que vous représentez dans votre classe sociale.

 On prendra alors la place du valet alors qu’on est le maître.

On prendra la place de la domestique alors qu’on est la maîtresse.

Mais si les deux futurs promis se déguisent que peut-il se passer ?

Le double imbroglio va se produire dans la pièce qui suit de Marivaux :  Le jeu de l’amour et du hasard . Il permet un dénouement heureux.

le marivaudage
le marivaudage

Chacun des deux promis Dorante et Silvia veut vérifier s’il correspond bien à l’image idéale d’un mari et d’une femme. N’ont-ils pas un autre visage dans la vie de tous les jours?  On voit que Silvia a vu que  dans  bien des cas réels le mari s’affirmait comme quelqu’un de fort désagréable dans la vie de tous les jours alors qu’en dehors  du foyer il revêtait un caractère des plus charmants. 

Silvia est vraiment consciente des conséquences du mariage à son siècle.  Il lui est égal de rester fille si ce n’est pas pour être avec un homme qu’elle aime qui serait d’un commerce agréable. Tout est donc dans le bon caractère de chacun dans le mariage.

On s’aperçoit que certains ne sont vraiment  pas faits pour le mariage . Certes, il n’y a que  bien peu de cas qui réussissent  et ce n’est pas si stupide que de s’observer avant de se marier car on peut être très malheureux à deux. Alors mieux vaut rester seul célibataire. Déjà à cette époque. Le sujet est éternel que de bien se trouver.

Que recherche Silvia  en un mari ? là son père M. Orgon ainsi que son frère Mario veulent aussi qu’elle soit heureuse   : je trouve  plutôt l ‘idée bonne car on obligeait trop souvent une jeune fille à se marier contre son gré.

Acte 1 sc 1

Sylvia fait un descriptif de plusieurs situations d’hommes mariés.

Le fantasque et voilà l’emporté.

SilviaOui, Tersandre ! il venait l’autre jour de s’emporter contre sa femme ; j’arrive, on m’annonce, je vois un homme qui vient à moi les bras ouverts, d’un air serein, dégagé, vous auriez dit qu’il sortait de la conversation la plus badine ; sa bouche et ses yeux riaient encore ; Le fourbe ! Voilà ce que c’est que les hommes. Qui est-ce qui croit que sa femme est à plaindre avec lui ? je la trouvai toute abattue, le teint plombé, avec des yeux qui venaient de pleurer, je la trouvai comme je serai peut-être , voilà mon portrait à venir ; je vais du moins risquer d’en être une copie. Elle me fit pitié ? Lisette ; si j’allais te faire pitié aussi ; Cela est terrible, qu’en dis-tu ? Songe à ce que c’est qu’un mari.

Lisette.- Un mari ? c’est un mari ; vous ne deviez pas finir par ce mot-là , il me raccommode avec tout le reste.

sur les maris : lire le livre de Françoise Dorin : un mari c’est un mari. 

Voir le livre sur le théâtre de Jean Piat ( mari de la précédente justement  couple aimant et célèbre s’il en est  ! ) intitulé  : « et …vous jouez  encore ?« 

Les pères veulent donc que leurs enfants se connaissent avant de s’engager : très bonne idée moderne. M.Orgon est un père compréhensif ce qui est rare. 

Dorante va revêtir la livrée de domestique et dans le même temps Silvia celle de domestique. Les couples sont respectés mais on ne sait plus leur condition sociale.

Acte 2 sc 7.

Dorante. Quelle espèce de suivante es-tu donc avec ton air de princesse ?

Acte 2 sc 12

Dorante. – Je voulais sous cet habit pénétrer un peu ce que c’était que ta maîtresse avant de l’épouser. Je hais la maîtresse dont je devrais être l’époux et j’aime la suivante qui ne devait trouver en moi qu’un nouveau maître . Que faut-il que je fasse à présent ? Je rougis pour elle de le dire, mais ta maîtresse a si peu de goût qu’elle est éprise de mon valet au point qu’elle l’épouserait si on la laisse faire. Quel parti prendre?

Sylvia ,– à part . – Cachons-lui qui je suis… (Haut) Votre situation est neuve assurément ! Mais, Monsieur, je vous fais d’abord mes excuses de tout ce que mes discours ont pu avoir d’irrégulier dans nos entretiens.

Dorante .  Au point de renoncer à tout engagement, puisqu’il ne m’est pas permis d’unir mon sort au tien ; et dans cet état, la seule douceur que je pouvais goûter, c’était de croire que tu ne me haïssais pas.

SylviaUn cœur qui m’a choisie dans la condition où je suis, est assurément bien digne qu’on l’accepte, et je le payerais volontiers du mien, si je ne craignais pas de le jeter dans un engagement qui lui ferait tort.

DoranteN’as tu pas assez de charmes, Lisette ? y ajoutes-tu encore la noblesse avec laquelle tu me parles ?

Pendant la pièce, nous nous amuserons avec le couple de domestiques Lisette et Arlequin devenus les maîtres. Nous retrouvons chez Marivaux ces dialogues de gens simples qui veulent jouer aux maîtres dans la jolie pièce de l’auteur :  » L’île des esclaves ». Je vous conseille de la voir et de la lire. Elle est intéressante au plus haut point. Là, dans » le jeu de l’amour et du hasard », ils essaient de se  bien parler ou de bien se tenir avec réserve mais rien ne convient. Ils forcent le trait,  et ils ont  bien du mal à parvenir à être distingués.   Le comique est donc tiré de là, de ces exagérations, de ces attitudes reproduites peu naturelles.  Voici l’acte 2 scène 3 qui est très amusant à jouer. Faites jouer vos élèves. 

Et les maîtres Sylvia et Dorante   pendant ce temps sont plutôt distingués et n’arrivent pas à se tutoyer.

Chacun reste donc dans sa classe sociale même si on joue. A la fin, il faut que les classes sociales redeviennent celles qui conviennent et chacun reprend son rang puisqu’il y a double subterfuge. Tout finit bien…

 On n’en est pas encore aux mariages princiers avec des roturiers ou des roturières permis au 20 ème siècle dans les cours des royaumes du Nord et d’Espagne : on aura mis 2 siècles depuis Marivaux et 3 siècles depuis Molière où on est enfin libre de s’épouser hors de son milieu . Des amoureux ont pu être ainsi très malheureux . Mais nos auteurs du 17 ème et 18 ème siècle essaient toujours de faire gagner l’Amour. 

Avec Marivaux , nous sommes  avant la Révolution française. Il faut donc connaître son Histoire pour comprendre les coutumes, les mœurs comme nous disons .

Merci de compléter notre définition sur le marivaudage en réponse quand vous le voulez.

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+