Une séquence à faire en L : l’autobiographie

 

En L un genre est étudié en plus des autres sections : l’autobiographie

 

Vous étudierez donc de Rousseau les Confessions et d’autres livres autobiographiques qui constitueront une séquence . Notez et rechercher sur le site le mot :  séquence. 

Vous pouvez nous nommer les oeuvres autobiographiques que vous nommez en réponse à notre article avec les  extraits de textes ou des classiques à étudier  et le nombre de séances que vous consacrez à cette étude.

C’est avec un cours sur Rousseau que vous aurez la définition et son importance en littérature et dans notre vie.

Rousseau la définit lui-même dans ses Confessions que l’on peut considérer comme la première autobiographie. Il définit ce qu’est son pacte autobiographique.

Vous aurez bien à le définir et à le faire étudier à vos lycéens.

Il y a des cours très bien réalisés sur etudes-litteraires.com

 

Vous lirez pour votre documentation ou ferez lire des amis le livre de Philippe Lejeune : spécialiste de l’autobiographie . Le titre en est : 

 

une passion : celle de philippe Lejeune

Car beaucoup s’intéresse à notre époque à la vie quotidienne de nos ancêtres et peuvent être émus à la lecture de journaux intimes . Ils peuvent vouloir se replonger dans le passé et établir aussi leurs arbres généalogiques dans une autre démarche. 

Vous aurez l’histoire de sa passion pour l’autobiographie qui a abouti à créer un centre unique au monde :

Le centre d’archives autobiographiques APA  dont voici l’adresse :

étude d' une séquence en LLa Grenette

Médiathèque d’Ambérieu en Bugey

10 rue Amédée Bonnet

01500 AMBERIEU EN BUGEY                     

ouvert à tous sur rendez vous.

Ainsi tous ceux qui veulent diffuser ou ne pas perdre des écrits divers et privés de leurs parents, famille, grands-parents peuvent donner le fonds de ces écrits. Ces écrits peuvent être des journaux intimes, des feuilles séparées, des cahiers, de la correspondance, même des livres de compte, des oeuvres non éditées  et ainsi ils ne seront pas perdus en les jetant trop vite … . Gardez bien les écrits de vos familles lorsqu’ils sont « intéressants » ou même vos propres écrits. Vous serez amenés à écrire en étant professeur de Lettres même si vous ne voulez pas éditer . Ils contacteront ce centre d’archives du patrimoine autobiographique et sauront qu’ils peuvent donner une grande partie ou la totalité de ces écrits. Des chercheurs s’intéressent sur place à la documentation sur la vie quotidienne des gens et peuvent faire des études qui grâce à ces écrits complèteront leurs idées. 

Ne jetez pas tout. Nous sommes à une charnière écrit à la main et ordinateur. Gardez bien l’écrit même si nous utilisons et l’ordinateur qui conserve  et l’écrit sur le support papier qui se porte toujours bien.

Relisez l’article sur : «  2 types d’écritures  » à noter sur rechercher sur le site. Cliquez dans le titre 2 fois : notez d’avance d’autres astuces à relire ou trouvez les grâce aux index : le titre de mes astuces p. 1 à 10

Il y a 120 articles à ce jour vous permettant de mieux gérer vos cours de Lettres en seconde, première bac de français. 

 

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Le cours d’1 heure. Pédagogie active pour le cours de 2 heures.

1 heure de cours en Lycée suppose 30 à  45 minutes effectives de travail sur les 55 minutes officielles.

Ne mettez jamais en retard vos élèves à la fin s’ils doivent aller dans d’autres  salles ou si vous devez quitter leurs classes.

On appréciera votre ponctualité. C’est à vous de décider quand on arrête le cours et vous le dites tout simplement : «  Nous avons terminé pour aujourd’hui. Nous reprendrons tel jour : «  Fermez vos classeurs ou vos cahiers, Rangez vos affaires  » . Donnez  des ordres simples que vous notez  et pas dans la précipitation.

 Le temps de s’installer : calculez le temps de reprendre certains aspects du cours précédent, de s’occuper de ses élèves. 

Astuce N° 1 : notez sur votre carnet pédagogique des noms d’élèves pour apprendre à les connaître (vous avez eu la liste des noms sous les yeux ) et qu’ils se rendent compte que vous apprenez à les connaître.

Quand on a 2 heures, on fait une « récréation », une pause de 5 minutes ou un peu plus. Vous êtes libre. Il y aura quelques moments de vie de classe ou d’observations sur la classe.  Il faut toujours s’en tenir au cours  et avoir cependant un petit temps de vie de classe mais que l’on sait limiter et gérer à force de pratique. Un cours d’1 heure ne se gère donc pas de la même façon précise qu’un cours de 2 heures ou de plus. 

Astuce N° 2 :

L’accueil : 

Vous regardez l’ensemble des élèves qui sont entrés ou qui entrent, vous leur dites parfois d’aller plus vite.  On balaie du regard agréablement au milieu puis de gauche à droite  et de façon détendue les uns et les autres en insistant sur certains, soyez humains.

On dit:   Bonjour soit en  plusieurs fois, selon les groupes d’arrivants,  soit on attend la fin de leur installation pour dire bonjour à l’ensemble de la classe. Ils restent debout et c’est vous qui leur dites de s’asseoir. Ils s’installent, on peut commencer par le côté pratique du cours.

Vous donnez  les pages des textes et vous rappelez le cahier ou la section du classeur dont on a besoin : il faut être précis.

On peut détendre un peu l’entrée avec une phrase de la Vie (notre vie ou vie de l’école ou par un  événement culturel)   et avoir des phrases sur un événement dans l’école .  Il  faut signaler toujours un événement important dans l’école : ne pas se taire et savoir commencer le cours  après avoir apaisé les esprits. (dans un cas d’exception) .

Il faut alors faire cours sauf ordre de la Direction, ne serait-ce que pour se détourner de  tristes pensées . La vie continue. Ils doivent l’intégrer car après des moments de silence douloureux il est recommandé de se remettre calmement au travail.

On se tourne vers une activité très précise.

Astuce N° 3 :

Faire taire les élèves qui bavarderaient encore  et faire comprendre que des propos – quels qu’ils soient – doivent s’arrêter et ne sont plus fructueux mais nocifs à un moment en groupe et que ce n’est pas de l’indifférence mais qu’il faut travailler à nouveau après un événement douloureux ou exceptionnel et calmer les esprits.

Alors, on rappelle le cours passé  que l’on va développer. Soyez intéressant(e).

Votre Introduction est importante : ne la bâclez pas, vous l’aurez bien formulée, bien préparée, répétée chez vous : de quoi va-t-on parler? tel texte, page précise, vous rappelez le passage et où on en était la fois dernière.  Vous continuez le cours prévu en rappelant des événements, de l’histoire, des noms de personnage.

Astuce N°4 : Vous aurez appris par coeur votre introduction.

 Vous évitez les débuts de bavardages,  vous rappelez à l’ordre ou interrogez un qui pourrait répondre bien et à voix forte (choisissez bien vos élèves alors)  car vous avez besoin que les autres élèves entendent la réponse sinon vous répéterez la réponse de l’élève en écho.   On débutera le cours car attention à ne pas faire attendre trop. Evitez les temps morts.  Tout est dans le dosage de la parole et du silence. On parle alors  posément dans le silence de la classe. On apprend à s’écouter et à écouter le professeur.

Le cours lui-même :

Explication d’un nouveau texte (préparé chez eux) qui se fait oralement pendant  une grande partie du texte. Ils seront contents de ne pas écrire mais il faut qu’ils apprennent à fixer leur attention et à réfléchir ensemble.Ils corrigeront au besoin leur préparation.

5 à 10 minutes : Introduction pendant que les élèves fixent leur attention,  prennent le temps de sortir le classeur, de l’ouvrir à la séquence sans écrire pendant qu’on écoute.  Ils y ont mis leurs réponses qu’ils pourront dire.  Ils ont ouvert la page du jour. L’installation doit se faire le plus systématiquement possible (on aura mis 3 ou 4 séances à expliquer comment on s’installe à votre cours)  pour que vous soyez tranquille pour commencer.

20 minutes à  plus d’explication de texte : Bonne lecture 5 à 10 minutes puis explication que vous faites vous dans les débuts  d’année.   Vous suivez la méthodologie que vous connaissez. Plus tard des élèves participent .

10 minutes pour donner ses  hypothèses de lecture dans le calme : Vous ferez participer les élèves ayant répondu à des questions préparées et dictées par vous. Vous avez toujours  dans votre cahier pédagogique des numéros d’exercices d’avance avec des questions  à faire au cours ou à donner pour le cours suivant . Vous les écouterez bien. On apprend à s’écouter et à rectifier en argumentant. Certains peuvent prendre quelques notes, des mots… mais pas plus. Ca les occupe. Ils peuvent dessiner en vous écoutant, n’en prenez pas ombrage…

5 minutes : vous donnez le travail : « sortez vos agendas de textes : être très précis pour le jour, le cours suivant. Ainsi votre cours  suivant sera préparé.

Leurs supports écrits :

Après la lecture et les explications orales, ils ont toujours une feuille considérée de brouillon  sortie du  classeur pour écrire des mots ou rédiger une réponse écrite et replacée après . Ils ont aussi leur feuille de cours propre où ils vont corriger leur travail.

Ils pourront recopier les réponses au début  sinon il faut qu’ils aient après l’étude un schéma corrigé et précis. Vous leur dicterez : c’est plus simple. Après, ils rédigeront eux.

Ils corrigeront surtout chez eux  leurs cours : travail régulier à faire noter dans l’agenda de texte ainsi que le classement de  leurs cours de français. Ils reliront pour les fautes d’orthographe à corriger, pour la clarté des phrases de l’explication. Il faut qu’ils soient capables d’écouter complètement les interprétations du texte. On n’écrit pas en même temps qu’on lit et qu’on explique mais plus tard quand on a muri l’idée . Ne pas disperser l’élève .

Vous leur dicterez des types de phrases comme vous-mêmes préparez des phrases pour lancer leur pensée.     Je vous les donne entre guillemets.

 » Nous en étions à tel moment du texte de J.J. Rousseau dans « l’Emile » ou de l’Education avec l’article sur Rousseau pour une étude de texte  ou du début de la description des pensées de Madame Bovary dans le livre de Flaubert  ou du cadre de l’intérieur des Bovary ou d’aspects  de la vie terne de son mari, médecin de petite ville de province normande et de ses rêveries,elle qui s’ennuie tant .

Je vous cite ce roman car le jeudi 10 Septembre 2015  au Festival américain de Deauville une autre version du film a été présentée dirigée par Sophie Barthes née en France (diplômée de l’université Columbia) avec l’actrice Mia Wasikowska  et Charles :  Henry Lloyd Hughes  au CID (centre international de Deauville) .

La version précédente de Madame Bovary était avec Isabelle Huppert dans le rôle d’Emma.

Il y a donc eu plusieurs versions cinématographiques d’un même roman. Leur faire faire la recherche qui les passionnera à propos de romans divers (voir romans et cinéma  à rechercher sur le site astucesdeprof.com. C’est une idée de sujet pour rendre vivant votre cours.

En une heure vous ferez toujours   un cours « théorique » de stylistique : relevé des champs lexicaux, plan à montrer et à dicter aux élèves en donnant les lignes et à leur faire revoir à la maison , versification au cas,  figures de style où vous pouvez un peu questionner les élèves sur le texte et où vous essayez de raconter et de capter leur attention par des savoirs qu’ils écoutent. Vous pourrez leur faire un peu d’histoire littéraire avec les dates importantes après votre oral (dates que vous avez notées sur votre schéma de cours).  Relire mes astuces et écrivez des mots-clés : premier cours, rentrée, histoire littéraire, figures de style. 

Relire le  B.O. de 2010 à lire. 

Rectifiez leurs phrases. Au cas, vous posez une question prévue : notez d’avance pour vos cours un certain nombre de questions sur le texte.

La pédagogie c’est l’art de la répétition sous diverses formes,  c’est l’art de donner des savoirs, de permettre l’interprétation du texte, sur le plan de la stylistique,  de la chronologie, de l’Histoire.

Ils apprendront à trouver des réponses sur de bons sites  internet, en sorte qu’ils soient curieux de la vie d’un personnage, d’un auteur, de sa vie, de l’histoire dans laquelle il a vécu pour arriver à l’appréciation du texte, du stylede l’explication de texte de façon technique et éviter de la rendre  fastidieuse. 

Attention au ton de voix et au leur aussi. Qu’ils prononcent bien, n’aillent pas trop vite en avalant leurs mots ou trop lentement en les cherchant trop. Exercez-vous beaucoup chez vous et faites-les s’exercer. 

 

Pour le cours de 2 heures

Minutez votre déroulé de cours à partir du premier cours . Vous leur donnez une pause à l’heure

Ne laissez pas assis 2 heures  vos élèves : permettez leur de se lever dans le calme   à la pause d’une heure ou avant pour quelques uns .  Veillez à ce qu’ils se tiennent droits sur leur chaise!  qu’ils puissent se lever un peu : on peut prendre un livre, un dictionnaire. Mais pensez à tout cela si certains le désirent.  Parlez-en au professeur de gymnastique! Pensez que le corps est un obstacle à l’attention. Ils sont jeunes et ont besoin de bouger… Certains sont très grands et les bancs petits. Ils doivent faire attention à leur position de dos. Les chahuts viennent souvent d’un besoin de mouvement. Rappelez-vous, Vous jeunes!

 

Vous comptez 5 minutes d’installation dans le calme de plus en plus.

  • 30 minutes d’exercices écrits personnels même s’ils travaillent en groupe
  • 8 à 10 minutes de correction sur son brouillon
  • 5 minutes  pour faire écrire le travail chez soi.

L’attention d’un élève ne va pas au- delà de 20 minutes! Certains seront attentifs alors que d’autres non. Il faut en être conscients.

S’il  manque des textes,  s’arranger pour qu’ils suivent avec quelqu’un et notez le nom de l’élève pour qu’il n’oublie plus son livre. Vous notez le comportement des élèves.

Astuce N° 1

C’est pourquoi de faire la classe en changeant la vision de la classe par rapport au professeur est une bonne idée  en permettant que les élèves se voient  en cercle ou en rapprochant des bureaux  qu’ils se voient face à face  et  travaillent en groupe mais pas forcément en U qui forme un espace trop grand .

Le professeur passera au milieu d’eux se penchant un peu vers eux ou prenant un siège éventuellement pour être au même niveau si on est sur ordinateur. Le professeur ne doit pas avoir une mauvaise position de dos . Il doit prendre le temps de s’asseoir près de l’élève pas trop près cependant . Il faudra  aménager la classe et faire replacer les meubles à la fin dans le calme. C’est  peut être la solution pour motiver une classe mais pas tout le temps.

Gardez aussi la disposition en rangées de la classe et vous retournez une table pour qu’on travaille par 3, pas plus . 

Cette 2 ème heure va vous permettre d’élargir vos savoirs-faire pédagogiques. Vous passez au milieu des élèves et vous observez.

Astuce N° 2

Des façons de faire :

  • faire dicter parfois au début une réponse pour les aider. Puis qu’ils rédigent leur réponse en relisant une deuxième fois un passage à expliquer. Donnez-leur des types de phrases, des débuts de phrases. Lancez-leur l’idée comme je dis.  Appréciez le temps que vous devez leur laisser.
  • dicter votre réponse ou des aspects de réflexions, émettre des hypothèses de lectures par eux ou par  vous-mêmes en correction s’ils n’y arrivent pas tout de suite .  
  • revoir l’article   vos outils de travail.

Vous gardez toujours toujours votre fil directeur par rapport à votre séquence qui se déroulera sur 6 ou 7 séances. Vous donnez des références.

N’oubliez pas : faites penser, réfléchir, faites écrire, corriger sa pensée, voir si elle correspond à ce qu’on a dit : vérifier toujours la justesse de la pensée. 

 5 à 10 minutes   de remise au net par écrit des réflexions, des points importants de l’explication par les élèves.

Le travail oral durera 10 minutes en petit groupe.

Faites faire des bonnes lectures dans chaque groupe  d’un texte ayant un lien avec votre séquence.  Insistez sur la force de la voix, comme pour vous,  sur la bonne prononciation (faire répéter)  sur la bonne vitesse (ni trop vite, ni trop lente).  On minutera la lecture à voix basse  puis on lira à voix haute. Beaucoup passeront.

Vous avez  bien fait le schéma de votre explication ou de votre analyse de texte .  Par moment, accepter leur interprétation, bien écouter et réorienter l’élève qui s’égare . Le refaire formuler sa pensée si elle n’est pas assez précise. Vous le faites de manière à ne jamais humilier l’élève.

Il est difficile de rédiger en seconde. On sort des exercices de rédaction de la 3ème .

Il faut donc faire des exercices en classe ou en soutien pour certains que vous aurez repérés en relevant ces types d’exercices sans les noter  : faire des préparations de plan pour l’oral, faire écrire une introduction, un paragraphe de développement, une conclusion.

Ils pourront travailler soit avec leur voisin soit avec un autre élève de leur choix et se déplacer et prendre la place d’un autre.

Vous vous arrangez pour mettre les tables face à face afin d’aménager pour une pédagogie active par 2.

Astuce N° 3

Cependant chacun travaillera, écrira son texte ou aidera à corriger l’autre. Ils apprendront à confronter leurs idées, à rédiger ensemble et à se corriger  pour la correction de la  phrase, de la syntaxe, de l’orthographe grammaticale : les  verbes, la personne, le singulier, le pluriel, le temps, le participe passé, l’infinitif. 

Astuce N° 4

Vous ferez faire des fiches précises sur l’orthographe et les fautes grammaticales . En relever quelques unes au hasard et voir chez vous le travail effectué . Système d’évaluation à prévoir, pas de notation.

Alors que l’élève écrit 10 minutes il doit se corriger pendant 5 minutes  et il corrigera en même temps  toutes les 5 à 10 lignes ses fautes d’orthographe courantes. Certes il ne faut  pas entraver la pensée par l’orthographe mais  il est vraiment indispensable de rectifier les erreurs grammaticales et orthographiques au fur et à mesure de l’écriture pour que la correction devienne un automatisme. Chacun rend une feuille ou écrit sur sa feuille avec son nom si vous,  professeur en relevez quelques unes.

5 minutes  avant la fin du cours : on donne le travail qui est un travail personnel. Chez soi, l’élève  corrigera sa feuille  d’explication de texte faite en groupe, il  reconstruira sa réponse, il résumera le travail fait et  montrera le rôle qu’il  a joué dans le groupe. Il fera éventuellement encore un travail court de rédaction sur une idée ou un début de sujet.

Vous serez amené à revoir la gestion du temps régulièrement puis à revoir le déroulement du premier cours et vos outils de travail. 

Vous pourrez nous fournir par Facebook du site ou dans le commentaire les  temps de cours que vous appréciez. Prenez le temps aussi de réfléchir sur votre enseignement. Prenez des notes sur la façon dont chaque cours s’est déroulé. 

Vous saurez  « qu’enseigner c’est apprendre  » dit Bernadette Aumont  et elle ajoute : Il faut « inventer des manières nouvelles pour favoriser un apprendre effectif chez leurs élèves » en évoquant l’objectif des professeurs. 

Chaque année, vous évoluerez, vous ferez moins d’erreurs, mais vous garderez votre enthousiasme et votre passion pour votre discipline, vous vous formerez souvent mais de façon sincère, vraie, qui vous correspond.  

A ce propos, je vous conseille vivement  de vous reporter p.241 et suivantes  et p. 251 et suivantes du livre l’Acte d’apprendre  édition : L’Harmattan.  qui vous permettront d’avoir des réponses à vos questions, thèse écrite par Bernadette Aumont et Pierre-Marie Mesnier 

 

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+