Les temps des réunions : comment les préparer ?

Un préalable : parlons de vos heures qui se surajoutent à vos heures de cours et de transports et qui sont à noter sur votre agenda professionnel  à rendre compatible avec votre agenda personnel avec les temps de trajet : j’insiste sur ce point   . Sachez partir de chez vous ou d’un lieu à l’heure décidée par vous. Vous trouvez une phrase rapide et polie et vous êtes prête à partir ayant préparé votre cartable ou votre travail. Tout se prépare pour ne pas être toujours en état de précipitation.

En plus de vos cours à assurer, vous aurez des réunions de parents d’élèves .

Vous pourrez aussi faire des sorties d’élèves mais si vous le souhaitez et que vous vous en sentiez capables . Vous n’êtes jamais obligés d’en faire, ni de participer à des fêtes d’écoles. Vous pouvez y passer ainsi vous verrez les élèves et leurs parents sous un autre angle  mais vous n’êtes pas du tout obligés d’y participer. Ce sont pour les familles d’abord. 

 Vous pouvez informer des spectacles et que vos élèves aillent de leur côté si vous ne tenez pas à accompagner vos élèves.  Vous proposez alors des spectacles de façon très précise : date, heure, lieux  dans vos villes  sur les cahiers de texte bien à l’avance.  

Les premières années ne faites pas trop d’activités et limitez-vous à  vos préparations de cours. Donnez aussi des titres de livres facultatifs  à lire et naturellement précisez les textes obligatoires à lire pendant les vacances : les parents vous remercieront. 

Parlons des réunions de parents d’élèves qui ont un caractère obligatoire. Si vous ne pouviez venir à l’une d’elles vous vous excusez auprès de la Direction avant.

Vous allez donc y participer  et la première fois vous ne savez pas trop quel rôle tenir mais sachez qu’il est important pour les parents de connaître l’enseignant qui est face à leur enfant  :  Vous arrivez  à l’heure. Soyez à votre avantage le jour de la réunion. Vous serez en « représentation ».

Vous aurez sans doute déjà utilisé en temps utile pour l’élève le carnet de correspondance même avec ses parents en  seconde, ou au niveau bac de français . Vous leur avez signalé sans doute le plus tôt possible au bout de moins d’ un mois …  les difficultés que vous avez constatées chez leur enfant au plan de l’écrit en français. Vous avez pu leur fournir des solutions  : proposition de soutien par l’école et horaires ou travail à l’école  ou cours particuliers extérieurs car le jeune ne doit pas continuer d’avoir du mal à rédiger. Il faut l’aider sur quelques semaines au moins et qu’il écrive régulièrement, qu’il se serve du brouillon, qu’il ne recopie pas mais crée ses phrases. On pourra commencer par des exercices de simples rédactions pour aller vers des réponses à des questions de textes puis au devoir à préparer.

Soyez vigilants et réactifs pour ces élèves. Que vous ne perdiez pas de temps surtout. Que les parents vous répondent bien et puissent communiquer sur une difficulté ou sur la façon de travailler de leur enfant et que vous continuiiez le travail sur de bonnes bases. 

Revenons à la réunion de façon normale  quand elle aura lieu  : vous devez connaître  bien toute votre classe. Vous leur montrez comment vous avez démarré l’année , quel va être votre programme dans ses grandes lignes et votre progression (vous êtes précis mais pas lent ) , vous dites  ce que vous attendez de leur enfant à l’écrit et à l’oral et comment il doit travailler le français.  Préparez un petit discours de 5 à 10 minutes pour votre matière si la direction vous le demande. Répétez-le chez vous. 

S’il y a beaucoup de parents , vous leur parlerez à chacun de 3 à 5 minutes pas plus .  Si vous les rencontrez individuellement sur rendez-vous,  vous ne restez pas plus de 10 minutes avec des références précises sur votre élève et c’est vous qui leur dites au revoir. Votre lycée pourra vous aider dans vos temps de rencontres. 

Vous partirez à l’heure aussi pour que les parents n’aient pas des réunions trop longues le soir. Dites-vous que les parents sont réservés et que c’est à vous de diriger leur venue et leur départ pour voir un autre enseignant. 

Regardez votre montre discrètement et ne parlez pas trop. Ecoutez.  Il faut qu’ils obtiennent grâce à vous des réponses à leurs questions par rapport à leur enfant : Vous expliquez vos objectifs. Vous parlez de la lecture des oeuvres. Constituez chaque année une liste de livres du programme plus une liste de livres à lire avant des vacances que liront plus les parents mais ils seront rassurés et il faut faire plaisir aux parents : indiquez date et édition du livre .  Sachez qu’indirectement vous apprendrez beaucoup de choses aux parents! mais c’est l’élève, leur enfant qu’il faudra faire réussir! 

Vous  leur demandez si votre élève parvient à lire et s’il lit bien d’avance et pas au dernier moment  les oeuvres que vous donnez à la classe 3 semaines au moins avant pour qu’ils étalent  leur lecture de façon régulière . Voyez avec ses parents s’il répartit bien son temps de lecture et qu’au cas le parent aide à commencer une lecture assez tôt (il faudra voir avec les parents le temps que le jeune passe à des jeux ordinateurs quitte à faire comprendre qu’il faut donner des temps de jeux limités (il faut rendre vigilants les parents à cette difficulté des jeux sur tablette ou à interdire à certains moments )   et qu’il  établisse un agenda afin de réserver tel temps à la lecture, comme on peut le faire pour un temps de télévision s’il y a une émission proposée ou un film tiré d’un roman par un professeur car la télévision doit être aussi un outil pédagogique. Ils pourront en discuter ensemble. Le parent doit discuter avec son enfant de son temps de loisirs. Il doit rendre autonome son enfant et le  responsabilisé dans son travail mais ne pas sans cesse dire à son enfant : tu travailles? l’enfant rentre comme le parent d’un lieu de travail. Il faut se détendre avant. Donc encore de la gestion du temps repos, repas constitué  ou goûter léger et travail.

Photocopiez encore une fois comme pour les corrections la liste de noms de vos élèves. Notez bien les noms ( nom différent de l’enfant et nom du parent, faites épeler le nom).  Sachez qui a la garde parentale  : c’est très important pour votre responsabilité : à voir avec le professeur principal . Rien d’indiscret ne doit transparaître sachez-le. 

 Le professeur principal peut vous être utile avant la réunion  si vous avez un souci avec un élève. Il a accès à des dossiers, doit rester discret mais peut vous aider à comprendre une situation familiale  ou un état de santé qui pourrait perturber l’élève. Mais ne tombez jamais ni  dans la pitié ni dans la compassion et sachez que vous devez l’aider scolairement  : vous vous occupez de l’élève. Il faut l’aider lui et mettre à l’aise la famille.  Ne pensez pas pour les autres : soyez à votre place.

Soyez psychologue et diplomate vous êtes peut-être parent vous- même.

Apprenez à ne pas tout dire de son enfant à un parent si  vos propos risquent de se retourner contre l’élève à la maison. Si un élève a deux lieux de vie, rappelez le rôle du parent  pour que son enfant n’oublie pas ses cahiers, ses devoirs, ses livres en fin de séjour .  Ce sont des choses qui arrivent et vous ne devez pas  punir. Ne mettez jamais un zéro dans cette situation difficile.  Elle est à envisager. Dites ce qui est positif. Si un parent perdait son calme,  gardez votre calme  ou faîtes vous aider s’il y avait un problème. Ne vous mettez pas en danger. Cela peut arriver. Soyez prudent et faites-vous aider. Parlez. Ne restez pas dans le silence d’une situation grave ou pour vous ou pour un élève. Vous pouvez être dans un contexte difficile. Il faut vous protéger. De façon habituelle,  vous êtes dans de bonnes conditions pédagogiques et tant mieux.

 Mettez quelques appréciations au crayon devant les notes de vos élèves et ainsi quand le parent viendra vous saurez parler de l’élève .Vous préparez bien votre réunion de votre classe. Vous notez les progressions des élèves ou les baisses avec un + ou un –

Si un parent ou des parents ne venaient pas à la réunion de parents : prenez rendez-vous sur le carnet de correspondance de l’élève un jour. Proposez 2 moments différents. Si un parent vous envahit même par gentillesse, vous lui dites que vous êtes pris.     Adaptez-vous parfois  au  parent pour le bien de l’élève . Certains ne parlent pas notre langue. Notez-le sur votre carnet. Soyez très respectueux envers eux. L’élève aura d’autant plus de mérite à bien travailler. Vous notez les erreurs qu’il pourrait faire dues à son bilinguisme si cela arrive ce qui n’est pas forcé .

C’est de l’élève dont il s’agit dans votre métier. Ne parlez pas de ses parents à un collègue. Vous n’aimeriez pas en tant que parent que l’on vous juge.  Vous devez vous créer une déontologie de discrétion et de distance par rapport à ce que vous savez d’un élève. Voyez la bonne volonté de l’élève.  Vous leur donnez une solution pour que l’élève fasse des progrès : un meilleur emploi du temps, supprimer des activités , lui demander qu’il suive des soutiens en français pendant un certain temps , l’inciter à lire et  qu’il ait des endroits calmes dans la maison ou l’appartement pour le travail (sans télévision ouverte toute la journée : savoir l’éteindre, sans musique tout le temps aux oreilles, savoir ne faire qu’une activité : ça va plus vite et savoir limiter naturellement les jeux ordinateurs et surtout savoir faire arrêter un jeu à n’importe quel moment pour travailler ). 

Vous devez élever au meilleur niveau l’élève  dans le respect de celui-ci et de sa famille. Ne comparez pas non plus des frères et soeurs dans leur travail que vous avez pu avoir d’une fratrie.  Ici c’est le côté éducatif de l’enfant en question  dont on s’occupe.  

Vous relevez donc les notes, les progrès dans votre matière.

Vous notez les baisses de note et de travail sans doute insuffisant mais à faire justifier. 

astuce : pour que la réunion vous soit utile après : prenez des notes courtes sur votre petit carnet avec le prénom et le nom de l’élève et  vous notez quelque chose d’important pour vous que vous avez appris de lui qui puisse vous faire comprendre sa situation, son mode de vie  après un entretien afin de ne pas oublier .  Vous accueillerez aimablement ensuite le parent suivant. Vous regardez toujours à deux moments discrètement votre montre et soyez attentif à ces parents intimidés ou quelque fois à l’aise et pouvant aider au niveau des associations de l’école. 

Notez d’avance ce que vous allez dire à un parent pour tel élève. Si vous avez les deux parents vous vous adresserez tantôt à l’un tantôt à l’autre et aux deux. Soyez donc à même de vous adapter à toute situation et cela vous intéressera et plaira aux parents soucieux de l’avenir de leur enfant pensez-y. 

Dites une fois seulement un aspect du comportement de l’élève aux parents . Ecoutez : cela peut faire du bien aux parents d’un enfant en difficulté de s’exprimer et d’avoir des solutions  . Quand un élève ne pose pas de problèmes faites-leur  compliments ,  ils seront très contents et que ça continue.

Notez l’élève ou les élèves qui mettent en difficulté votre cours et là vous demandez la fermeté des parents pour que la tenue de leur enfant change après la visite qu’ils vous auront faite.Vous verrez s’il ne faut pas séparer dans la classe un élève d’un autre qui l’incite à parler sans les agresser. Ils sont peut être très amis. Expliquez-leur pourquoi vous les séparez.  Vous aurez demandé le soutien des conseillers d’éducation pour que tel élève ne perturbe pas votre cours si vous êtes débutant. Trouvez des modes de tenue de classe avec le surveillant général ou  même avec le Directeur. Vous pouvez demander la visite impromptue d’un surveillant  pour vous aider.  Les élèves verront que vous êtes soutenus. Mais c’est vous qui demandez. Demandez bien ce que vous souhaitez concernant l’élève difficile et s’il y a un véritable problème de comportement demandez des explications ou demandez à ce qu’ils voient avec une psychologue . Que la réunion vous serve. Mais n’accablez jamais trop les parents!

Trouvez des méthodes pour un élève moyen ou médiocre. Vous essaierez de mettre de appréciations après le conseil de classe avec des phrases claires de façon à orienter le travail de l »élève de façon précise. Ne mettez pas :  peut mieux faire!   mais « du travail plus intense  » ou une « méthode à mieux maîtriser » . Préparez et faites évoluer vos appréciations : vous travaillerez l’aspect synthétique de vos appréciations. Demandez à des collègues. Utilisez celles qui vous correspondent . Vous gagnerez du temps.

Donc le premier contact avec les parents est important. Vous orienterez un peu différemment vos cours peut-être après une réunion. A un deuxième moment de l’année ainsi vous ferez le point avec eux à nouveau .  Vous même tâcherez ou d’insister sur des points de votre cours si vous avez tendance à aller trop vite ou à essayer d’être plus intéressant en ne vous attardant pas trop sur certains points du cours inutilement. 

Vous apprendrez à gérer vos rencontres et vos réunions de parents. N’angoissez pas les parents, ils le sont bien assez  la plupart du temps. Ils souhaitent tant que leur enfant réussisse! Dites vous qu’ils viennent souvent intimidés et qu’ils espèrent entendre du bien de leur enfant . Donnez d’abord les aspects positifs de l’élève puis ensuite ce qui ne va pas et les remédiations possibles. Procédez toujours ainsi entre vous entre adultes. Vous dites le positif et ensuite ce qui ne va pas et vous demandez un changement . Les rapports humains s’en trouvent  améliorer. Croyez-moi.  Félicitez quand l’élève est bon et dites du bien des élèves : ça leur fera plaisir et que cela continue. Complimentez et sachez trouver les solutions et surtout que les parents rendent autonomes leurs enfants dans leur travail : c’est le meilleur service à rendre à leurs enfants mais qu’ils discutent avec leur enfant sur ce point. Qu’ils s’arrangent pour qu’ils travaillent, préparent seuls en les mettant dans des conditions optimales de calme et de répartitions des activités comme pour vous : activités et loisirs mais pas tout à la fois. 

il faut apprendre aux parents à laisser autonome leurs enfants en les soumettant à un travail de gestion du temps de l’élève : travail, loisirs.

Par contre si vous voyez que les parents font le travail pour leurs enfants dites leur de ne plus le faire . S’ils veulent réfléchir sur des aspects de votre cours c’est très bien mais c’est pour eux : ils peuvent  discuter avec leurs enfants sur un livre mais que ce soit l’élève qui rédige, qu’ils les aident à bien clarifier leur penser mais qu’ils n’écrivent pas à leur place : qu’ils les aident à trouver les documents, à rédiger, à lancer des premières phrases, à les aider à faire un plan ou à préparer leurs fiches de lectures.  Qu’ils leur montrent qu’écrire demande de l’exercice, de la répétition, de savoir se servir du brouillon, qu’il faut changer une phrase, un mot qui corresponde bien à la pensée d’un auteur que l’on rappelle.

Montrez comment limiter internet, dites-leur que leurs enfants ne doivent pas  recopier des devoirs sur internet, qu’ils peuvent lire des façons d’écrire mais que surtout ils relisent le texte et qu’ils s’expriment même maladroitement au début mais que ce soit leurs phrases qui doivent être écrites et reformulées  : qu’ils soient conscients que de la recopie n’est pas fructueuse ,  qu’ils partent de leur propre style et le travaillent . Il vaut mieux que l’élève lise des parties du livre s’ils ont trop de travail mais qu’ils les lisent eux-mêmes en lisant bien le passage qui précède  pour introduire avec leurs phrases le devoir à faire. Ils font un résumé du passage et ils écrivent.  Il faut qu’ils apprennent à trouver des idées et à les rédiger même mal.  C’est le plus gros du travail. C’est par l’exercice répété et maladroit qu’ils écriront de mieux en mieux. Qu’ils tiennent un cahier d’écriture quotidienne comme un journal. Qu’ils sachent utiliser le brouillon pour refaire leurs phrase, corriger pour l’orthographe.  Sur tous nouveaux supports, sur ordinateur, même par courriel et par messages écrits, par facebook   qu’ils fassent l’effort dorénavant de  relire aussi pour la correction de l’orthographe et pour la correction de la phrase dès qu’il s’agit d’un écrit que d’autres peuvent lire et ils sont nombreux par les réseaux sociaux . Pensez que les fautes d’orthographe et de grammaire se lisent par des milliers de personnes. Soyez stricts au moins pour vous et pour chacun de vos élèves. Qu’ils prennent le temps de corriger je vous l’assure. De même oralement, faites corriger les fautes de grammaire . Vous, Professeurs,  êtes détenteurs de la langue française comme vos élèves. S’ils font une remarque sur une façon de vous exprimer, il faut que vous vous corrigiez ou que vous vous rectifiiez au besoin. De même pour leurs propres expressions toujours à améliorer. Ne laissez pas des façons de dire erronées. 

Vous pourrez lire à la suite de cet article :  comment faire faire des progrès à vos élèves : vous notez le mot  :  » progrès  »  sur rechercher sur le site. 

 

Partager cet article :Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

2 thoughts on “Les temps des réunions : comment les préparer ?

  1. Pingback: chaussures led

    • adminprof Auteur du post

      Les réunions dont je parle sur mon site astucesdeprof.com concerne les réunions de parents d’élèves que les professeurs ont à certains trimestres pour être en lien avec les parents et les informer sur le travail que leur enfant a à faire. Le type de réunions dont vous parlez est à préparer aussi pour ceux qui les font mais elles sont politiques. Certains éléments peuvent être retenus pour leur préparation. Mais il vous faut vous informer au parti politique concerné pour les primaires qui désignent un chef de fil par parti en vue des élections présidentielles.

Comments are closed.