Révision de nos 3 grands auteurs classiques : Corneille, Molière, Racine.

 

De la façon de réviser nos 3 Grands Auteurs Classiques qui font notre Littérature Française. Des titres de pièces très connus de l’Europe, du Monde , des Noms de Personnages qui peuvent être devenus des Mythes à connaître par coeur : un  Don Juan, un Tartuffe, un Alceste (le Misanthrope), un Harpagon (l’Avare), une Célimène (la coquette, celle qui aime plaire dans le Misanthrope), un Diafoirus :  Médecins, des Domestiques dont une Nicole avec son  bon sens, un Trissotin (3 fois sot) . Des sujets de Comédies ou de Tragédies seront aussi à résumer.

Savoir reconnaître Corneille et Racine  :  nos deux auteurs tragiques. 

Corneille plus rigide, plus classique, plus ancien dans le temps, suivant vraiment  les règles des 3 unités : de temps, de lieu, d’action. 

Corneille avec son  personnages du Cid : Don Rodrigue qui se trouve confronté à un choix inextricable qu’on a si bien nommé le dilemme cornélien,  conflit ou encore choix cornélien à savoir quelle valeur doit supplanter une autre   : savoir régler l’Honneur de son Père Don Diègue qui passe avant l’Amour pour sa maîtresse (au sens de :  la femme aimée qui est Chimène ).

« Allons, mon bras, sauvons du moins l’honneur,

 Puisque après tout il faut perdre Chimène ».

Il faut donc faire comprendre à vos élèves  les valeurs morales  du 17 ème siècle et définir les mots qui n’ont pas forcément le même sens 4 siècles plus tard pour comprendre la beauté et l’élévation de cette tragédie dont le monde entier s’est inspiré de même que Corneille s’était inspiré d’un personnage espagnol.

Racine plus « doux » : on dit de lui « le tendre Racine ». Il est plus jeune. Vivant plus à la fin du siècle de Louis XIV. Sous Madame de Maintenon.

Molière est à part puisqu’ auteur comique : on le reconnaît. Pourtant dans son œuvre, on distingue deux aspects  : un plus élaboré, plus philosophique avec  le Misanthrope et Don Juan et  un, dans les débuts, plus tourné vers la comédie orale.   C’est du théâtre en plein air, dehors, sur les places publiques, sur les Tréteaux qui existent encore de nos jours,  dénonçant les excès des personnages, leurs défauts : l’avarice, l’hypocrisie, la prétention, le libertinage, la libre Pensée  et prônant l’Education des Filles et leur liberté dans le choix d’un Mari, mettant en valeur la notion : de l’honnête homme annonçant l’homme moderne acceptant la place de la Femme, son égale pour faire en sorte que l’amour existe aussi et surtout dans le Mariage. (les mariages étaient arrangés, de convenance, elles épousaient des vieillards ,  par intérêt financier  et par raison de classe sociale, les filles avaient une  » dot », les filles sans dot (sans argent) ne se mariaient pas et l’Avare de Molière le fameux Harpagon, veut donner sa fille « sans dot ». La fameuse scène est à faire apprendre elle aussi . 

Molière est pour la liberté et  pour l’éducation de la jeune fille qui doit être cultivée. Il est très moderne. Le rôle du vieux mari, tuteur heureusement souvent ridiculisé est présent dans nombre de  ses pièces.

Pierre Corneille (1606-1684) : né à Rouen.

CorneilleVivant sous le Baroque.

Le plus âgé en date de nos grands tragiques classiques : Un demi-siècle avant vit en Angleterre le grand William Shakespeare (1564-1616). Faites noter cette date car Shakespeare est très important dans la littérature européenne. C’est le bicentenaire de sa mort. Voyez ce qui se passe cette année à Stratford-upon-Avon. 

Pierre Corneille écrit des tragédies, peu de comédies que l’on rejoue depuis peu et que l’on peut voir avec agrément :  l’illusion comique , le Menteur (1643), la Place Royale.

Et surtout : les pièces étaient principalement en vers.  Tout le monde versifiait. On pouvait être plus ou moins doué (se reporter aux Précieuses Ridicules, au Bourgeois Gentilhomme) mais on avait l’habitude de « rimer ». Connaître les rimes, les formes, était courant.  Il existait un Dictionnaire des rimes facilitant le poète. La plupart des comédies sont souvent en prose mais celles qui sont avec un sujet sérieux sont en vers chez Molière . Vous les faites repérer à vos élèves. 

Les fameuses stances du Cid  sont très célèbres : voir leurs formes avec des vers longs et des courts .

En faire apprendre un certain nombre car c’est notre patrimoine et de plus c’est un très bon exercice de mémoire et de diction.

« O rage, O désespoir, O vieillesse ennemie

N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie »

Le Cid (1636), Horace (1640), Cinna, Polyeucte (1643), Nicoméde (1651), Tite et Bérénice, (Racine écrira Bérénice).

A faire citer d’autres pièces : à les résumer chacune en quelques mots.

 

Molière (1622-1673) né à Paris,

Nos 3 grands auteurs classiques
Molière

Son nom : Jean Baptiste Poquelin .

Crée le théâtre de la Comédie Française à Paris . Il est en concurrence avec le théâtre de Bourgogne. Vous vous documenterez sur ces deux théâtres, de leurs localisations qui ont pu changer dans Paris, ils sont très présents au 17 ème siècle. Les spectacles pouvaient être houleux et bruyants. Le théâtre était la distraction de tous. 

Il crée le théâtre ambulant qui va de Paris en Province.

Les comédies : les fourberies de Scapin.

Les grandes comédies :  certaines en vers, la plupart en prose.

l’Ecole des Maris (1661), l’Ecole des Femmes(1662), Les Femmes Savantes (1672) l’Avare,  Le Misanthrope, Tartuffe, Don Juan.

Le Bourgeois Gentilhomme (1670) comédie-ballet dont la musique est de Lulli. 

Les Précieuses Ridicules (1659)

Le Médecin malgré lui, le Malade imaginaire (1673) . il se meurt  à l’issue de la fin de cette pièce : on a baissé le rideau . Il ne fut pas enterré religieusement car on estimait les gens de théâtre comme des gens amoraux. 

 

Racine (Jean) (1639-1699) né à la Ferté-Milon .

nos 3 grands auteurs classiquesLe tendre Racine. Auteur tragique :  Le plus jeune des 3.
Elève de Port-Royal. Des maîtres jansénistes (revoir le rôle de l’abbaye de Port Royal et de Pascal et le jansénisme). Vous pouvez vous y rendre aussi. Lieu calme, d’étude, quasi conventuel. 

Ses tragédies :

Esther,  (1667), Bérénice(1670), Britannicus   (1669), Mithridate (1673), Phèdre(1677), Iphigénie (1674). Andromaque.

Une comédie : Les Plaideurs .

 Il faut faire apprendre des passages entiers, des tirades à vos élèves car la mémoire  est à faire travailler très jeune avant l’âge de 12 ans . On se souvient du par coeur de ce que l’on a appris avant cet âge d’où l’importance, d’apprendre des poésies, des textes, de la musique si on est musicien jeune.  Cette mémoire répétitive  permet de bien comprendre la structure des phrasés, de la syntaxe, du vocabulaire  et il faut faire travailler la mémoire pour la conserver et l’augmenter  toute sa vie jusqu’au plus grand âge par contre il ne faut pas la saturer, il y a toujours un risque à ne pas dépasser : attention . C’est par la mémoire travaillée très jeune, le  » par coeur », qui vous permettra d’avoir  une grande mémoire âgée. Nous voyons des acteurs âgés avec une  grande mémoire . Ils l’ont travaillé.   

 

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+