Minutage de l’oral du bac.

 Vous ferez noter par l’élève ce qui suit et surtout ce qui est écrit en gras dans sa préparation avant l’oral sur son brouillon. 

La première partie de l’épreuve de l’oral du bac  se compose comme suit:

– Introduction : durée 1minute et demie .

– Ma lecture du texte ( attention : Ne pas l’oublier).
“ je vais lire le texte “ ou “ Nous allons lire le texte “.

Ma lecture : durée 1minute ou 1 minute et demie.

l’élève devra arrêter sa lecture à la demande du professeur.
Prendre le temps de faire une bonne lecture.

A l’arrêt de sa lecture,  il doit poursuivre son analyse sans surprise ni poser de questions.

Il doit rappeler ou dire combien de  parties son étude va comprendre par rapport à la question posée qu’il rappelle et poursuivre.

Le professeur doit se taire, écouter ou prendre des notes. Que l’élève ne soit pas déstabilisé par l’attitude du professeur . L’élève doit avoir une ligne ferme de pensée. C’est lui qui passe l’épreuve, pas le professeur. 

Il annonce alors la question.

– “ Nous nous efforcerons de répondre à la question “.

– La première partie : 3 minutes et demie .

– la deuxième partie : 3 minutes et demie (ou 4minutes).

– Conclusion : 1 minute ( ou 1 minute et demie).

Attention: savoir s’arrêter soi-même à temps 1 minute avant dans son explication et faire sa conclusion. C’est l’élève qui doit contrôler son temps et si le professeur l’arrête il doit le faire et peut être pénalisé s’il n’en est pas à la conclusion (il a 10 minutes ni plus et surtout  pas  moins : une prestation de 7 minutes serait trop courte). Donc vous apprendrez à lui faire gérer ce temps sur plusieurs séances de préparation avec beaucoup de répétitions et de reformulations de ses phrases et de ses phrases de transition et finales.

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Cours d’explication de texte : de la lecture, de l’interrogation des élèves .

Il est impératif que les élèves  lisent plusieurs fois chez eux  le texte du jour  et avoir répondu par écrit à des questions de façon la plus complète possible. Exigez d’eux qu’ils passent de 20 minutes à une demi-heure au moins d’exercice écrit en  corrigeant et la phrase et l’orthographe. 

Ils comprendront alors plus vite votre analyse au cours  . Préparés ainsi, ils peuvent mieux suivre . Ecoutez leurs propositions aussi.  Rectifiez au besoin s’il y a une erreur de compréhension ou de raisonnement mais sachez écouter leur réponse. 

Que vos élèves soient tenus par le travail à faire chez soi. Ils sauront que vous faites des vérifications partielles quoique régulières.

Vous noterez sur  votre cahier de cours posé sur le bureau le nom de ceux qui doivent être plus vigilants. A interroger le cours suivant et qu’ils le sachent . Vous noterez les réflexions  faites lors du cours. Vous  noterez page de gauche ces observations  et page de droite  le schéma initial du cours , son minutage , l’interrogation d’ un tel, la reprise de tel aspect de réponse .

Il faut savoir interroger quelques élèves  pas toujours les mêmes  :  3 minimum

 On ne peut pas tous les interroger. Ils sont là pour réfléchir et écouter aussi. Vous pouvez compter sur un ou deux bons élèves. Mais qu’ils ne vous empêchent pas d’interroger les autres. Ils vous aideront certes. En dehors d’eux,  vous suivez la liste de classe dont vous avez fait des photocopies en nombre et que vous divisez par 5 ou 6 pour parvenir à interroger toute la classe au bout de quelques semaines . Il faudra  savoir leur nom rapidement et qu’ils apprennent en 2 à 3 cours à répondre clairement et rapidement. Un élève trop lent rompt le rythme. 

Votre début de cours aura consisté à introduire votre propos.  :  texte, auteur, siècle, idée.

On suit la même technique que pour l’introduction de l’oral du Bac de français.

Celle-ci durera 10 minutes au lieu d’1 minute et quelque.  ll faut bien répéter deux fois la page à prendre.  On attend  que les élèves soient prêts.

Etudiez aussi un texte que vous aimez qui passera mieux qu’un autre .

Astuce : Obtenez des élèves qu’ils aient tous la même édition (même année) pour un aspect pratique de  pagination , la même pour tous . Soyez ferme sur ce point.   

Par la suite, vous reprendrez des textes que vous jugez devoir faire, même s’ils sont plus difficiles. Le choix des textes est vôtre.

Soyez toujours prudent dans vos choix, dans vos paroles selon vos élèves. Analysez leur comportement.  Ne vous créez pas de difficultés surtout au début qui pourraient susciter des réactions dans la classe difficiles à maîtriser. Vous  noterez aussi ces réactions de classe sur votre cahier de cours . Pesez toujours vos propos. Vous avez un public à ne pas choquer. 

Lisez-vous même le texte au premier cours  car vous ne savez pas si les élèves lisent bien. Par la suite , vous saurez qui lit bien. Dites-vous  qu’aujourd’hui  vous avez besoin d’un élève qui lise fort.

Vous aurez répété votre lecture très bien à la maison . C’est par la lecture, la bonne lecture que l’on fait aimer le français. Vous ferez donc des cours de bonnes lectures. 

Vous noterez les prénoms et noms des bons lecteurs pour le prochain cours. Il faut que la musique de la langue soit présente.Vous suivrez la technique d’explication de texte que vous avez apprise. Vous aurez répété vos phrases chez vous. Imaginez vos cours. 

Si vous avez 2 h de cours c’est un peu plus difficile à gérer au début . Vous diviserez votre cours en 3 activités ou séquences de 20 minutes plus les temps intermédiaires.

On peut alterner des cours théoriques avec des questions-réponses et faire une analyse du texte pendant laquelle  les élèves écoutent, ne prennent pas de notes et réfléchissent avec vous, le livre sous les yeux.

Ils émettent alors des hypothèses de lecture. Vous les laissez formuler oralement ce qu’ils comprennent et  vous essayez avec eux de bien leur faire comprendre le texte. Après quoi les élèves seront amenés à résumer ce qu’ils ont compris par écrit. Vous les aidez au début en lançant des types de phrases. Je dis toujours qu’il est difficile d’écrire la première phrase et qu’il faut les aider. On dictera aussi des mots de liaison.

A vous de planifier ce cours et de noter le temps choisi puis de passer à autre chose. 

Ensuite, si l’on fait d’autres textes en complément vous donnez des repères historiques : n’oubliez pas l’histoire littéraire :  les dates, le siècle,  les prénoms et noms des auteurs, de leurs oeuvres : c’est un apprentissage  que vous leur faites ici.   Ne posez pas  trop de questions pour le premier cours. Il  faut toujours limiter les questions.  Vous voyez ce qui convient. Vous aménagerez d’autres fois des cours par petits groupes avec une mise en commun par écrit. 

Le ton de voix doit être agréable, si vous oubliez quelque chose, que vous avez un « blanc » vous passez à autre chose et à la fin : si un élève est intéressé pourquoi ne pas le mettre en valeur?  Qu’il prenne alors la parole en exigeant le silence de la classe de façon calme et naturelle  . Ils prendront ainsi leurs habitudes car on ne peut vraiment pas faire cours sans cette condition. Apprenez à vos élèves en classe à répondre avec une voix plus forte et en s’exprimant bien. Vous les reprenez un peu mais pas sans cesse. 

10 minutes avant la fin. Vous faites la phrase de fin de cours : « nous continuerons ce cours « ou « nous avons fini pour aujourd’hui ». « Vous rangez vos classeurs « . Prenez vos cahiers de textes pour la préparation suivante ».  Soyez simples et directifs dans votre décision de terminer à temps . Donnez le travail et  faites en sorte qu’ils écrivent sur leur agenda de texte et mettent :  lecture de, avec la page précise, et écriture : faire répondre absolument à des questions du prochain texte ou du même texte.

Si vous donnez tout de suite bien le travail pas à la sonnerie mais au moins 6 minutes avant la fin du cours vous saurez que vous tenez votre classe par cette régularité pour bien penser et bien écrire.

D’autres types d’exercices écrits suivront  : commentaires du texte, des rédactions, textes d’invention, dissertations. On fera de la méthodologie pour bien écrire ou dire. 

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+