Le travail à donner

Vous regardez discrètement votre montre : placez-la bien sur votre poignet ou sur le bureau.
 
 Le travail sera à donner calmement (bien 5 à 7 minutes).
 
Vous indiquez les pages, les références que vous avez prévues chez vous. Vous devez toujours avoir sur votre cahier de cours le travail noté pour ne pas avoir l’air ni pressé, ni surpris et surtout qu’ils aient toujours du travail et sentent que vous êtes organisé  : lecture, réponse à des questions du texte qu’on a fait ou d’un texte nouveau pour le prochain cours (ce qui vous aidera énormément ) 10 minutes avant la fin. Avec les N° de chapitre, de page, d’édition, dicter précisément ou mettre sur l’agenda de texte votre travail « préparé. Cela fait partie de votre préparation de cours. Vous direz sous quelle forme d’interrogation ils auront ce travail, qu’ils ne soient pas pris par surprise. Soit interrogation orale et vous préparerez un listing  de 4 élèves pour vous, et toujours des différents en reprenant des réponses de ceux qui sont habitués à répondre, soit interrogation écrite portant sur un point précis. 
 
Si vous donnez tout de suite bien le travail pas à la sonnerie mais 3, 4 minutes avant la fin du cours vous saurez que vous tenez votre classe par cette régularité pour bien penser et bien écrire. 
Vos collègues qui ont cours après avec vos élèves apprécieront votre ponctualité .
Après on fera des commentaires du texte, des Rédactions etc.
Sachez que les Parents attendent un travail fixe, organisé. Ne donnez pas le travail en vitesse ou oralement. Les élèves ne le feront pas.
 
Sachez quantifier le travail que vous donnez par rapport aux autres disciplines qu’ils ont. Ni trop de travail ni pas assez. Sachez répartir le travail de français. Aidez-les, expliquez les méthodes  pour qu’il le fasse avec goût.  
 
Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Minutage du premier cours

Arrivez 20 minutes avant l’heure au moins dans la salle des Professeurs .

Au moment du cours , il faut : 

1. Vous installer calmement : pas de gestes brusques. Posez ou accrochez votre vêtement d’extérieur si vous ne l’avez pas mis dans la salle des professeurs  . Posez votre cartable, le sac à mains pour les femmes sera posé par terre  près de vous (en sécurité, n’ayez pas trop de documents importants ou d’argent : risque de perdre en se déplaçant dans les classes,   Qu’il soit fermé. Pas de sac béant) . Sortir  une petite trousse avec stylo, crayon, gomme  puis le livre ou le texte, l’agenda numérique et  le carnet de notes , le cahier de cours  ouvert à la page … un petit agenda car il faut rappeler la date du jour et les  dates des devoirs ou des oraux . Regardez votre auditoire de gauche à droite à la fois de façon globale puis  détaillée en vous arrêtant parfois. Vous analyserez ce premier contact de façon précise. Il est très important. 

2.  Bien prévoir votre attitude quand vous allez entrer dans la salle, ou la façon dont vous accueillerez les élèves si vous êtes déjà là . Vous tenir droit. Ne soyez pas avachie. Vous mettre debout puis vous asseoir ou allez un peu dans la classe ,  prenez connaissance avec l’espace de la classe vu par vous mais aussi vu  par les élèves aussi il vous faudra quelques temps pour être à l’aise.  Ayez une tenue droite, calme. Préparez le livre sur le bureau .  Observez. Asseyez vous. 

3. Reprendre votre agenda et votre support personnel de cours : avoir sous les yeux une fiche ou votre cahier personnel  avec ces moments de votre cours ( temps à noter), cours  remis au propre.

 4. Avoir toujours un support  clair, minuté, numéroté 1, 2, 3 … mis discrètement sur la table ou que vous avez en main en forme de fiche avec le numéro de pages, de lignes… et savoir ce que vous allez leur dire : à préparer par écrit et à ne pas lire (le préparer chez vous ou pendant votre trajet).

Vous pouvez mettre :  « je parle  » , « j’interroge l’auditoire » soit quelques élèves   sans forcément vouloir prendre un temps de réponse ( ne les interrogez pas le premier cours ou alors très  peu ).  Plus tard :  oui, vous questionnerez avec l’expérience mais que l’élève à ce premier cours vous regarde et réfléchisse pendant que vous parlez : qu’ il ne s’ennuie pas  .

Vous aurez mis en évidence des phrases écrites avec un stylo foncé, et une grosse écriture pour bien voir . On peut être troublé.  Vous notez des transitions, un plan de votre premier cours de préparation d’année et de début d’une lecture et d’une explication préparée dans le détail par écrit et répétée chez vous avec des phrases précises formulées  suivant votre temps de cours.  Préparez vos premières phrases que vous aurez répétées plusieurs fois chez vous comme si vous étiez au théâtre  car on doit éviter de lire son cours : ton de voix, vivacité, rythme de la phrase, voix qui intéresse au sujet auront été préparés chez vous. 

Vous ferez la présentation de votre cours cette année : Qu’allons-nous faire ? 

 Vous pouvez faire réfléchir sur l’intérêt de votre discipline à ce cours et à certains autres : les Lettres et pourquoi nous les étudions et  pouvons les aimer. Là, je vous laisse y penser. Vous leur expliquez votre amour pour la discipline : les Lettres. Ils seront heureux de cette réflexion. Ensuite vous montrez ce que l’on va apporter de nouveau par rapport à la classe précédente. Il est très important d’établir les liens entre les niveaux. Puis vous abordez le Programme. Il faut que vous alterniez prises de note et écoute du cours avec les réponses aux questions des élèves . Il faut leur apprendre à  prendre la parole mais aussi à vous écouter. Il ne faut pas les faire écrire sans arrêt : non, mais parvenir à leur faire rédiger des réponses écrites après un court débat d’idées : vous donnez un quart d’heure d’expression écrite, de rédaction d’une réponse à une question. C’est eux alors qui écrivent et qui corrigent leur expression. 

 Vous ne direz pas tout de votre programme  mais vous en  présentez les grandes lignes concernant la seconde et la première selon le cas et surtout la façon dont vous les aiderez.  Vous annoncerez ce que vous attendez d’eux. Ils peuvent le noter et revoir vos directives ou consignes au cours du trimestre. Il faut toujours être organisé que ce soit vous ou eux, ou les rendre organisés.

Si vous remplacez un professeur après avoir préparé avec lui ou avec un élève la suite de son cours, vous orienterez celui-ci en  faisant le dernier texte qu’il avait annoncé aux élèves et alors vous orientez son  programme  en donnant vos textes si le temps du remplacement est long et que vous êtes en charge. Vous essaierez d’utiliser quand même des oeuvres achetées par les élèves car cela peut créer un coût pour des familles et de les travailler.  Vous faites en sorte de ne pas vous mettre dans une situation inconfortable. Prenez des textes connus de vous en faisant quelques rappels des cours en prenant en considération le travail du professeur d’avant par des interrogations auprès des  élèves qui devront s’adapter à vos nouvelles méthodes . Il faut bien établir le changement. 

Aux cours suivants dans l’année, vous introduirez toujours votre cours en faisant le rappel du précédent et en annonçant ce que l’on va étudier. Donc vous avez raison de revenir à cet article de début d’année  à chaque fois que vous voulez rectifier de la meilleure façon vos cours à une rentrée de vacances . Avec ces bases solides , vous serez plus sûr de vous et vos cours seront intéressants donc l’organisation permet plus de calme dans la classe. Vous aurez moins de problèmes de bavardage ou pire si vos cours sont préparés à chaque fois avec des sortes de mises en scène prévues et des participations des élèves avec leurs noms prévus chez vous plus un ou deux qui souhaitent répondre . Ainsi,  on intéressera chacun à chaque cours. Il faut que les élèves sachent ce que vous allez faire au cours, vous leur annoncez et vous vous efforcez de vous y tenir. Ne changez pas de cap sauf en petits groupes. 

 Vous leur précisez les siècles, les époques, les noms d’auteurs :  ils sont heureux d’avoir eux aussi l’impression de connaître votre cours  et de le faire partager en levant le doigt.   

 Ils ne doivent pas savoir que c’est votre premier cours. Vous êtes de l’autre côté : vous êtes âgés pour eux et ils ont besoin d’être rassurés. Vous êtes donc sûr de vous. Vous ciblez un objectif.  Il faut de temps  en temps rappeler votre ligne directrice de cours.  A vous d’avoir très bien préparé cela avec le Directeur d’Ecole  le Programme de vos niveaux : tenez-vous y. Vous regardez le B.O. de cette année 2015 (Bulletin Officiel Programme de vos niveaux. Vous aurez lu aussi le B.O. spécial de septembre 2010 pour l’analyse de texte).

Il vous faudra sans doute 3 années, j’allais dire 3 rentrées  pour être à l’aise en face d’une classe. Soyez dès le début à l’aise devant votre classe en répétant chez vous des moments de votre cours, en vous mouvant devant un miroir, en vous regardant, en prononçant bien avec la force de voix qu’il faut, en y mettant les intonations, en étant très précis dans votre cours du jour, en sachant que vous avez des savoirs à leur transmettre. Ne vous perturbez pas  si vous n’êtes pas  toujours sûr de vous et  faites en sorte que cela ne se voit pas…! 

Vous avez eu les deux jours de préparation de professeur : vous avez tous les atouts. Voyez-le programme, les textes  en gros en adaptant avec les textes que vous comptez faire et qui peuvent se rapprocher de ceux de vos collègues de même niveau en vous laissant une certaine liberté. Ils sont susceptibles de prévoir un devoir sur table . Autant que les devoirs soient en même temps que les vôtres. Demandez leur gentiment. Adaptez vous à leurs sujets ou adaptez vos sujets …

Appel des élèves : Vous le faites ni trop vite ni trop lentement : vous vous êtes exercés pour les noms complexes. Ne vexez jamais un élève. Si un nom fait rire, dîtes le prénom.   Vous faites répéter par l’élève lui-même avec respect. Apprenez en moins de 8 jours les prénoms et noms de vos élèves. Faites des listes de 3 à 5 noms pour pouvoir les interroger de façon naturelle pendant vos cours. Evitez les élèves qui ne répondent pas assez fort car votre classe n’entendra pas. Pourquoi ne pas utiliser un micro à passer aux élèves de temps en temps? ça ne se fait pas encore!  En effet, interrogez les élèves qui parviennent à répondre avec une voix forte pour rendre plus facile votre cours. Vous interrogerez les élèves discrets en petits groupes. 

Tutoiement ou vouvoiement. Vous jugez aussi si vous tutoyez l’élève ou pas. Dans certains quartiers on peut vouvoyer l’élève. Le professeur tutoie, l’élève vouvoie mais quelques fois à partir de la seconde on peut vouvoyer l’élève certes de moins en moins. Je crois que c’est à chacun de juger. Avec des francophones adultes vous utiliserez le tutoiement en leur expliquant le vouvoiement  en France. 

Je pense qu’à votre génération en 2016 vous tutoyez l’élève mais il n’est pas question qu’ils vous tutoient. Je pense qu’il faut garder une distance même dans des « grandes classes ». Dans la classe, dans la conférence, il faut un aspect respectueux et silencieux pendant que vous faites un cours. Vous utiliserez parfois le vouvoiement.

 Il y aura des cours en groupe actif mais au moment du cours théorique il faut le silence. Exigez ce silence pour simplement qu’on vous entende. Repartez sur de bonnes bases quand le silence n’est plus.

Vous annoncez ce que vous avez prévu demain ou au cours d’après  si ce n’est qu’une présentation de cours . Vous donnerez une lecture à faire et le cours à relire, à corriger, un travail à faire.

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+